Cliquez ici Cliquez ici GNOXmas Cloud Drive Photos En savoir plus En savoir plus nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles
22
Chopin : Intégrale des nocturnes et des impromptus (Coffret 2 CD)
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

le 23 juin 2017
Du pur bonheur, du pur Chopin.
A chaque écoute les notes s'aiment et s'expriment à déclencher l'émotion...
Virtuosité du pianiste ? Incontestablement.
Quant à l'auteur de ces mélodies, je ne saurais exprimer mon respect par de simples mots.
Frédéric Chopin, Claudio Arrau : couple parfait.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 14 mars 2010
L'enregistrement des Nocturnes par Arrau est considéré depuis sa parution comme un des plus grands enregistrements jamais consacré à la musique de Chopin.
Non seulement cette réputation n'est pas usurpée, mais je me risquerais même à surenchérir sur les superlatifs en le regardant comme l'un des plus grands enregistrements d'une oeuvre musicale tous genres et toutes époques confondues.
Arrau porte à son plus haut degré de perfection l'art du cantabile, car ce n'est pas de piano dont il est question ici, mais de chant. On sait que Chopin admira profondément Bellini et Arrau semble calquer sa voix sur celle d'une diva belliniene.
Aux qualités d'interprétation phénoménales, s'ajoute une prise de son exceptionnelle qui rend pleinement justice à la profondeur de son d'Arrau, à son « timbre de voix » si personnel.
Arrau applique le même art aux impromptus, oeuvres plus virtuoses et plus extérieures que les nocturnes et leur donne une profondeur insoupçonnée. Dans ce répertoire comme dans d'autres (Liszt notamment) Arrau s'oppose à tout une tradition interprétative brillante dont Rubinstein et surtout Horowitz ont été les représentants les plus marquants et nous mène très très loin dans l'imaginaire de Chopin.
0Commentaire| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 31 octobre 2017
Je suis tombé sur les commentaires des Nocturnes et cela m'a ému de constater que mon admiration infinie pour Claudio Arrau était partagée. L'écoute intégrale de cette oeuvre géniale sous les doigts de celui qui est pour moi le plus grand pianiste de tous les temps ne laisse pas indemne. Cela vous bouleverse et vous hante longtemps. Inutile de refaire l'analyse, très bien faite par les autres, de ce jeu à la fois inouï au sens propre, radicalement nouveau, et s'imposant en même temps comme la révélation de la vérité de l'oeuvre. Arrau ne fait pas de l'Arrau, comme certains osent le dire, il atteint l'essence de l'oeuvre en donnant une âme à chaque note, à chaque accord, et surtout au passage d'une note à l'autre, à la phrase. La sonorité est d'une complexité à peine croyable mais l'unité organique est préservée et révélée.
Mais Arrau n'était pas génial que dans Chopin, il l'était dans tout! Ceux qui ont écrit les commentaires, mes frères en mélomanie, connaissent certainement sa sonate de Liszt, de l'avis de tous inégalée à ce jour. Je voudrais simplement signaler, au cas où elles seraient passés inaperçues, ce dont je doute, deux merveilles absolues : l'adagio de Mozart, joué avec un poids et une profondeur inhabituels mais sans détruire la grâce, et la dernière version du Clair de lune de Debussy (the final session), qui est une incantation qui vous arrache littéralement à ce monde prosaïque pour vous emmener très loin, vers où, on ne sait...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 5 février 2003
Les Nocturnes de Chopin portent bien leur nom : ce sont des créatures de la nuit, sombres, secrètes, intimistes, douces et tristes. Rien de mièvre là-dedans, pour peu que le pianiste soit à la hauteur. Juste une sensibilité infinie, avec le zal (l'équivalent polonais du spleen baudelairien) en fil rouge.
Tout ça magnifiquement mis en son par Claudio Arrau, plus déprimé (et déprimant) que jamais ! À mon avis, la plus belle interprétation des Nocturnes à ce jour.
Avec Arrau, la musique se fait également chair : derrière le son du piano, on entend le souffle de l'homme, le bruissement des pages qu'il tourne. Réjouissant, en ces temps où le son se doit d'être aussi aseptisé que possible.
Une dernière chose : les titres dont sont affublés les premiers nocturnes (Murmures de la Seine, Les zéphyrs, etc.) ne sont pas d'origine. Là, pour le coup, on atteint au sommet de la niaiserie. Un bon conseil : oubliez-les !
Pas de mots, de la musique avant toute chose... Cette musique-ci.
0Commentaire| 58 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 21 septembre 2013
On sent qu'Arrau souhaite contrôler complètement sa prestation. Il n'y a pas une note, une nuance, une respiration qui n'ait été pensée, réfléchie, travaillée. Cela donne une splendeur sonore permanente, une lecture radiographique de l'écriture de Chopin. Il y a là de quoi décourager beaucoup de pianistes ! On peut toutefois préférer une approche plus instinctive mais je crois vraiment qu'il faut avoir plusieurs versions des Nocturnes de Chopin dont celle-ci qui reste un monument ... un peu marmoréen. Mais que c'est beau !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 1 octobre 2010
Depuis mon enfance, Chopin avait été rayé de mon horizon musical par l'interprétation qu'en donnait Rubinstein. Version romantique collant au talon de l'auditeur inaverti tel un chewing-gum à la talonnette de l'imprudent passant.

Un jour, par le plus grand des hasards et tel un chien de chasse tombant en arrêt devant la promesse d'un gibier, j'ai entendu les nocturnes de Chopin par Arrau. N'étant pas sourd, j'ai reconnu Chopin, mais un Chopin transfiguré, hanté, sublimé... et depuis lors cette musique tellement rejetée, est devenue une musique pour la "Einsame Insel" (l'île déserte). Chaque note est pensée, sentie, vécue avec retenue et pudeur, laissant juste transparaître le déchirement intérieur et par moment la fulgurance d'une flamme brûlante. Depuis ce jour-là, je bats ma coulpe en demandant pardon à Monsieur Chopin et je remercie Monsieur Claudio Arrau.
11 commentaire| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 28 mai 2010
Rares sont les CD où apparaissent les trois Nocturnes posthumes (n°19, 20, 21) et toutes les autres sur un même album. Celui-ci est double et complété de plus par l'intégrale des Impromptus. le contraste en est d'ailleurs assez saisissant. La finesse de l'interprétation des Nocturnes ne fait pas regretter l'achat ! Outre les posthumes magnifiques et magnifiquement jouées, mes coups de coeur émotionnels vont vers op 15 n°3, op.27 n°1 et (surtout) n°2. Je trouve un petit peu moins réussie l'interprétation des Impromptus, notamment du 4e (Fantaisie-Impromptu); peut-être que le contraste entre sa partie rapide telle des envolées d'oiseaux encadrant le romantisme délicieux de la partie lente n'est pas facile à équilibrer, l'une ou l'autre déteint souvent un peu.
La qualité audio du double CD n'est pas mal (les enregistrements ont quand même trente ans !) et comme des Nocturnes s'écoutent aussi... la nuit, je trouve que le rendu au casque qui pourtant ne laisse rien passer (Sennheiser HD595, voir mon commentaire) est bon
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 30 août 2012
pour moi, chopin fait parti des rares compositeurs qui intègre l'émotion dans sa musique, très bon cd surtout sur le fait que la nocturne n° 20 fait parti de ce cd, la plus part d'autres enregistrements des nocturnes s'arrêtent à 19 , ( pourquoi pas la n° 20 )l'enregistrement est de très bonne qualité ,et l'interprétation par claudio arrau est comme d'habitude superbe.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 26 juillet 2007
Ici les nocturnes sonnent parfaitement. C. Arrau réalise la parfaite
synthèse entre les rigueurs de l'écriture et la nécessaire inspiration.

L'interpréte nous livre un Chopin douloureux, romantique, exigeant.

Ici Claudio Arrau nous fait oublier Cortot et Rubinstein.

Une grande interprétation vous dis-je !

Patrick
11 commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 21 août 2009
Je ne peut qu'approuver les commentaires précédents. Arrau donne à ces nocturnes une profondeur incroyable. Un jeu inspiré, le détail de chaque note qui arrive quand il faut pour nous tomber directement sur le coeur. Un très grand moment de musique.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus



Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)