undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
4
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:13,53 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Difficile d'être objectif dès lors qu'on évoque ces deux maîtres que sont Bill Evans (piano) et Jim Hall (guitare). Disons-le d'emblée : dans ce duo qui visait à apporter un peu d'espoir quant à une suite d'Undercurrent paru cinq ans plus tôt, se dégage malheureusement, au fil des écoutes, un léger sentiment de frustration. Je m'explique : au delà de la durée minimaliste de l'album (32 minutes) et malgré l'homogénéité de la musique proposée ici (six pièces) et des conditions studio de premier choix (c'est le label Verve qui produit alors cette session de 1966), c'est le peu de surprises que réserve l'ensemble (hors mis un ou deux thèmes) et qui me fait mettre trois étoiles seulement. Intermodulation est un bon disque, très agréable à écouter ! ça démarrait même très fort avec une version sublime de I've Got You Under My Skin (Cole Porter).

Mais la suite me paraît, malgré le talent des deux protagonistes, assez anecdotique. Le choix du répertoire me semble par ailleurs assez inégal. Si le sens de l'intime avec ce classique issu de Porgy and Bess (My Man's Gone Now) est à saluer, le sens de la dramaturgie m'apparaît, lui, bien limité et pas aussi fort que lorsque Bill Evans jouait ce thème en trio (dans Sunday At The Village Vanguard par exemple). Jim Hall a beau être parfait et proposer de belles lignes mélodiques, ce dont lui seul a le secret, avec ce sens hors pair de la répartie, la magie n'opère pas ou si peu (ainsi la version d'Angel Face reste un peu en deçà de ce que l'on était en droit d'attendre). La technique n'est pas en question ici, mais comparé à Undercurrent, Intermodulation est en dessous en termes d'émotions et de surprises.

Pour autant, le disque s'écoutera avec un certain plaisir, un plaisir ironique sans doute (la version de Jazz Samba est une petite perle et contraste pas mal avec l'asthénie générale des autres compositions). Bref, au final, voici un bon disque comme il y en a tant d'autres : il s'écoutera tranquillement certes, mais ne transcendera l'auditeur exigeant. My Man's Gone Now, Angel Face, et All Across The City, malgré leur beauté harmonique et mélodique, sont autant de pièces qui au final me laissent un peu sur la faim... Certains se sont interrogés sur le non succès de cet album, ben voilà un élément de réponse, si je peux dire. Les lignes mélodiques ont beau être claires ici et là (My Man's Gone Now, etc)... c'est bien Jim Hall qui est le plus passionnant ici. Le guitariste est en effet très en forme, très inspiré (ne l'a-t-il jamais été?)... Quant à Bill, malgré son talent, il me donne l'impression de lâcher trop de gimmicks. Ses automatismes laissent si peu de temps à la réflexion. Un point de vue personnel que certains ne partageront pas sans doute. Mais ça, c'est une autre histoire.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne m'explique toujours pas pourquoi cet album n'ait pas connu le succès et l'audience auxquels il devrait avoir droit. Cinq ans après Undercurrent , ces 2 artistes de la même génération, mais aux destins si différents (Bill EVANS est décédé en 1980 d'une hépatite consécutive à son addition aux drogues dures, alors que Jim HALL est toujours actif !) remettent ça et nous délivrent un album brillantissime qui n'a que pour seul inconvénient d'être ridiculeusement court (32 min).
Cela dit, écoutez et appréciez cette musique tout en douceur et subtilité : citons par exemple, l'intro étrange de Jim HALL, puis l'exposé du thème de Bill EVANS sur « I've got you under my skin », les superbes interventions de Jim HALL dans « My man's gone now » et « Angel face » ou encore le toucher fabuleux du pianiste dans « Turn out the stars » : tout dans ce disque est exceptionnel...
Dommage qu'il n'y ait jamais eu de troisième rencontre (à moins de considérer cet album comme celui de la troisième rencontre), car entre ces 2 albums, est sorti en 1962 un double album incontournable : The interplay sessions 2-fer qui ont l'avantage de faire entendre ces 2 artiste en quintet accompagnés soit de Freddie HUBBARD, soit de Zoot SIMS...
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2013
La musique est excellente. L'enregistrement par contre n'est pas très bon. Du coup, l'écoute de ce CD laisse une certaine insatisfaction.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2009
je n'aime pas trop les guitaristes , mais jim hall jusqu'au bout de la nuit, metheny parfois , abercombie souvent. Jim hall et bill evans !!!! , tout est dans le casting, superbe
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,00 €
13,53 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici