undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
9
3,7 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ah, Buffalo Springfield! Le premier groupe connu de Neil Young, et avec Stephen Stills s'il vous plait! Trente-sept ans que je remettais ce rendez-vous, cette rencontre. J'y pensais souvent, une fois tous les dix ans disons. Et puis la lecture de l'autobiographie du Loner me décida, je commandai leur premier album et ce fut la révélation: bon, ben..., ça aurait pu encore attendre dix ou vingt ans , y' avait pas urgence finalement! Mais bon, maintenant c'est fait, je peux partir en paix.

Hormis For What It's Worth qui ne figurait pas sur l'album originel et qui s'écoute gentiment, le reste de l'album souffre d'un mixage assez épouvantable (Neil Young confirme dans son autobiographie). Tous les potards à 10, ne cherchez pas la profondeur, on dirait un peu une maquette de débutant. L'ingénieur du son a certainement voulu trop bien faire, mais mixer c'est aussi choisir et ne pas mettre tout le monde devant.

On est en 1966 et le syndrome Beatles est encore très présent dans les groupes en devenir: Richie Furay avec sa voix sucrée et doucereuse reprend le rôle de McCartney, Steve Stills rauque et teigneux c'est Lennon et Neil Young ténébreux et décalé clone un peu Harrison. La musique hésite entre du Beatles millésime 65 tendance folk mélodique et certains américanismes countrysants. On retrouve déja la guitare épileptique de Neil Young et quelques belles harmonies vocales pré-CSN&Y (si on aime aussi les arrangements vocaux ratés, écouter Out Of Mind de Neil Young assez éprouvant!). Bruce Palmer à la basse est pas mal du tout, le seul à être sous-mixé.

Bref, plutôt une curiosité qu'une révélation. Les albums suivants sont parait-il meilleurs, j'écouterai donc cela dans dix ou vingt ans.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2010
Sorti en 1967, ce premier album de Buffalo Springfield, éponyme, est ce qu'on peut appeler un classique du genre (même si leur second album, Buffalo Springfield Again, de la même année, sera selon moi meilleur). Court (33 minutes) mais efficace, cet album contient 12 chansons, composées par deux des membres du groupe, et non des moindres : Stephen Stills (chant, guitare, 7 compositions) et Neil Young (chant, guitare, 5 compositions). Le reste du groupe est composé du guitariste Richie Furay, du bassiste Bruce Palmer et du batteur Dewey Martin. Avec son duo de futures stars du rock à tendance country/blues, Buffalo Springfield est un groupe que l'ont peut donc vraiment considérer comme culte, au même titre que les Byrds, par exemple.

Buffalo Springfield contient quelques titres assez anecdotiques (je n'ai jamais vraiment aimé Do I Have To Come Right Out And Say It et Go And Say Goodbye, la première signée Young, et la seconde, Stills), mais dans l'ensemble, l'album reste un vrai classique,rempli de superbes chansons comme Leave, Nowadays Clancy Can't Even Sing, Pay The Price et cet inimitable morceau situé en ouverture, For What It's Worth. Le chant (partagé entre Stills, Young et Furay) est admirable, les guitares sonnent magnifiquement bien (intro de For What It's Worth !), les chansons sont courtes, mais aussi simples qu'efficaces, la plus longue, Nowadays Clancy Can't Even Sing, dure 3,25 minutes.

Précisons que For What It's Worth ne se trouvait pas sur l'album initial, mais est sorti en single (gros succès). A la place, sur l'album, se trouvait Baby Don't Scold Me, chanson qui, depuis, a été retirée de la plupart des versions. Seule la version mono originale possède cette chanson, les rééditions stéréo (moins réussies selon le Loner et Stills) ont incorporé le tube à la place. Les autres chansons ne changent pas. On peut dire que l'ajout du tube donne une raison supplémentaire (la chanson a été classée 63ème sur la liste des 500 meilleures chansons de l'histoire) d'acheter ce disque aussi court que réussi. Et souvent, vendu à petit prix. Buffalo Springfield, premier du nom, est donc un disque totalement dans son époque (production bonne, mais pas exceptionnelle), qui ravira les amateurs de rock 60's et les fans de Young et Stills !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2009
Buffalo Springfiel est le premier groupe originel des fameux Neil YOUNG, Stephen STILLS,et de Richie FURAY. Pour ceux qui n'ont pas connaissance de ces légendes du Rock, il suffit de savoir que ils ont eu un énorme succès début année 70, notamment avec le groupe Crosby, Stills & Nash (and Young)ainsi que individuellement pour Neil Young avec des albums comme After the Gold Rushet Harvest. Bref, la carrière de ces hommes ont prouver tout le talent musical mais concernant Buffalo Springfield, il s'agit de leur premier album. Et disons le tout de suite, il fut révolutionnaire au moment de sa sortie. Les compositions sont de Steven Stills (7 titres) et Neil Young (5 titres).

A sa sortie le disque fit sensation. La chanson écrite par Stills "For what it s worth" connut un grand succès (7e vente de single) et lança le groupe. Son message pacifique a été utilisé dans de nombreux films et séries dont l'action se passe dans les années 1960 ou 1970 ou s'y réfère: Les Années coup de cœur, Né un 4 juillet, Les Rois du désert, Forrest Gump, À la Maison Blanche, Jarhead : La fin de l'innocence,et Lord Of War - Edition Collector 2 DVD....
Ainsi le son de Buffalo Springfield, bien que datant des années 68, est toujours d'actualité, et franchement superbe.

Durée : 36minutes - 12Titres.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Buffalo Springfield (3 albums seulement) a été l'un des groupes qui a le plus influencé la musique rock et dont se sont inspirés beaucoup d'artistes ou de formations des années 60 et 70. Personne ne peut désavouer le constat que Neil Young et Stephen Stills (à l'origine de ce groupe) ont eu des carrières exceptionnelles. Personne ne peut renier l'apport de Jim Messina au rock et au country rock notamment (il rejoindra Buffalo par la suite), seul, avec Kenny Loggins ou Poco. Personne n'ose contester le talent indéniable de Richie Furay, mis au service du même Poco. Leur pédigrée parle pour eux. Et bien le Buf, c'était ce concentré de pointures, Bruce Palmer (basse) et Dewey Martin (batterie) apportant leur écot à cette formation américaine créée en 1966 et séparée deux ans plus tard pour des problèmes de rivalité entre Young et Stills. Entre temps, il y a eu ce premier LP éponyme qui connut un très bon accueil. Le groupe boxait alors dans la catégorie des Byrds, le cador de l'époque du milieu des années 60, en se positionnant dans le country blues, notamment. Groupe éphémère, il a eu le privilège de compter deux génies de l'écriture, Young et Stills (respectivement 5 et 7 titres sur ce premier album), par ailleurs très prolifiques, des voies qui se complétaient merveilleusement bien, comme celles de Stills, de Young et de Furay. Leurs chansons, simples, (généralement courtes) étaient très mélodieuses, appuyées par des guitares magnifiques. Cet album folk-rock-pop californien de 1967, et de 33 minutes, fit sensation à sa publication et traça la voie du succès à Buffalo et ses membres. Quasiment tous les morceaux de l'album sont réellement bons et efficaces (j'émets une réserve pour Go And Say Good Bye), mais celui qui a fait (et qui fait toujours) la renommée de Buffalo Springfield, c'est le pacifique For What It's Worth, single qui ne figurait pas sur le LP d'origine. Ce morceau a été repris dans plusieurs films, notamment Forrest Gump. Beaucoup de soins ont été apportés au son et aux arrangements de ce premier album, bien dans le ton de son époque et qui n'est sans rappeler les Byrds. Buffalo pète le feu au point que l'on se demande combien il y a de guitares dans ce groupe. Album méconnu et qui demande à être jugé à sa juste valeur. Superbe !
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il n'y aurait que la rencontre entre Neil Young et Stephen Stills, avec le destin commun et séparé que l'on sait, qu'on noterait tout de même l'importance historique de l'inaugural long-jeu de Buffalo Springfield, aimable formation folk rock nord-américaine, mais il y a la musique. Une musique forgée lors de nombreux concerts (dont sept semaines consécutives au fameux Whisky a Go Go) permettant à ces jeunes pousses d'affirmer, déjà, un style et un répertoire entièrement original, ce qui est assez rare à l'époque pour qu'on le précise. Bref, ayant décroché un contrat avec Atlantic, les cinq larrons partent en studio où, sous la tutelle de leur deux managers, Charles Greene et Brian Stone, dont on entend hélas le peu d'expérience en la matière, ils couchent amoureusement sur bande les résultats de leur dur labeur débutant. Clairement, avec sept titres pour Stills et cinq pour Young, les deux leaders créatifs de la formation sont déjà bien définis mais il manque quelque chose pour que l'album décolle, trouve enfin son public. De fait, il faudra une seconde édition (où l'essentiel For What It's Worth, sur les exactions policières contre la jeunesse du Sunset Strip venu protester de la fermeture d'un night-club, remplace l'accessoire Baby Don't Scold Me et prend même la position introductrice de la galette) pour que la mayonnaise prenne vraiment. Et le reste, comme on dit, is history... Sauf qu'il faut préciser que l'arbre, For What It's Worth donc, ne fait que cacher la belle forêt que Go and Say Goodbye est un enjoué et sympathique folk rock, que Nowadays Clancy Can't Even Sing est un bel exemple de l'écriture de jeunesse de Mister Young, que Do I Have to Come Right Out and Say It ouvre déjà la voie à la future association de messieurs Young et Stills avec messieurs Crosby et Nash, que Leave nous propose un Young bien possédé et forcément reconnaissable à la six-cordes électrique... Fondateur donc, ce Buffalo Springfield premier auquel on ne peut, en vérité, que reprocher sa mise en son franchement pas au niveau d'une épatante collection de chansons, ça en amoindrit forcément un peu le plaisir mais pas suffisamment pour qu'on ne recommande pas ces doux débuts réussis.

1. For What It's Worth 2:37
2. Go and Say Goodbye 2:23
3. Sit Down, I Think I Love You 2:34
4. Nowadays Clancy Can't Even Sing 3:28
5. Hot Dusty Roads 2:51
6. Everybody's Wrong 2:29
7. Flying on the Ground Is Wrong 2:40
8. Burned 2:18
9. Do I Have to Come Right Out and Say It 3:06
10. Leave 2:45
11. Out of My Mind 3:09
12. Pay the Price 2:36

Richie Furay - rhythm guitar, lead and backing vocals
Dewey Martin - drums, backing vocals
Bruce Palmer - bass guitar
Stephen Stills - lead guitar, lead and backing vocals, keyboards
Neil Young - lead guitar, lead and backing vocals, harmonica, piano
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2013
un album incontournable pour les amoureux du son années 60-70 du rock teinté de country. Buffalo est vraiment un groupe d'anthologie. Ce cd sorti en 1966 (!!!) sonne encore "Géant".
question réédition c'est pas top. même pas un livret pour situé l'époque, les musicos, comment est né le groupe. l'idéal est de se référé à "une anthologie" de Neil Young.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 janvier 2013
Je ne trouve pas ce disque plus mal enregistré et mixé que la plupart de ce qui se faisait à l'époque sur la scène rock, et les musiciens sont de très bons à excellents. Maintenant, c'est sûr, le disque n'est pas homogène, mais la plupart des morceaux restent plus qu'écoutables. Le + décevant finalement, c'est au vu du potentiel de la formation, qu'un seul des musiciens tracera durablement sa route, celle du pourtant surdoué guitariste, arrangeur, multi-instrumentiste, etc... S. Stills se terminant en queue de poisson après CSN, CSNY et un 1er first album.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2004
Quand on observe les membres de ce groupe et que l'on remarque qu'il était constitué entre autres de Neil YOUNG, Stephen STILLS,et de Richie FURAY on se dit que ;l'on va avoir affaire à un super album de Folk et de Country rock ! Bien sûr, on a , au début de l'album le célèbre "For what it's worth" chanté par Stephen STILLS et accompagné par Richie FURAY et Dewey MARTIN. Cependant, l'album manque d'homogénéité et ce résultat est sûrement dû à la forte personnalité des membres. D'ailleurs, chacun se met en avant à son tour, même si la plupart des compositions sont signées STILLS ! Néanmoins, cet album est un témoignage des premiers pas de grands artistes et un des albums pionniers du Country rock.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2013
Cet album à vieilli et ce n'était pas un vin de garde ! Bon si on aime on peu mettre ça en musique de fond et faire une commémo !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
7,68 €
21,62 €
11,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)