undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Beaucoup d'appels concernant le changement climatique s'appuient sur l'appel à l'autorité. Et la plus grande autorité en la matière semble être le GIEC, car après tout, son travail est fait par des milliers de scientifiques de haut niveau, les plus compétents dans leur domaine, qui dépouillent systématiquement la littérature scientifique qui a été peer-reviewed. Donna Laframboise, une journaliste d'investigation canadienne voulait le savoir plus précisément et elle a enquêté avec une équipe de bénévoles. Ce qu'ils ont trouvé m'a même surpris moi qui avais peu d'illusions sur le GIEC. Un livre qui vaut certainement d'être lu.
- Laframboise a passé en revue quelques 3000 pages des avant-derniers rapports (2007). Elle a trouvé des milliers de références qui ne renvoyaient pas à des articles qui avaient été peer-reviewed. Même des journaux, des magazines et des rapports du WWF étaient cités. Certaines sections avaient autour de 40% de références renvoyant à la "littérature grise".
- Les dates limites ont été régulièrement tirés vers l'avant pour pouvoir intégrer des articles qui allaient dans le sens des conclusions (mais seulement ceux-là).
- Dans beaucoup de cas, des études ont été ignorées si elles contredisaient les conclusions et messages alarmistes.
- Les gens qui rédigeaient les rapports étaient, non pas que des scientifiques confirmés, mais aussi des étudiants, des personnes qui n'avaient pas encore fini leur thèse ou n'avaient pas publié, mais qui étaient du bon bord au niveau de leurs croyances.
- Une partie de ces personnes viennent d'organisations fortement impliquées comme Greenpeace, WWF et autres. Des personnes donc peu susceptibles d'avoir un avis neutre et équilibré.
- Aucun audit n'a jamais été fait de cet organisme, dont les conclusions impliquent pourtant des mesures politiques coutant des milliards. Les journalistes, mais aussi les revues scientifiques, ont toujours fermé les yeux sur son fonctionnement et ses pratiques.
- Le GIEC est avant tout un organisme politique, avec des délégués mandatés par les pays des Nations Unies, avec le subtil dosage nécessaire, mais qui n'est pas basé sur la compétence.

Ce livre peut aussi être lu dans sa version originale anglaise: The Delinquent Teenager Who Was Mistaken for the World's Top Climate Expert.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici