Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
32
4,7 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:2,71 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un grand chanteur a disparu : Ronald James Padavona, plus connu sous le nom de Ronnie James Dio.
Emporté par le crabe le 16 mai 2010, à 67 ans.

Véritable forçat du Rock, passionné, Ronnie débuta sa carrière professionnelle dès les 60's, mais ce n'est qu'à la faveur des « bonnes fées » de Deep-Purple (qui n'avaient pas leurs oreilles bouchées), qu'il se fera définitivement un nom, une respectabilité. D'abord grâce au concours de Glover et Paice, qui produiront le 1er album d' Elf, ensuite se fût l'album solo de Glover, avec l'immense succès de « Love is All » du Butterfly Ball (dont le court-métrage d'animation est encore parfois retransmit) ; et enfin, c'est la mise en orbite avec Ritchie Blackmore, qui fondit Rainbow. A partir de cet instant, Dio fut pour beaucoup, et ce pendant quinze ans (voire bien plus : il reçu encore un prix en avril dernier), un des meilleurs chanteurs de Hard-Rock et/ou de Heavy-Metal. La voix est puissante, très expressive, assez grave et très légèrement rocailleuse, avec des intonations souvent "menaçantes", ce qui colle parfaitement au genre de musique abordé (mais qui ne correspond pas à son physique ; en effet, en l'écoutant, on imagine aisément une personne plus robuste et plus grande).

En 83, Dio réalisa le 1er album de sa carrière solo, « Holy Diver », sorti la même année que «Live Evil » ; il demeurera pour beaucoup le meilleur qu'il ait réalisé sous son patronyme. Peut-être le plus direct, le plus brut, et le plus frais. Bien qu'il n'atteint pas les sommets de «Heaven & Hell» (avec Black Sabbath), et encore moins ceux de «Rising » (avec Rainbow), il n'en reste pas moins un album de qualité. Un pur produit de Heavy-Metal quelque peu gothique, baignant dans l'imaginaire Heroïc-Fantasy propre à Dio (mais pas seulement), tout en gardant un lien avec un Rock primaire et brutal, dont la source remonte au début des 70's, au Hard-blues. Un Heavy-Metal qui fera école, (et souvent plagié), orchestré autour de Vinnie Appice (fraîchement débauché de Black Sabbath), de Jimmy Bain (également fraîchement débauché de chez Gary Moore), et de Vivian Campbell (Irlandais, alors à peine connu dans le milieu au sein de Sweet Savage). Le succès fut fulgurant. Déjà, il y a cette pochette blasphématoire, provocatrice, frappante, qui marqua les esprits. Ensuite la musique. Le Sabbath de Dio rencontre le Rainbow de... Dio, avec néanmoins, moins de lourdeur propre au premier, et un lyrisme moins prononcé par rapport au second. C'est plus rude, plus cru, plus vindicatif. L'album fit l'effet du bombe, perça les charts anglais et américains, et les grattes des apprentis guitaristes résonnaient du riff de « Holy Diver ».

Ronnie dû attendre ses 33/34 ans pour connaître le succès (il avait 41 ans à la sortie de "Holy Diver"). Beaucoup se seraient découragés avant. Mais maintenant, il est entré dans la légende du Hard-Rock et du Heavy-Metal.
Déjà les témoignages fleurissent sur le web, y compris de ses pairs (et non des moindres), relatant sa gentillesse, son amabilité et son talent.
1111 commentaires| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quand Ronnie débarque en solo, il est loin d'être un débutant, en plus d'avoir fait la grenouille dans un interlude de notre enfance (Love Is All), il a participé à trois belles formations des années 70 : Elf, Rainbow et Black Sabbath. C'est dire si le bonhomme a les credentials, et en plus, il sort un album, pfui !, c'te bombe ! Les chevelus ne s'en sont toujours pas remis !
Parce qu'Holy Diver est un sacré foutue bonne galette de hard rock juste un peu métallisé et que, pas vraiment à la mode à sa sortie, toujours pas démodé aujourd'hui, il tient admirablement bien le choc des ans (quoique Rainbow in the Dark et son thème de synthétiseur simpliste... mais c'est bien l'exception). Et ça commence très fort avec un bon gros rocker bien agressif et rapide où le gnome peut étaler tout sa classe vocale sur un machin taillé sur mesure, une sorte de Kill the King bis qui n'a pas à rougir de la comparaison (Stand Up and Shout). La suite est une longue liste de confirmation que Ronnie a non seulement réuni un groupe de qualité (avec le futur Whitesnake et Def Leppard Vivian Campbell en guitar-hero potentiel), mais aussi créé le parfait panorama de ce qu'attend alors le hardos moyen qui en aura, donc, pour ses sesterces : de l'épique mid-tempo solide et inspiré, y en a (Holy Diver, Don't Talk to Strangers, Invisible, Shame on the Night), du bon gros heavy rock solide comme un bulldozer rétamant tout sur son passage, y en a aussi (Stand Up and Shout donc, mais aussi Gypsy et Straight Through the Heart), du hard rock accrocheur, itou ! (Caught in the Middle, Rainbow in the Dark). D'aucun diront qu'il manque la ballade qui tue, mais avec les débuts tempérés de Don't Talk to Strangers et Invisble, la dose n'est pas tout à fait absente.
Evidemment, Dio puise ses idées dans son déjà glorieux passé avec d'indéniables résurgences de Rainbow et de son Black Sabbath, et parfois des deux en même temps, rien que de très normal et, puisque tout est bon ici (même Rainbow in the Dark, oui !), que le panorama est complet et impressionnant, on ne peut que recommander, aux rares oublieux qui seraient passé à côté, le chef d'aeuvre originel de Dio, le groupe.

1. Stand Up and Shout 3:18
2. Holy Diver 5:51
3. Gypsy 3:39
4. Caught in the Middle 4:14
5. Don't Talk to Strangers 4:53
6. Straight Through the Heart 4:31
7. Invisible 5:24
8. Rainbow in the Dark 4:15
9. Shame on the Night 5:19
Bonus
10-19. Ronnie James Dio (interview 2005) 35:10

Ronnie James Dio - lead vocals, synthesizers
Vivian Campbell - guitar
Jimmy Bain - bass, keyboards
Vinny Appice - drums
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Regardez bien la pochette du disque... Les mains du diable... Ce serait donc à mister Dio que nous devrions ce signe que tout le metal a repris depuis... Encore un grand mystère de l'Histoire...

1983. Ronnie James Dio vient de quitter Black Sabbath avec lequel il a enregistré deux des meilleurs albums du groupe selon moi: "Heaven and Hell" et "Mob Rules" non sans avoir au passage embarqué leur batteur de l'époque, Vinnie Appice.
Décidé à ne plus subir le dictat d'un leader (Tony Iommi ou Ritchie Blackmore avec lequel il a enregistré 3 albums de Rainbow), il fonde son propre groupe. Il retrouve d'ailleurs Jimmy Bain, bassiste de Rainbow époque "Rising" et engage un guitariste pas franchement connu mais sacrément efficace: Vivian Campbell.

Alors, évidemment, comme R. J. Dio ne se contentait pas de chanter dans les groupes pré-cités, on retrouve un peu de Black Sabbath et de Rainbow dans les compos. Sabbath pour la lourdeur ("Holy Diver", "Shame on the Night"...) et Rainbow (le Rainbow des "Tarot Woman" et autres "Stargazer") pour les mélodies. Une synthèse très réussie des deux.
Notez au passage que le synthé n'est encore que peu exploité sur cet album et le sera bien plus sur les productions à venir.
Mais on ne peut pas limiter cet album à cela. Dio, le groupe, impose son style propre et, dès ce premier album, frappe un grand coup. Un grand groupe de metal est né.
Aujourd'hui, la production de cet album sonne un peu datée. Mais il n'empêche que "Holy Diver" et "The Last in Line", album suivant, font partie des grands classiques du metal.
2626 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2013
Ce premier album de Ronnie James Dio aprés son départ de Rainbow est le meilleur album de Dio.Les compositions sont inspirées, les musiciens au sommet de leur forme quand au chanteur il démontre ici toute l'étendue de son talent.La carriére de Ronnie James Dio démontre qu'il a été un des plus grands chanteurs de hard- rock , il nous a hélas quitté beaucoup trop tôt et le vide est immense.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2012
Je viens de recevoir la version Deluxe de ce chef d'oeuvre. On pourra toujours se demander le bien-fondé d'une telle édition: appel du commerce, capitalisation sur le nom de Ronnie, remise à niveau technologique...mais on restera toujours libre d'hacheter ou non le produit.
Je ne vais pas faire de titre par titre, celà n'aurait aucun intéret, tant ils sont connus de tous. Si certains, plus jeunes, découvrent ce disque, sachez alors qu'il s'agit d'un des tous meilleurs albums de hard rock des années 80.
Que vaut la remasterisation ?: je la trouve plutôt bonne, le son est nettement dynamisé, la voix de Dio est majestueusement restituée, du pur bonheur. Les instruments sont tous bien audibles, juste un petit bémol au niveau de la caisse claire qui est à mon gout, un peu trop présente, mais rien de bien grave (celà s'arrange bien avec quelques légers réglages).
Le livret est fort bien documenté, avec un historique intéressant du groupe, et une remise en contexte de la sortie des différents singles de cet album.
Le CD2 renfermant les bonus n'est pas mal. On y trouve une version de "Evil Eyes" qui apparaitra plus tard sur "The last in line". Puis deux titres live ("Stand up and shout" et "Straight through the heart") qui figurent sur le live à Donington de 83/87, mais qui à l'époque étaient la face B du maxi de"Rainbow in the dark" également présent sur ce bonus. Le son de ces deux titres live est excellent.
Viennent ensuite le must: 6 titres enregistrés au King Biscuit Flower Hour le 30 octobre 1983, donc parfaitement dans la chronologie de l'album. On y trouve d'excellentes versions de "Stand up and shout", "Shame on the night", "Children of the sea", "Holy diver", "Rainbow in the dark" (clavier un peu retro, mais quel solo de Vivian Campbell!!) et "Man on the silver mountain".
Cette version Deluxe est un excellent produit, qui peut représenter LA version ultime de ce chef d'oeuvre.
Si vous ne possédez pas cet album, c'est cette version qu'il vous faut. Si vous l'avez déjà dans une version plus ancienne (attention, il existe une réédition de 2005 que je n'ai pas entendu et qui peut être très proche de celle-ci,mais sans le CD2), alors faites vous plaisir avec celle-ci.
77 commentaires| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 5 octobre 2000
Ex-chanteur de Elf mais aussi et surtout de Rainbow, Ronnie James Dio se lance dans l'aventure solo avec ce premier album en 1983. Entouré d'excellents musiciens : Jimmy Bain à la basse, Vivian Campbell à la guitare et Carmine Appice à la batterie, Dio réussit un vrai coup de maître. "Holy Diver" est le premier album de l'histoire du métal à évoquer des thèmes aussi fantastiques. On peut dire que Dio est à l'origine de toute la vague du métal mélodique qui apparaitra dans le sillage d'Helloween à la fin des années 80 (Gamma Ray, Blind Guardian...). L'album démarre sur les chapeaux de roue avec "Stand up and Shout", vire à l'épique sur "Holy Diver", et au mélodique sur "Don't Talk to Strangers", avant de finir en apothéose sur "Shame on the Night". Un très bon album de Heavy metal des années 80 à conseiller aux fans des Judas Priest, Iron Maiden, Deep Purple ou autres Twisted Sister...
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce premier album de DIO, le groupe, s'est d'emblée imposé comme un classique du Heavy Metal, reprenant le meilleur des deux formations précédentes de Ronnie James Dio, RAINBOW et BLACK SABBATH, avec une touche commerciale parfois prégnante, comme sur le tube "Rainbow In The Dark". Outre les qualités intrinsèques de l'album originel, les bonus proposés sont très intéressants : la 1ère version studio de "Evil Eyes" (parue en maxi) des titres live enregistrés lors de deux concerts. Titres live qui confirment (après l'édition du concert aux Monsters Of Rock de Donington 83) que le groupe était extrêmement affûté et percutant. De plus, le packaging est de bonne qualité, avec des illustrations nombreuses (on pourra regretter le texte un peu bavard).
Alain Lavanne
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2015
Je ne comprends pas ceux qui ont mis moins de 4*...Chacun ses goûts d'accord, mais là ! Je n'étais qu'un gosse quand un pote m'a enregistrer son vinyle sur une cassette pour découvrir d'autres groupes de hard que MAIDEN...Et là, la claque, un chant d'une puissance et d'une qualité hors-norme servi par une rythmique d'enfer ( Maître Appice aux fûts et un clone de Steve Harris à la basse !!! ) quand au guitariste, une rapidité proche du speed-metal, une lourdeur enhivrante, des riffs de fous et des soli magiques ( sans compter les somptueuses sonorités du claviériste qui vous plonge dans l'ambiance à foutre la frousse à un gamin de 11 ans !!! comme lors de ma 1er écoute ). 30 ans après je prends toujours autant de plaisir à l'écouter ! Je me souviens avoir rouler 48 h avec ma famille pour aller en Pologne en 1986 et mon Père écoutait et ré-écoutait cette cassette, il était converti en une écoute et par une nuit lugubre que desouvenirs !!! J'ai bien sûr suivi la carrière du Maître, mais l'album " the last in line " que j'ai acheter par la suite souffrait d'une production indigne du successeur de "HOLY DIVER " et ses compos était pour la plus part moins bonnes...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2010
16 mai 2010, 07 heures 45, LOS ANGELES. Ronald james PADAVONA, 67 ans, vient de rendre son dernier souffle...Lui qui en a tant eu depuis plus de 50 ans pour hurler "HEAVEN AND HELL", "HOLY DIVER", "MOB RULES", "MISTREATED" et tan d'autres a fini par rendre l'âme (au diable?). Il me semblait que choisir l'album "HOLY DIVER" pour ce modeste hommage était l'écrin idéal pour un chanteur de sa trempe. Le vrai démarrage d'une carrière sous sa propre bannière et son patronyme, après tant d'aventures avec ELF, RAINBOW, BLACK SABBATH ; BLACKMORE, IOMMI, CAMPBELL, ALDRICH. Cet album rassemble la quintessence d'un aventurier des chemins vocaux torturés, à l'instar d'un GILLAN ou d'un HUGHES. Appuyé par une magistrale double paire d'instrumentistes de hauts vols, dont le démoniaque APPICE aux futs, Ronnie nous emmène vers les sommets. Les albums suivants, si ils demeurent d'excellente facture, ne recèlent pas ce petit plus de magie que nous avons tant été à découvrir en 82.
Voilà, lui qui a tant chanté les anges et les démons, le paradis et l'enfer ; lancé vers les cieux les cornes du diable de sa main droite, il les a rejoint aujourd'hui pour notre plus grand malheur...
Rest In Peace Ronnie James Dio.
55 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2010
Un très grand chanteur nous a quitté! je le savais malade, mais on croit toujours que la science nous sauvera!! ... en tout cas ce disque m'a marqué a jamais!! adolescent, certains albums nous suivent, et celui-la est un pur joyau du hard, tout simplement! gratteux superbe, batteur de folie, bassiste au niveau, mélodies travaillées...D'ailleurs, je rigolais il y a 6 ou 7 ans , quand un journal francais redécouvrait une vidéo américaine de ses succès!!!??.. A mourir de rire!!! quand on n'y connait rien! MERci en tout cas RONNIE!!et...Don't !Talk To Strangers!!!!
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)