Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_WSHT16 Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
22
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 avril 2017
Très bon album de def leppard , rien a jeter . un deuxieme cd qui lui comporte du live , inédits et des remixes , très bon tout ca aussi !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2017
J'avais ce disque en vinyl mais pour juger le cd encore faut'il l'avoir reçu! A ce jour je ne l'ai pas encore réceptionné!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juillet 2017
CHRONIQUE DE JEAN-CHARLES DESGROUX MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 127
Traités de vendus par les ayatollahs du métal anglais, Def Leppard venait de conquérir l'Amérique avec Pyromania, produit par Robert Mutt Lange, sculpteur de platine pour les hypertrophiés Back In Black d’AC/DC et 4 de Foreigner. Mais même avec 6 millions d'exemplaires écoulés via MTV, les exilés de Sheffield souffraient d'avoir été humiliés par le Thriller de Jackson : tout juste revenus de leur tournée pharaonique, ils s'attèlent illico à leur quatrième disque, bien décidés à prendre leur revanche en effaçant cette 2e place tenace. Leur producteur au bord du burn-out, ils s'enterrent en studio et planchent comme des damnés sur ce Hysteria avant de gommer tout leur travail en rappelant à la rescousse l'ultra-perfectionniste Mutt Lange, vénérable Phil Spector du wall of Sound AOR. Bilan : l'album aura pris trois ans de leur vie, 5 millions de dollars de budget, et donc un bras à leur batteur Rick Allen victime d'un accident de Corvette en pleine Saint-Sylvestre 1984. Se rééduquant sur un kit électronique unique au monde, le cogneur manchot est une aubaine pour le groupe qui radicalise son son, monumental, spatial et factice : aux antipodes du heavy métal, leur rock pop incarnerait en effet la réponse blanche et ouvrière au monstre funk de Michael Jackson, à coups d'incroyables mélodies, d'harmonies vocales sucrées et surtout d'un songwriting conçu en laboratoire, le tout strié de multicouches de guitares. Authentique groupe de hard nourri aux hymnes glam des Sweet, Slade, Gary Gbtter, T Rex et Queen, voire Led Zeppelin pour l'agressivité féline, Def Lep'a construit le son synthétique des eighties plastoc, et ainsi défini le hard FM en clouant sept hit-singles au sommet des charts : les tubes Rocket (une version musclée de Burundi Black), Animal ou le générique Pour Some Sugar On Me, tous formatés radio avec leurs breaks façon remix extend pour maxis 45 tours... tout comme cette balade idiote, Love Bites, occasionnant un baby-boom sans précédent. Il n'y a pas 12 millions de metalheads aux USA, même dans les confins du Dakota du Nord où les recensements sont pourtant évités : non, en 1987, tous les acheteurs de Hysteria consomment aléatoirement du Phil Collins, Wham!, ZZ Top ou Duran Duran, et s'encanaillent sur ces cheveux longs aux véritables guitares — et non des synthés en bandoulière.

Vous avez aimé ce disque ? Ces titres pourraient vous intéresser.
1981 - High'N'Dry
1983 - Pyromania

Dans ce numéro de R&F nous aurions aimé lire la (les) chronique(s) de (1987) :
John Mellencamp - The Lonesome Jubilee
Serge Gainsbourg - You're Under Arrest
George Harrison - Cloud Nine
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un monstre, une légende, un record... et un bijou : voilà ce qu'est Hysteria.

A peine sorti du succès retentissant des sept millions de copies de l'excellent Pyromania (1983) vendues rien qu'aux USA (et quinze à travers le monde, le classant à l'époque parmi les dix meilleures ventes de l'Histoire), les britanniques de Sheffield se voient portés aux nues par le monde. C'est en 1984 que Rick Allen, le batteur, perd son bras gauche dans un accident, mais continue l'aventure avec ses camarades soudés. Grand bien lui en prend, car en 1987 déferle sur le monde un disque qui se classera parmi les plus belles ventes de tous les temps avec plus de vingt millions de copies écoulées à ce jour : le fabuleux Hysteria, LA galette de la consécration d'un groupe en pleine fureur de vivre dans un contexte musical mondial hautement prolixe.

Avec pas moins de sept singles sortis sur les douze missiles qui composent le disque, Hysteria s'est imposé comme une pierre angulaire du hard rock et n'a (presque) pas pris une ride, tant il a demandé de temps de gestation, habitude (désagréable ?) du groupe, qui peaufine ses oeuvres à l'excés. N'empêche, grâce à leur boulot chirurgical et à celui de John "Mutt" Lange, le producteur non moins légendaire, cette oeuvre a été gravé dans le marbre et traverse insolemment le temps avec un brio rarement égalé (par Back In Black, le seul qui me vient à l'esprit). Doté d'un son énorme (exceptionnel pour l'époque) qui met en valeur ses douze titres, il propulse ses cinq géniteurs au rang des meilleurs groupes.

Emmené par un Joe Elliott au timbre aguicheur et puissant, bétonné par la paire Allen (batterie) / Savage (basse) et illuminé par les duellistes/duetistes Phil Collen et surtout le regretté Steve Clarke (mort en 1991 des suites de sa dépendance à l'alcool, juste avant la sortie de Adrenalize), le groupe accouche de sa bible composée de douze versets métalliques de quatre minutes dix en moyenne, sertis dans du hard rock classieux et pondéré, ultra-inspiré, que les radios du monde entier vont s'arracher.

Riffs de tueur, refrains hyper accrocheurs, rhythmiques en béton, lignes de chant sensibles ou puissantes, soli ciselés au platine (juste ce qu'il faut), breaks judicieux, tout y est, absolument tout, y compris la ballade mortelle (Love Bites), qui a du ravir plus d'un boutonneux ayant des vues sur la miss d'à coté au bal de Marchezy-sur-Lepié. On sent que tout a été pensé, pesé, fignolé, travaillé... et le travail paye !

Pêchus et inspirés (mélodies immédiatement mémorisables), les titres offrent malgré une apparente simplicité une longue durée de vie et se révèlent, par une foule de petits détails, bien plus complexes que de prime abord. Les saccades télluriques de Pour Some Sugar On Me sont contagieuses, les premières minutes de Gods Of War sont un pur moment de bonheur avec intro, crescendo, explosion, riff retors impressionant, etc. Tout est bon, rien à jeter. On ne pourra jamais taxer bêtement Def Leppard de hard FM sur ce disque ultime, même avec les coiffures qu'ils arboraient à l'époque.

Bref, totalement incontournable, Hysteria est, après plus de vingt ans, encore un monument auditif, que tout le monde se doit d'écouter au moins un fois, si ce n'est plus...
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2017
L'album qui prouve que DEF LEP est un grand groupe de hard rock au même titre que des Scorpions et compagnie .
Du 1 er titre au dernier ce n'est que du bonheur .Les titres coulissent comme un bon vieux roulement bien huilé .
Un césar pour les slows magnifiques que sont "loves bites" et "hysteria".
Avec les albums "High'n'Dry" et "Pyromania" . On est dans ce que ce groupe a produit de meilleur...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 octobre 2009
Qu'il y en a des choses à dire sur cet album de Def Leppard paru 1987.

Première chose: "Hysteria" synthétise presque à lui seul la révolution musicale alors en pleine ordre de marche via les nouvelles technologies. En effet ! Avec l'aide du sorcier producteur Robert "Mute" Lange, Def Leppard apprivoise et s'empare de la technique d'enregistrement numérique avec brio. Sons de Batterie électronique musclés, Choeurs en bloc gros comme ça, refrains et mélodies ultra calibrés mais d'une efficacité à toutes épreuves, le tout supporté par des guitares ajustées au millimètre. En un mot comme en cent: Du travail de Pro.

"Hysteria" c'est aussi, et peut être avant tout, l'histoire d'une renaissance et d'une loyauté envers les membres de ce groupe.
Privé d'un bras à la suite d'un accident de voiture un soir de beuverie du 31 Décembre, Joe Elliot et les siens ne laisseront pourtant pas Rick Allen sur le bord de la route. Mieux ! Ce dernier permettra aux fabricants de Batteries électroniques de faire considérablement évoluer l'instrument en question: Pads plus sensitif, nouveaux pédaliers déclencheurs de programmations, etc...

"Hysteria" c'est également l'un des albums révélateurs de ce marketing poussé à outrance par le biais de la diffusion massive de ses clips. Sur 12 titres, 7 devinrent des Singles et accessoirement des "Hits"... Qui dit mieux ?!

Par ricochet, "Hysteria" c'est forcément des ventes records. On a parlé de 12 Millions la première année de sa parution. Seul Mickey J et son "Bad" rivalisait... En terme de vente en tout cas !
Enfin ! "Hysteria" sera la dernière contribution de Steve Clark qui, sujet à sa trop forte dépendance à l'alcool, décèdera peu avant l'enregistrement de l'album suivant, le plus dispensable "Adrenalise".

20 ans après (un peu +), cette certaine idée de la perfection qu'est "Hysteria", s'écoute toujours avec le même plaisir, tout en pouvant se venter d'avoir démocratisée, à sa façon, l'idée que certains se faisaient alors du Hard Rock. Un Hard Rock polit certes ! Mais du Hard quand même... Et du bien foutu. 18,5/20
1818 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2006
cette édition présente 15 morceaux bonus : toutes les faces B enregistrées pour l'album ("Tear It Down", "Ride Into the Sun", "I Wanna Be Your Hero", "Ring Of Fire" et "Release Me"), quelques remixes (orgasmic mix, nuclear mix...) et les titres live apparus en faces B de la tournée "Hysteria" ("Billy's Got A Gun", la reprise d'Alice Cooper "elected", "Women", "Love And Affection"...).

bref, l'album en lui-même était déjà un indispensable, mais là, on touche presque à la perfection! quelques démos auraient été bienvenues, comme "Desert Song", "Tonight" ou bien "Fractured Love", mais c'est cracher dans la soupe
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2003
16 mois en studio, 12 millions de copies vendues, 7 singles, 227 concerts.... "hysteria" est l'album des records pour def lep. d'abord le son, qui aujourd'hui encore fait figure de production digne de la nasa tellement il est encore en avance sur son temps. puis les chansons sont énormes. de "women" en passant par l'expérimental "rocket" par la superbe ballade "hysteria", il n'y a rien à jeter. on peut regretter que l'album n'ait que 12 titres, car plusieurs autres morceaux ("tear it down" "I wanna be your hero" "ring of fire" "release me" "ring of fire") ont été définitvement enregistrés mais pour servir uniquement de faces B. trois autres ("desert song" "fractured love" "tonight") serviront plus tard sur d'autres disques... un album hors-norme à posséder d'urgence
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2009
Certains parlent d'OVNI MUSICAL pour définir cet album et ils n'ont pas tort. Mais, avec cette version remasterisée et ses bonus, ce double CD devient un truc d'EXTRA TERRESTRE !!!!
En conclusion, et pour tous les amateurs du genre : ne pas posséder HYSTERIA dans sa discothèque, relève de la faute de goût.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2007
C'est curieux mais pour beaucoup de groupes de hard qui éxistent encore, il y a toujours un album qui sort du lot et qui est généralement l'apothéose de leur créativité musicale: en gros, il y a un avant et un après. C'est le cas, par exemple, de Metallica avec son "Black Album" ou encore AC/DC avec "Back in Black" (même si "For those about to rock" correspond au dernier soupir d'une époque).

Et pour Def Leppard, c'est l'album Hysteria. Ce disque est tout simplement hallucinant. Peut-être qu'avec le temps cela peut paraître moins évident mais quand il est sorti, ce fut la baffe en pleine figure! Un OVNI musical. Cela ne sert à rien de faire des comparaisons avec les albums précédents - bien qu'il fasse les écouter pour se rendre compte du talent de ce groupe et leur évolution qualitative avec le sommet qu'est Pyromania. Mais Hysteria, cela n'a plus rien à voir avec les albums précédents et pourtant c'est fabuleux. Bien sûr c'est du Def Leppard mais le travail sur le son est fou et, comme l'a indiqué un autre client, tellement en avance sur son temps que l'on reste scotché, scié, halluciné, enfin, bref, la baffe, quoi! Les mélodies sont absolument géniales et pour couronner le tout, il n'y a rien à jeter, pas un morceau, même pas un morceau qui serait moins bien que l'autre...Un OVNI, ce disque est évidemment un album indispensable, un des dix meilleurs disques que j'ai jamais écouté. Et comme je l'ai écrit au début, après cela se gâte (comme pour AC/DC ou Metallica)...il reste quelque chose, on le sent bien mais ce n'est plus pareil, cela devient très inégal...
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

16,54 €
6,99 €
87,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)