undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
19
4,1 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:10,00 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 avril 2009
Album reflet des 70's avec un morceau de 30 minutes, furieux et enlevé qui justifie à lui seul l'achat de l'album. Notre époque avec des titres calibrés radio de 3 minutes ne permet plus au public de partager ce genre d'expérience. Indescriptible, il faut y aller et se laisser porter.
11 commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 janvier 2005
Comment ne pas se transcender sur cet album magistral qui nous a fait (et comment!!) voyager à l'époque. Et cette pochette LP française façon aluminium brossé avec un papillon d'acier gravé...Un collector qui figure toujours dans ma discothèque vinyle.
On attendait tous le solo de batterie monumental avant de reprendre sur nos guitares-balais Bissel (on l'a tous fait ne le niez pas)les riffs ravageurs de ce groupe qui marque l'arrivée des Yardbirds et du Zeppelin de plomb.
En parlant de batterie et de rythme de plomb, réécoutez le double des Cream "Wheels of Fire" et vous ne pourrez plus écouter Eric Clapton, Jack Bruce (bass) et Ginger "Heavy" Baker (drums) comme avant!
Allez les djeunes! Nettoyez vos oreilles bouchées à la cire dégoulinante de starac!
22 commentaires| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Et oui , cela ne nous rajeunira pas , mais quelques années après redécouvrir cet album , bien sur pour son unique morceau archi connu et quelques autres , ne me fera pas devenir passéiste .
Soyons lucide , le blues , le rock n ' roll , puis la pop , le hard rock , le punk rock , la musique planante , la soul nous ont laissé quelques monuments sonores pour lequel on s' accroche et que l ' on écoutera toujours encore et plus .
IN A GADDA, DA VIDA , en fait partie alors que certains groupes du moment , réalise un CD puis deux puis PSCHITT et pas un titre accrocheur que l ' on se rappelle , 10, 20 plombes après .
Tout n 'est qu ' une question de gout musical !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2016
pas decu de l.achat.j.ai achete le vynil en 1969 aux etats unis pendant ma periode miltaire.apres avoir perdu le vynil .j.ai mis plus de 40.ans a le retrouver.lorsque je suis aller sur votre site amazone .je l.ai commande et je ne suis pas decu.j.ai retrouve le meme son .in a gadda da vida.genial
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2014
Perfect All ok no problem good article fast shipping ( ) ) ) ) ) ) ) ) ) )
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2015
Depuis le temps ou j'écoutais l'original de 1968 à me défoncer les oreilles, je n'ai plus de fumées dans le cerveau.....alors, on peut comprendre que cette musique psychédélique réveil à juste titre quelques envies.

Iron Butterfly: 1 titre mais inoubliable!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2016
CHRONIQUE DE PHILIPPE PARINGAUX MAGAZINE ROCK&FOLK MARS 1969 N° 26 Page 59/60
2° Album 1968 33T Réf : ATCO 503019
Qui donc se plaint que le rock'n'roll n'existe plus ? Ces gens-là ont-ils perdu leurs oreilles, pour ne pas se rendre compte que cette musique est toujours aussi présente dans les enregistrements pop et que seules les étiquettes ont changé ? Et un peu la forme aussi, c'est vrai ... Ce n'est tout de même pas sans raison que les Américains appellent "rock groupe" les Doors ou le Jefferson Airplane : c'est parce que qu'ils jouent effectivement du rock, celui de 1969, un peu plus évolué que l'autre et c'est normal autant que réjouissant. Ainsi , ce Papillon de Fer passe aux yeux de beaucoup pour un de ces groupes que l'on qualifie avec un peu de méfiance d'underground et dont on taxe volontiers la musique d'intellectualisme, voire d'ésotérisme. Rien de plus faux, en vérité, la musique de l'Iron Butterfly étant tout le contraire de cela. Pas intellectuelle pour un sou (oh ! que non, écoutez les paroles d'In-a-gadda), pas compliquée non plus et très swinguante, elle ne remet rien en question de l'art contemporain. Doug Ingle, leader et compositeur du groupe n'a d'ailleurs pas cherché à le faire. Ce qu'il veut, c'est faire du rock, et il y réussit parfaitement bien. Il faudrait être bien sot et sacrément réactionnaire pour aller lui reprocher de ne pas refaire ce que les "pionniers" faisaient il y a dix ans et plus : il est leur fils, qu'on le veuille ou non ....
La face A de ce disque est une réelle déception ; rien d'original, rien qui accroche vraiment et une certaine confusion sinon une confusion certaine. Comme si tout cela n'était que du remplissage et que les musiciens avaient réservé le meilleur d'eux mêmes pour leur long morceau de bravoure, "In A Gadda Da Vida". Et là, les choses changent du tout au tout. A partir d'un riff très simple et qui revient tout au long des dix sept minutes que dure le morceau, l'Iron Butterfly réussit à établir un climat dramatique et envoûtant, fait de superbes détentes et de brusques flambées de violence. Sur le tempo pesant et immuable de la batterie et les six notes lancinantes de la rythmique, l'orgue étale ses nappes sonores tour à tour incandescentes et pacifiées, la guitare mouline un solo distordu qui semble arracher ses cordes. Le temps d'un solo de batterie fortement teinté d'africanisme, et tout se calme de nouveau déchirer la sérénité de l'orgue qui semble se promener dans une cathédrale ; et, venues de très loin, les six notes reviennent, marquées par la basse, et tout éclate en un feu d'artifice sonore à mi-chemin entre le Carnaval de Rio et les plaintes de la musique arabe. Vraiment, tout le contraire d'un disque à COMPRENDRE ; un disque a RESSENTIR.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2015
L'écoute de cet album d'Iron Butterfly procure toujours autant de plaisir, cette musique n'a pas pris une ride !
Et ce morceau d'anthologie de plus de 17 minutes, c'est juste du bonheur
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2001
Combien sommes-nous a avoir craque pour cet album. Probablement un maximum. Je ne sais toujours rien de ce groupe, si ce n'est que les effets de cet album se sont fait longtemps ressentir chez moi. Bref, apres In A Gadda Da Vidda, il m'a fallu du temps pour atterrir de nouveau.
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2005
You know why I bought this album. Some how I missed this title "In-A-Gadda-Da-Vida" until the end of 1968. I guess I was a late bloomer. However this has always stuck in my mind. Eventually I replaced all my vinyl with CD's and when I came to this one somehow the depth of the music did not transfer well. However this CD is still worth the price. As far ads the other tracks "Are you Happy" is marginal and the others are forgetful. With the advent of read/write CD's I can now transfer "In-A-Gadda-Da-Vida" to a CD of its own and maybe make a few copies on the Same CD. Isn't technology wonderful? Warning 17minuts of you life will be consumed by this track.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

26,24 €
11,30 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)