undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_W10 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
10
4,1 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 novembre 2012
Sept adagios au format sonate déclinés en version oratorio, en version quattuor et en version symphonique pour une commande improbable en provenance de Cadix à l'employé des Esterhazy: tout l'art du placide Vater Haydn est résumé dans cette seule oeuvre pourtant atypique de sa production!
avec ce disque et Harnoncourt, c'est la version oratorio; c'est impeccable, les solistes , le choeur et la phalange viennoise du maitre sont parfaits; on est dans la cathédrale Saint-Etienne de Vienne, toute la cour de la double monarchie est en soie noire pour écouter la passion du Christ, on se croirait au concert du nouvel an, il manque la retransmission en mondovision! d'ailleurs on sent bien que le maitre de cérémonie Harnoncourt a privilégié l'optimisme chrétien de Haydn car trop de souffrance pure aurait pu chagriner ses amis aristocrates viennois.
c'est une version de classe!
dans une version symphonique, celle de Savall et le Concert des nations, les gueux et les hidalgos sont réunis dans la cathédrale de Cadix, le récitant chatie le peuple rassemblé avec les mots du Christ, et le peuple souffre avec le sauveur, les vitraux sont occultés par des draps noirs, on est en Espagne!
c'est une version edifiante.
dans une version quattuor, celle des Talich par exemple, on est dans la chapelle d'une petite abbaye bénédictine, entre pères , les frères lais et convers ne sont pas admis , on philosophe sur la souffrance, sur la mort,sur la résurection; c'est une version pour les clercs et paradoxalement la plus jouée!

en résumé, il ne faut pas bouder son plaisir, ce disque est très beau et cette rencontre entre Harnoncourt et Haydn est , sur cette oeuvre, une vraie réussite.
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est pour les célébrations du Carême en la Basilique de Cadix que Haydn reçut commande en 1785 d'une musique instrumentale illustrant les « dernières Paroles » du Christ ; sept adagios devaient être joués après chaque sermon épiscopal.
Deux ans plus tard, le compositeur déclina un arrangement pour quatuor à cordes, celui qui demeure aujourd'hui le mieux connu.

La version orchestrale servit de base à un Oratorio dont texte et musique expriment les climats de souffrance, d'affliction, de déréliction et finalement de confiance, entretenant des correspondances symboliques entre les mots et la partition.

Cette mouture pour deux sopranos, contralto, ténor, basse, choeur et orchestre fut enregistrée par Nikolaus Harnoncourt en octobre 1990 à Vienne, et s'est imposée comme une évidente référence discographique. Comme à l'habitude, le Concentus Musicus séduit immédiatement par la subtile palette de ses sonorités à l'ancienne. Le Schoenberg Chor chante avec éloquence mais sans excès de sentimentalisme qui ne pourrait que desservir le style austère de cette oeuvre.
Le chef autrichien réunit tous les équilibres qui servent le drame et la ferveur sans trahir le classicisme formel, et sans abuser des procédés rhétoriques qui grèvent parfois les interprétations « baroqueuses ».

Le livret propose un commentaire de présentation ainsi que le texte allemand des « Sieben letzten Worte », traduits en Français.
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Joseph Haydn (1732-1809) Les sept dernières paroles du Christ en croix/Harnoncourt/Concentus musicus de Vienne avec chœurs.
Quatrième version de ce chef d’œuvre que je commente après celle pour orchestre (Jordi Savall et le Concert des nations), celle pour quatuor (Quatuor Talich) et celle pour piano solo (Pietro Galli), la version présente se voit ajoutés des chœurs.
C’est en 1785 que Joseph Haydn reçut la commande depuis Cadix de cette musique destinée à illustrer les sept dernières paroles de Jésus en croix. Cette composition initiale fut écrite pour orchestre.
Un an plus tard, Haydn en publia une version pour quatuor à cordes.
C’est en 1792 que le chanoine Friebert rédigea un texte adapté à la version pour orchestre. Haydn se montra très satisfait du résultat choral.
Le résultat est somptueux et la septième sonate une fois encore explose dans la douleur exprimée par des chromatismes très expressifs.
Personnellement ma préférence va à la version pour quatuor à cordes.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2016
Harnoncourt (avec quelques autres) aura marqué indubitablement l’histoire de la musique. Maintenant, c’est-à-dire 30 ans après, ses enregistrements, toujours très solides et faisant partie régulièrement des références, apparaissent un peu « entre 2 chaises » : dans le traitement classique des larges masses vocales et orchestrales, il y a toujours les « anciens » (Bohm, Karajan…) et dans l’approche « baroqueuse », il y a tous ceux qui ont appris auprès d’Harnoncourt et des quelques autres.
Ainsi, pour cette version oratorio de ce chef d’œuvre de Haydn, la version plus récente d’Equilbey me semble moins empesée.
Ceci dit, je crois que je préfère la version quatuor, car les paroles (en allemand, que je ne parle pas), ne m’apportent rien en matière de méditation.
Cette œuvre unique (7 adagios) vaut d’être connue sous ses différentes versions : orchestre (Bruggen, Savall), oratorio, quatuor (Ludwig, Amadeus) et même orgue seul (Genvrin).
Enregistrement de 1992.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2007
Pour les élèves de Terminale option de détermination-musique, voici une version oratorio des sept paroles du Christ de référence. Nikolaus Harnoncourt ( qui n'est plus à présenter )dirige l'oeuvre avec une maitrise appolonienne, sans excès. Le sens tragique de l'oeuvre passe par une forme d'hiératisme religieux, voir de renoncement qui semble source de tension jusqu'à la tempête finale. Le choeur est précis et le phrasé très travaillé. Les instruments joués datent essentiellement du 18ème siècle. A se procurer de toute urgence
22 commentaires| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce disque est pour moi une satisfaction, comme toujours chez Amazon, un ami me l"avais recommandé, mais je ne le croyais pas,quand je l'ai vu sur Amazon , 1ere décision acheter et écouter ce merveilleux disques ,que je recommande à tous, croyants ou athée, cette musique et les choeurs vous donnent une impression de sérénité.
Pour moi merci à Amazon d'avoir expédié, très rapidement ce disque, que j'écoute et me donne du réconfort.
Albert Odette
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juillet 2009
Très peu de relief, une direction très égalitaire qui procure trop souvent l'ennui;
Une telle oeuvre méritait beaucoup mieux que cette version qui manque de fruité dans le son, et de conviction dans la vision de l'oeuvre
11 commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2010
EXCELLENTE VERSION DE CETTE OEUVRE. HARNONCOURT L 'INTERPRETE DE FACON REMARQUABLE. LES SOLISTES SONT EXCELLENTS. JE PARTAGE L 'AVIS DE 2 PERSONNES MAIS EN AUCUN CAS L'AVIS DE CELUI QUI TROUVE CET ENREGISTREMENT MAUVAIS.JE NE SUIS PAS UN MORDU DES INTERPRETATION DE CE CHEF VIENNOIS MAIS CELUI-CI EST POUR MOI EXTRA. A ACHETER LES YEUX FERMES...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2014
je cherchais a renouveler ma discothèque microsillon par des cd j'ai acheté cette œuvre et le cd me satisfait bien très belle oeuvre
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2012
Très belle version des sept paroles qui fait souvent office de référence en la matière. Un incontournable des amateurs de classique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)