undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
4
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
2
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-2 sur 2 commentaires(5 étoiles). Afficher tous les commentaires
Franchement, je ne sais pas comment il fait. Avec un dessin un peu naïf, une modestie à toute épreuve (je l'ai rencontré et il suffit de le lire un peu) et quatre bouts de ficelle, il me suffit de lire quelques planches pour me poiler à chaque fois !
Ici, sur une expérience qui pourrait être tout à fait réelle (messieurs d'Endemol, une idée, peut-être ?), on est surpris à chaque instant par des blagues auxquelles on ne s'attend pas, et qui percutent d'autant plus, sans oublier les running gags dignes d'un Franquin ou d'un Gotlib !
Une nouvelle réussite et un nouveau pas franchi après les deux tomes de "Contes à dormir debout", sans oublier son livre pour enfants, très bien aussi. (mon petit neveu adore)

Bravo Ced, vivement la suite !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2012
Un an sans Internet est une BD revigorante, délirante sans excès, une aimable critique roborative et introspective dans laquelle Ced, un jeune Geek "poor lonesome Gameboy", subit l'épreuve de la privation d'Internet pendant un an.
Va-t-il tenir ?

Hallucinations digitales et réelles : l'addiction SVP !

Ced nourrit habituellement à l'encontre de son PC, qui arbore une poire, un comportement compulsif, se jetant sur lui pour connaître toutes les réponses aux questions du monde (119 sq.). Quand son PC lui a été confisqué pour les besoins de l'expérience, il tapote instinctivement sur la table par habitude du clavier qui normalement s'y trouve (27) puis dessine un écran et un fil sur le mur (67) pour combler sa solitude par cette présence.
Le personnage affronte les doutes de l'addicté (28-30), l'ennui (32, 45), les hallucinations (101-105 et les Transformers 76-79), la paranoïa (79-83), les frustrations et les pulsions perverses (129-131).

Métaphysique et psychologique

Un an sans Internet illustre l'être perdu, déraciné sans son "objet". Déconnecté du réel au sens propre et figuré. Au conseil d'explorer le monde d'un interlocuteur, Ced, muni d'un crayon et d'une feuille, demande "je prends juste l'adresse de ce dehors". Car il n'y a jamais mis les pieds. Se faisant violence, il sort affronter pollution et bruit, pour finalement philosophiquement affirmer : "dehors, ce n'est qu'un espace transitoire entre deux dedans" (35).

Les errements et tiraillements du personnage sont prétexte à critiquer la télévision (40-44, 47-49), la beaufitude de certains comportements internautes, la passivité face à un média qui a obéré nos capacités d'observation réelle et d'intervention (43).
Par opposition, le personnage redécouvre les livres, le téléphone, la bibliothèque, les amis IRL, le marché (ce qui lui permet de cuisiner des pâtes aux pêches, 136).

Les critiques de livres de marketing et communication sont sur Marketing Professionnel.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici