Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_TPL0516 Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
8
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

S'il est un album de Grateful Dead qu'il faut avoir, c'est ce Live Dead (enregistré sur plusieurs concerts en 1969), considéré par beaucoup d'initiés comme le plus grand du groupe et un des plus grands live ayant jamais été produit. Il faut dire que la bande à Garcia (pas le sergent mais Jerry) n'a jamais été aussi à l'aise que sur scène, qu'en public et qu'il était grand temps que la mayonnaise prenne car les dettes engendrées par la production des deux albums studio précédents (Grateful Dead était plus un groupe de Live que de studio) commençaient à s'alourdir. Live Dead est une des plus grandes impros rock jamais réalisées. Certains titres dépassent les 10 minutes, les profanes pouvant trouver l'affaire un peu longue... Soyez sûrs que les vrais initiés au Dead (et ils étaient peu nombreux à l'époque fin 60 début 70) en apprécient encore la performance musicale de cette Jam et le talent du regretté Jerry Garcia.
Il faut savoir comme me le rappelait un pote qui a traversé ces décennies en même temps que moi, que les concerts du Dead étaient alors des messes psychédéliques au cours desquelles l'acide tournait. Le Dead accompagnait ses concerts de projections de vidéo. Il ne s'agissait pas seulement de jouer de la musique. C'était le mode de vie communautaire de l'époque Power Flower et Grateful Dead était un membre de la communauté hippie de Frisco. C'était leur mode d'expression artistique et sensorielle. Tout cela, bien sûr, n'est pas perceptible sur l'album, il nous reste la musique sans aucune faute de goût, non stop, lancinante mais pas soporifique, cool sans être ennuyeuse, hypnotisante, bluesy. C'était la liberté sur des influences diverses : Freedom ! C'est adorable et laissez-vous bercer...
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2006
Comme on le dit des dead "ils ne sont pas les meilleurs dans ce qu'ils font, ils sont les seuls à le faire".

Cet album est unique car il représente parfaitement ce côté mythique et mystérieux du groupe, il capture cette atmosphère que seul les grateful dead peuvent créer.

La reprise de "Death don't have no mercy" est vraiment fantastique. C'est pour moi la meilleure interprétation blues de tout les temps. Le solo de jerry est vraiment transcendant. Il nous attrape et nous emmène voyager, il met à jour cette sensation insaisisable dans notre coeur qui a donné son nom au blues. Vraiment unique.

Quant à Dark Star, pour peu qu'on l'écoute au volume max dans le noir, on plane comme on ne pourra jamais le faire avec aucune drogues...

"Feedback" donne une idée des ambiances qu'on devait trouver dans les inombrables et interminables concerts des Dead, et décrit bien l'approche expérimentale de la musique des Dead. Il faut bien comprendre que les Grateful Dead était avant tout un groupe live qui jouait de la musique dans l'instant présent avec l'improvisation comme constant compagnon.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Monument de l'improvisation acid pop ! Grateful Dead nous donne ici une musique hallucinante où Jerry Garcia se défoule sur de longues plages de guitare psychédélique ( dark star ) et le morceau "feeback" nous emmène dans des contrées de musique torturée proche du bruitisme. Très caractéristique du style baba-cool de la fin 1960 début 1970, la musique de Grateful Dead reste une référence en la matière.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1969 : si le Grateful Dead fait maintenant partie des groupes les plus populaires de la scène de San Francisco, ces disques n’ont jusqu’ici reçu aucun retentissement en dehors de Haight Ashbury (bastion hippie où le groupe vivait en totale communauté) et, suite au coût faramineux de AOXOMOXOA, il se retrouve débiteur de 100.000 dollars envers la Warner et se voit bien dépourvu avant que le Summer Of Love ne soit venu ! D’une commune entente, la firme et le groupe décident de tout miser en enregistrant le prochain album dans les conditions les plus favorables à l’épanouissement de son talent naturel : la scène. Ce sera le déclic.
Enregistré entre janvier et mars 69 au Fillmore West et à l’Avalon Ballroom, LIVE/DEAD va devenir l’un des plus grands albums live de tous les temps et l’un des fleurons de la discographie du Dead. Basant tout le projet sur les immenses capacités du groupe pour l’improvisation (énorme Phil Lesh), l’album se constitue pour majorité de morceaux inédits (hormis une version dantesque de ST.STEPHEN), dont deux blues expédiés dans le cosmos (DEATH HAVE NO MERCY et TURN ON YOUR LOVE LIGHT, chanté par Pigpen) et surtout l’emblématique DARK STAR, tour de force de 23 minutes à la virtuosité proche du jazz (immense Jerry Garcia) qui deviendra l’un des morceaux-clé de l’époque et dont la beauté hypnotique servira plus que tout à faire de ce disque un must.
Tops : DARK STAR, TURN ON YOUR LOVE LIGHT, DEATH HAVE NO MERCY, ST.STEPHEN, THE ELEVEN
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2013
Un des albums qui ont "égayé" ma jeunesse dans une réédition de très haut vol et qui met particulièrement en évidence le rôle sous-estimé de Bob WEIR épaulant parfaitement un Jerry GARCIA au mieux de sa forme. Quand la liberté créatrice n'était pas encore trop brimée par l'industrie musicale. Enfin, pas trop, mais juste un peu. Quand des albums majeurs sortaient toutes les semaines.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2013
le dead en live un document surtout quand on écoute les hits d'aujourd'hui
cependant ce style de musique a beaucoup vieilli , mais les amateurs de psychodysleptiques apprécieront
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2013
pour quiconque voudrait découvrir le rock psychédélique à l'américaine et se replonger dans l'ambiance des concerts lysergiques de la fin des années 60.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le meilleur live du Dead avec un dark Star quasi mystique de plus de 20 minutes et entre autre le très rythm' blues Turn on your love light et le magnifique death don't have no mercy.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles

17,94 €
14,98 €
9,17 €
6,99 €
21,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)