undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,97 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

De quoi rendre marteau. Pensez donc. Nous sommes en 1981. Jusqu’à présent, les filles et le rock c’était des chœurs dans un coin loin derrière les musiciens, ou de simples objets entre les pattes de producteurs maniaques (Gordy et les Supremes), psychopathes (Spector et les Ronettes), libidineux (Ike & Tina Turner), voire carrément lubriques (Fowley et les Runaways). Ou alors des chanteuses au milieu de groupes de mecs (Jefferson Airplane, Suzi Quatro, Blondie, Pretenders). Ou encore des poivrotes braillardes (Janis), des poétesses rachitiques (Patti) dont le talent artistique quoique indéniable ne pouvait suffire à alimenter les rêves humides de mâles adolescents avides de rock.
Or voici que surgissent les Go-Go’s. Cinq filles mignonnes, californiennes, bronzées, bon look, bonnes fringues, qui écrivent, jouent et interprètent leurs compositions (avec tout de même aux manettes le malin Richard Gottehrer). Et quelles compositions ! Dans le genre en pointe à l’époque, la power-pop (mélodies + rythmes énergiques style « My Sharona » du Knack), elles nous livrent onze merveilles, remplies de refrains accrocheurs et d’harmonies vocales subtiles (genre Beatles - Beach Boys, ce qui place quand même la barre très haut).
Un copier-coller bâclé allait donner un second album beaucoup moins crucial avant l’éparpillement en solo, les pages centrales de magazines « pour hommes » et les reformations lucratives.
Mais l’essentiel avait été accompli. Il s’appelle « Beauty and the Beat ».
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2006
Il y a eu dès 1978 Blondie, Pat Benatar, Bananarama... et les Go-Go's en 1981. Il fallait le faire, se lancer à 4 filles (sans mecs, seules parmi les 4 groupes les Bananarama l'avaient aussi osé) dans du rock-punk décapant et brut de guitare... et en Californie, pas à NYC ou en Angleterre.
Les radios ont choisi "Our lips are sealed" (à juste titre certes) et c'est tout ce que le grand public en a entendu ; mais l'album entier est excellent, vivant, riche de facettes tellement nombreuses qu'on peut l'écouter des centaines de fois sans se lasser 25 ans après. Une telle performance en fait pour moi l'égal, dans un registre tout différent, du Rumours de Fleetwood Mac qui réussit le même exploit.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,20 €
12,78 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici