undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
60
4,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Avec cet album monstrueux (dans tous les sens du terme), Deep Purple va lancer la décennie de façon significative et le hard rock ne sera plus tout à fait le même. Le disque ve faire beaucoup d'émules et engendrer un tas de groupes qui s'en inspireront. Le truc c'est que Deep Purple va incorporer à des riffs très lourds des influences classiques. Le mot d'ordre devient alors "épique" auquel on pourra lui adjoindre le principe de "cavalcade". "In Rock" est donc une pierre angulaire du rock au sens large et va bel et bien définir pas mal de choses qui allaient suivre dans les années 70. C'est aussi peut-être bien le meilleur album de Deep Purple puisqu'à ce moment les quatres instrumentistes se complètent à merveille, chacun complétant l'autre en donnant l'impression qu'ils se répondent. Le disque possède donc une grande cohésion et demeure très riche musicalement. Il y a la guitare cinglante de Blackmore, évidemment, mais la batterie volubile de Paice ordonne le tout tandis que la basse intraitable de Glover lui donne toute sa substance. Enfin, il y a l'orgue de Lord, l'âme du groupe, qui fait toute la différence et fait plonger le rock dans un autre univers, ambitieux et gourmand. Beaucoup de disques à venir de Deep Purple manqueront cruellement de cette cohésion, ici à son pinnacle, faisant de ce groupe, sur "In Rock", une machine inarrêtable, sûre de sa force, qui impressionne, toute en puissance. Ce n'est pas toujours très fin mais cela fonctionne à plein ici et il y a des moments uniques sur cet album mythique. Signalons une bonne remasterisation sur l'édition anniversaire de 25 ans, s'approchant du grain et de la chaleur du vynile, qui demeure le support idéal pour écouter un groupe aussi organique que Deep Purple. Le single "Black Night" a été rajouté en bonus, ce qui est une excellente chose, mais par contre les autres titres bonus sont d'un intérêt très limite. Bref, voilà un classique de son époque, la restituant pleinement, un disque qui proposait autre chose et qui a défini tout un pan de la musique rock. On appelle cela aussi une référence. Tout n'est pas parfait (certaines compos sont très moyennes) mais les grands moments de cet album sont légion. Presque une franchise.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voila le qualificatif qui sied le mieux à cet enregistrement d'une violence inouïe tout est parfait la pochette, le son qui est énorme pour l'époque et des morceaux de folies, DP ne retrouvera jamais cette sauvagerie en studio par la suite,ce CD est l'une des pierres angulaires du Hard Rock qui venait de naitre
A ranger à coté d'autres enregistrements sauvages eux aussi comme Led Zep 1, The Stooges Fun House, Grand Funk Live Album, J Geils Band Full House, MC5 Kick Out The Jam et encore d'autres que j'oublie surement
Évalué à 10 étoiles si cela était possible
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2002
Je pense que le commentaire fait par Serge au-dessus résume parfaitement la qualité de l'album. Aussi pourrais-je souscrire à chaque mot.
Ce groupe est un des plus grands groupes de Rock des années 70, peut-être de maintenant aussi. Comme son nom l'indique à juste titre, cet album est ancré solidement dans le Rock, le pur, le vrai, et je dirais même plus que c'est une de ses principales racines. En effet, la parution de cet album tourne une nouvelle page : celle du bon rock, et laisse entrevoir celle qui sera plus tard le Hard Rock.
De part le son (caractéristique de Deep Purple d'ailleurs) déjà, qui déchire tout : mélange de basse, guitare, orgue. Comment résister au charme de "Speed King" avec son son surpuissant, sa voix accrocheuse et son question-réponse orgue/guitare? Comment ne pas être scié à l'écoute de "Child In time" : sa superbe intro, son chant transcendant, son long solo de guitare, et à sa fin apocalyptique?
En résumé, cet album est totalement inovant, de part son son, ses idées et sa philosophie, et est haut la main le meilleur album studio du groupe qui a hissé celui-ci jusqu'au Panthéon du Rock.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1969 : 16 ans...Douai : un gymnase et un improbable concert ; Deep Purple a empilé un gig supplémentaire lors d'une tournée bénéluxienne, ou se sont trompés de route (Paris-Roubaix, l'Enfer du nord) ou ont confondu Mons avec Lille-Roubaix-Tourcoing.

Bref, à 3 mètres de la scène, assis en tailleur (yep brother ! un vrai pt'it boy scout), je me fais arracher les tympans, les cheveux et toute la g....e. Un Concert de Rock, un Vrai....

Je n'en suis toujours pas revenu (when i'll be dead and gone, bury my ears in Douai)....

2011 : 58 ans....je réecoute l'album séminal enrichi de quelques pépites (notamment un Speed King, peinard de première bourre)...bon, où je n'ai pas vieilli, où cette musique a vieilli avec moi ou je suis dans la matrice et j'écoute de la java musette....Who cares ? c'est du pur métal, du hard-rock étincelant, du Son...du nanan, du caviar, du Zan

Bref, bon un jour....bon toujours....
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tous les commentaires sur ce site sont unanimes : "In Rock" est un chef d'oeuvre de la pop musique, et certainement l'album le plus important de l'histoire du hard rock. C'est un cataclysme métallique de 43 minutes, avec une première explosion atomique ("Speed King"), et les 10 minutes phénomènales de "Child in time" dont les vocalises ne cesseront à jamais de nous chatouiller la george. J'ai une grosse faiblesse pour "Flight of the rat" et la transition entre le solo d'orgue et de guitare, qui me file des frissons à chaque fois (le meilleur passage de l'album ?), ainsi que "Hard lovin' man", deux titres moins repris sur scène par le groupe.

Mais la question que je pose est celle-ci : comment font-ils ? Comment Deep Purple a opéré cette métamorphose entre le groupe de rythme'n'blues psychédélique, ingénieux, lyrique, et gentillet (voir les trois albums précédants "In Rock") et ce magma, cette fusion, cet électro choc binaire ? Je ne me l'explique toujours pas. Chez Led Zep, il y a une cohérence entre les albums, une évolution musicale lisible. Avec "Deep Purple in Rock" c'est la rupture totale, et la naissance d'un nouveau genre musical, le hard rock ultra speedé et virtuose. Cela tient sans doute à l'arrivée de Ian Gillan au micro (voir l'interprétation originale de "Mandrake root" et ce que Gillan en fait après 70 !) mais les deux solistes Blackmore et Lord, étaient là depuis le début... Mystère... En tout cas, pour ceux (il y en a encore ?) qui ne connaissent pas "In Rock", plongez-vous dans cette débauche de décibels, de riff rageurs, de claviers survitaminé, de hurlements de bête, et vous remarquerez au passage, que Deep Purple "the loudest band in the world" écrivait avant tout de remarquables chansons !
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voici le premier pavé historique de ce groupe mythique. Deep Purple a trouvé la formule magique (une année auparavant) en embauchant le hurleur Ian Gillan et le bassiste Roger Glover, qui lui permettront d’asseoir définitivement son style. Suivant un oubliable et pompier album enregistré avec le Royal Philharmonic Orchestra, cette nouvelle équipe fait enfin éclater la pleine mesure de son talent sur le génial single BLACK NIGHT et surtout sur ce séminal et légendaire album.
Faisant majoritairement reposer la trame des morceaux sur la machine à riffs qu’est devenu Ritchie Blackmore (guitare), Purple contribue à sa manière à l’explosion des limites du rock, assénant des assauts d’instruments en fusion dans une spirale paroxystique infernale (SPEED KING). Ainsi CHILD IN TIME, chef-d’œuvre s’il en est, restera l’un des morceaux emblématiques de la formation, en faisant outrageusement démonstration des immenses qualités musicales de ses membres (incroyable Ian Gillan ici). Développant ses morceaux à partir de jams, Deep Purple rend chacun d’eux crédible grâce à un sens inné du break à tiroir, faisant se suivre des passages à l’équilibre hallucinant et osant des choses que seul un ego tel que celui exposé sur la pochette peut engendrer. Un disque fondateur, fabriqué par des musiciens supérieurs à tous ceux qu’ils vont inspirer.
Tops : CHILD IN TIME, SPEED KING, BLOODSUCKER, INTO THE FIRE, FLIGHT OF THE RAT
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 16 février 2007
Cet album compte parmi les albums séminaux de la rock music, au même que "Wheels of Fire", "Who live at Leeds", "Electric Ladyland", "Get your yas yas out" et "Led Zeppelin 1".
Blackmore touche sa bille comme peu ont su le faire. Son duo avec Jon Lord est époustouflant d'entente, Ian Paice est un très grand battteur de rock (je n'irai pas jusqu'à dire qu'il est de la trempe d'un Moon, mais pas loin). Quand à Gillian et Glover, ils font ce qu'il faut.
Mais surtout, il y a la synergie, l'énergie et la puissance sonore du groupe.
Une telle réussite laisse pantois. Et puisque "Deep Purple in Rock" est totalement réussi, on peut choisir le morceau que l'on qualifiera-artificiellement- de meilleur ; pour ce qui me concerne, c'est "Flight of the rat". De toute façon, tout s'écoute sono à fond. Et que Dieu protège vos tympans.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2015
Le premier album de Deep Purple avec la nouvelle formation est celui-ci. Après avoir évincé Rod Evans et Nick Simper, Roger Glover et Ian Gillan s'installent pour ce qui deviendra la formation la plus emblématique du groupe britannique. Dès le premier morceau, la guitare rugit. C'est ce son de guitare particulièrement fort, saturé, qui donnera ses lettres de noblesses à ce genre qu'est le hard rock. Bon, en ce qui concerne cet album, il a quand même bien vieilli. Il sent l'époque des années 70, les hippies, et tout ce qui s'ensuit ! le titre suivant me conforte dans mon impression. Bloodsucker part dans un délire assez similaire au titre précédent. Je retiens principalement de cet album Child in time bien évidemment. Ce morceau commence tout doucement, avec le clavier de Jon Lord. Viennent ensuite les cris aigus de Ian Gillan, au sommet de sa forme vocale à l'époque. Cette chanson reflète une tension assez palpable entre les cris du chanteur, et le solo qui part sur un rythme moyen, puis s'accélère pour parvenir à une apothéose explosive. Pour cette chanson, qui sera interprétée lors de nombreux concerts du groupe, cet album vaut au moins le détour.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ceci n'est pas le énième commentaire sur cet inrockuptible album, monument fondateur du hard-rock britannique, mais l'annonce de la sortie deDeep Purple Rhapsodie in Rock.

Il était temps car les derniers fans encore en vie se raréfient. Jean-Sylvain Cabot, ex-journaliste à Guitares&Binious, a donc écrit cette première biographie du Pourpre Profond en FRANCAIS qui sortira le 22 août.

Un grand merci d'avance aux éditions Le Mot Et Le Reste qui j'espère ne failliront pas à leur tradition de qualité.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2009
Avec cet album, DEEP PURPLE dépose les codes du Hard-Rock. Cet albmu qui date officiellement de 1970 a été composé à partir de juin 1969. Child in time, Speed King étaient déjà joués dès les premier concerts avec Gillan et surout Glover dont il ne faut pas négligé ses qualités de songwritter qui alliées avec les velleïtés de Blackmore de durcir son jeu et son rock (que l'on avait déjà entre-aperçu dans l'album "Chasing Shadow" avec Why did'nt Rosemary) ont certainement amené cet album à être le premier véritable album de Hard Rock.
Contrairement aux Led Zep I qui est plus un album de blues que de hard et le II qui traine encore un blues bien présent, IN ROCK s'en affranchi par des compositions hors de ces règles.
Le numéro un en ce qui concerne les albums de hard-Rock. Un incontournable pour les albums rock...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,00 €
3,37 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)