undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
8
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 novembre 2009
Groupe de progressive rock de génération intermédiaire (né dans le milieu des années 70), Rush a su se démarquer rapidement de ses prédécesseurs ou concurrents en imprégnant sa musique d'une personnalité propre et aisément identifiable, c'est-à-dire d'un mélange de hard rock, de passages calmes, de sonorités acoustiques, électriques et d'une emphase sur la performance technique instrumentale. En cela, il rejoint d'autres artistes tels que Genesis, Led Zeppelin, Gentle Giant ou Yes.
Cet album peut être considéré comme l'apogée de leur première période en phase avec cette décennie, combinant des chansons longues non standard du Top 50 (Cygnus X-1 durant 10mn) avec d'autres écourtés (Closer To The Heart de 2mn52 ou Madrigal de 2mn33) plus assimilables en mémoire, des couleurs orchestrales inédites (pour du rock pur) comme de la guitare acoustique, de mellotron, du glockenspiel ou même de cloches tubulaires entre autres. En outre, il marie diverses influences musicales dans un même morceau. Par exemple, dans la première composition, les premières secondes s'égrènent tranquillement avant de s'électriser au fur et à mesure pour s'enflammer définitivement dans un style nettement néo-symphonique, voire d'opéra lyrique lorsqu'entre en scène la voie du chanteur Geddy Lee. D'ailleurs, les morceaux longs sont structurés comme des œuvres classiques avec introduction, thème principal, développement, reprises, etc... Cependant, malgré tous ces artifices techniques, l'ensemble reste très agréable à écouter même en écoute distraite...
En résumé, un must du rock progressif à acheter sans arrière pensée.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2003
Un super album d'un groupe qui a toujours su allier la virtuosité , la puissance (ça reste tout de même assez hard) et la beauté des mélodies et des textes (si on se donne la peine de les traduire!). Le tout donne une musique très sophistiquée qui donne la sensation de délivrer un message ou de raconter une saga.
Pourquoi ce groupe (canadien) qui a un succes impressionnant outre atlantique n'est il pas plus connu en Europe ?
22 commentaires| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 novembre 2011
CHRONIQUE DE JEE MAGAZINE ENFER AVRIL 1986 N°35 Page 54
6° Album 1977 33T Réf : Phonogram 9100 042
"A Farewell To Kings" est enregistré aux Rockfield studios dans le comté de Wales (UK). D'une veine plus complexe, cet album marque l'entrée des synthés dans la musique du groupe. En novembre, "2112", "All The World's A Stage" et
"A Farewell To Kings" sont certifiés disques d'or aux USA.
Mercury décide de réediter les trois premiers LPs de Rush sous forme d'une compilation : "Archives". Au mois de Juin, ils recoivent un Juno Award comme "Meilleur groupe de l'année" et totalisent désormais six disques d'or et de platine au Canada. La tournée dans le nord des USA est suivie de 14 dates en Angleterre (février 78) où tout était sold out deux mois avant la venue du groupe. Ils n'en revenaient pas nos trois Canadiens ! En fait, le
"A Farewell To Kings" tour, fut une totale réussite.
.
.
CHRONIQUE DE PHILIPPE BOUILLAGUET MAGAZINE ROCK EN STOCK DECEMBRE 1977 N°7
Groupe ambigu, aux facilités musicales assez déconcertantes. Reflet assez délicat d'une situation, qui vous est peut être proche, celle d'un être romantique isolé dans une ville moderne et grisâtre. Leurs influences nombreuses ne les empêchent pas d'avoir un son particulier. Des phrasés purement rock mêlés à des mélodies sophistiquées devraient plaire aux absorbés des Yes, Genesis et autres. Un bon groupe.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Farewell to Kings et le seul album du groupe canadien Rush que je possède. Ce CD fait partie de ma discothèque "historique et encyclopédique": un album par groupe que je connais mal ou pas du tout, histoire de voir de quoi il en retourne (il est rare que je rachète un deuxième CD de ces groupes en général, exception: les Kinks).

Cet album serait le plus progressif de Rush, mais l'instrumentation (basse Rickenbacker 4001 très en avant, beaucoup de power chords à la guitare, synthés et claviers assez discrets, batterie tumultueuse) lui donnerait presque un petit air de Quadrophenia des Who. Mais rapidement la voix haut-perchée et passée à l'hélium de Geddy Lee stoppe toute comparaison avec le quatuor anglais. Personnellement cette voix est pour moi totalement rédhibitoire et seuls les passages instrumentaux ont à mon goût un peu d'intérêt.

Pourtant les musiciens sont compétents, assez virtuoses, mais ce hard rock progressif ne m'émeut pas beaucoup. C'est assez intéressant rythmiquement, mais les compos et les harmonies ne sont pas très originales. C'est par contre très facile à écouter et c'est peut-être ce qui a fait le succès du groupe outre-atlantique ou au pays de Goethe.
77 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2013
Rush, groupe canadien de hard-rock progressif (pour ceux qui ne connaissent pas), sort "A farewell to kings" en 1977: c'est leur 5ème album studio. Après deux premiers albums assez bons ressemblant un peu à du Led Zep (surtout le premier), le groupe complexifie sa musique dans le 3ème album (Caress of steel"). Puis il sort l'année suivante le très abouti "2112", premier grand disque de Rush.
"A farewell to kings", encore plus progressif, marque le début des synthés. Cet album est quasiment parfait de bout en bout: 2 titres longs (+ de 10 minutes) et ("Xanadu" et "Cygnus X-1"), 4 titres plus courts et plus directs. La musique de Rush est inspirée et très élaborée (mais accessible quand même), alternant passages calmes et violents avec une grande cohérence. Seule la voix haut perchée de Geddy Lee pourra en rebuter certains (pas moi en tout cas). Rush sortira par la suite un tas de grands albums (pour très peu de déchets!).
Encore un excellent groupe très méconnu dans notre pays (et en Europe en général) qui mériterait plus de considération (ils ont certainement influencé des groupes comme Dream Theater ou Queensryche).
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2015
Pas de commentaire à ajouter. J'aurais aimé que cette rubrique ne soit pas obligatoire pour éviter de perdre du temps.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 novembre 2013
Des morceaux de bravoure et des ambiances uniques, comme Cygnus X-1, ses échos, son intro de basse, sa mis en place parfaite. Closer to the heart devenu culte. Et rien qui ne vient gâcher cet excellent album.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2014
je ne suis pas particulièrement fan de ce groupe et j'avoue que excepté les deux premiers résolument hard, la suite (rock symphopsycadélique) me laisse froid, mais je dois reconnaître que celui la est pas mal fait ,avec des petites touches d'emerson ,lake & palmer par moment....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)