undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
19
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:10,34 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-4 sur 4 commentaires(3 étoiles). Afficher tous les commentaires
Formé en 1985, Dream Theater, groupe de métal progressif américain s'est rapidement imposé comme une référence dans le genre. Abordant des compositions à l'architecture musicale complexe, les musiciens s'égarent parfois dans des interventions démonstratives valorisant la qualité des instrumentistes. Leur musique est un savant mélange de heavy metal et de prog, en concert et en disque, le groupe n'hésite pas à interpréter du Pink Floyd, du Black Sabbath, du Iron Maiden et bien d'autres... Ce 4ème album (Falling Into Infinity) se révèle plus abordable, Dream Theater est au sommet et confirme son potentiel harmonique et mélodique avec cet album considéré comme une réussite incontestable. Finies les structures alambiquées, DT semble avoir compris que les démonstrations techniques d'hier, aussi époustouflantes soient-elles, n'étaient que furtive satisfaction nombriliste. On peut facilement éviter deux balades "Hollow Years" et "Anna Lee" mais ne pas rater "You Not Me" au refrain insidieux et "Hell's Kitchen" à la rythmique lourde et puissante. Mention spéciale au travail considérable du batteur Mike Portnoy. Malgré cette volonté de séduire un plus large publique, on sent le groupe prêt à s'égarer dans de long développement en thèmes répétitifs dès que le titre dépasse les 6 minutes « Lines In The Sand » ou le tryptique « Trial Of Tears ». Je sais bien que les longues compositions sont l'apanage des groupes de rock progressifs, c'est parfois jubilatoire, Flowers Kings et Porcupine Tree s'en sortent très bien, Dream Theater est plus agaçant et si Falling Into Infinity est un album de bonne tenue, enregistré avec un son au top, j'ai du mal a l'écouter d'un trait..
(11 titres / 76mn).
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2007
Le quatrième album de Dream Theater marque les vrai débuts de Derek Sherinian qui, lui aussi, est issu de la "Berklee School of Music" de Boston (Attention, on ne recrute pas n'importe qui chez Dream Theater).

Après l'intermède "A change of seasons", les meilleurs musiciens de la planète sortent un album plus accessible que le compliqué, mais néanmoins sublime, "Awake". Beaucoup plus rock que heavy, parfois presque pop (Voir même Grunge/Rap), "Falling into infinity" est à la première écoute assez décevant pour un groupe de la trempe de Dream Theater. C'est donc avec un certain recul qu'on apprécie mieux cette album qui, je trouve, a très bien vieilli.

A noter aussi que trois ballades sont présentent dont la somptueuse "Hollow years", et qu'on aurait pu signaler à Derek Sherinian qu'il pouvait faire différents sons sur son clavier.

Mais attention, cela reste encore du Dream Theater et les passages techniques et progressifs sont toujours là. "Trial of tears" qui clôture l'album du haut de ses 13 minutes est là pour le prouver.

Néanmoins, on sent bien que le groupe cherche une nouvelle orientation pour sa musique (Mike portnoy a failli d'ailleurs quitter le groupe car il n'était pas satisfait de leur musique), et on a l'impression que c'est Petrucci qui tient cette album avec des morceaux de guitare d'une grande classe.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2002
Bon, je crois que la plupart des fans de DT sont d'accords sur le fait que cet album se situe loin derrière tous les autres. Mais tout de même, cet album est loin d'être une horreur sans nom. Les musiciens nous ont malgré tout démontré encore une fois leur très grande polyvalence musicale. Certains morceaux m'ont fait dresser les cheveux sur la tête par leur intensité, et j'ai nommé Lines In The Sand aux influences un peu "vieux rock", l'évolutif Peruvian Skies, l'hybride Trial Of Tears et le très majestueux Hell's Kitchen (un A++ pour la guitare de Petrucci sur celui-ci, franchement, sublime!).
Contrairement à pas mal de gens, j'ai bien aimé la performance de Derek Sherinian. Je trouve que ses sons de clavier plus "basiques" donnent de la couleur à Falling; par contre je suis d'accord pour dire qu'il a grandement contribué au succès plus ou moins bon de cet album. Pas qu'il soit mauvais claviériste, très loin de là; mais son style ne colle tout simplement pas avec Dream Theater, et à mon avis il n'a pas le calibre pour succéder à Kevin Moore. Pour ce genre de musique un peu moins progressive, ca va, mais disons que j'aurais été curieuse d'entendre Sherinian sur SFAM...
Une ombre au tableau: You Not Me. Ce morceau m'a plus que déçue, j'irais même jusqu'à dire que je l'ai trouvé médiocre. Et ce n'est pas parce que c'est DT, ç'aurait été n'importe qui, je l'aurais trouvé nul. Ce morceau est insipide, incolore, inodore; un bon gros "rien".
Au final, cet album, je le conseille aux fans de DT, en général il s'avère intéressant. Par contre, pour les non initiés, je ne le suggère pas. Pour avoir une idée de ce qu'est Dream Theater, Falling Into Infinity n'est pas du tout une référence!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2001
Si vous ne connaissez pas DREAM THEATER et que vous avez l'intention de vous y mettre, évitez cette album. Ce n'ai pas qu'il soit mauvais mais ce n'est pas du DREAM THEATER.... Moi je vous conseille dans l'ordre: 1) Metropolis part 2 2) Images & words 3) Awake
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

20,90 €
9,31 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici