RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose undrgrnd Cliquez ici

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
14
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
11
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

En 1978, en sortant coup sur coup, deux excellents albums ("The Kick inside" et "Lionheart"), Kate Bush s'était déjà démarquée du reste de la production pop de l'époque.
1980 : elle franchit ici un pas supplémentaire et creuse encore un peu plus son chemin, unique, qui n'appartient qu'à elle, et qui la mènera, deux ans plus tard, à accoucher de son chef d'oeuvre absolu : "The Dreaming".
"Never for ever" explore des voies et des sonorités nouvelles, et est donc fortement conseillé (tout comme ses deux prédécesseurs) à quiconque voudrait s'immerger dans cet univers unique, féérique, sensuel et enchanté... avant de s'attaquer à la pièce maîtresse que constitue "The Dreaming".
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2002
Voici probablement le meilleur album de Kate Bush ... et pourtant pas le plus connu ! Toutes les chansons sont une réussite éblouissante, plongeant l'auditeur dans le ravissement par l'intelligence des textes, la subtilité des musiques et des arrangements, la variété des styles. "Babooshka" est un succès à ne plus présenter, mais "Army Dreamers" est la plus belle pièce du disque, poignante évocation de l'enterrement d'un jeune soldat sacrifié à la guerre (des Malouines ?). Un disque à ne pas manquer.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2003
Un petit bijou, comme toujours! Babooshka, bien sûr, mais aussi "Army Dreamer", "Breathing", des titres dont les paroles interpellent et restent encore et toujours d'actualité. La beauté de la simplicité dans "Delius",la recherche de "Night scented Stock",le clin d'oeil de "The Wedding list" et le génie de "Violin". Merveilleusement sombre. A noter l'erreur dans la date de parution: 1980 est la bonne!
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2012
je suis un grand fan de toute sorte de musique et je me suis penché sur Kate Bush, il n'y a que quelque temps. J'ai découvert cet album en fouinant sur Amazon, je connaissais déjà Kate Bush mais je n'avais aucun de ses albums. Et j'adore ! C'est un monde un peu à part mais pas si éloigné des autres son monde à elle. Entre douceur et étrangeté, on est vite emporté par sa petite voix, à l'accent chinois (si je vous jure) et en même temps on revient à la réalité une minute plus tard. Je recommande cet album à ceux qui désirent vivre un moment de douceur mais pas trop. C'est un peu tordu mais il y a par fois des solos comme dans "Egypt" . Et puis vous passez directement au pop rock des années 80 dans l'excellente" The Wedding list". Il y a aussi Babooshka bien connue, ce morceau un peu venu d'ailleurs qui ouvre le bal, et puis l'éternel Army Dreamer pour terminer tout en douceur. ACHETEZ LE, parce que c'est un album de surprises, bien modelé et que ça voix est une grande voix.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est le troisième album de l'elfique britannique, celui qui contient son gros tube (Babooshka) mais pas seulement, loin de là, c'est aussi l'album d'une artiste sûre d'elle mais pas figée pour autant, c'est Never for Ever, 1980.
Kate Bush n'est donc plus une débutante, elle a même déjà connu les honneurs des charts avec un Wuthering Heights resté dans les annales, mais, cette fois-ci, c'est avec une totale assurance, une complète confiance en son étoile, que la petite anglaise se lance dans un album où elle laisse libre court à sa fertile imagination. En l'occurrence, celle-ci tire Kate vers un développement artistique inédit (The Infant Kiss, Night Scented Stock, Delius et ses tentations électroniques, Violin où Kate semble vouloir imiter l'instrument du titre avec sa voix) mais aussi de vrais succès commerciaux (Babbooshka évidemment, mais aussi Army Dreamers, un Breathing qui porte admirablement son nom) sur un album qu'on qualifierait aisément de romantique par les thèmes abordés par Kate (déception amoureuse, tragédie familiale, etc.).
Evidemment, tous les musiciens impliqués, et il y a de sacrés cadors dans le casting varié et impressionnant rassemblé par la dame (Morris Pert ou Larry Fast croisés chez Peter Gabriel, son frère de multi-instrumentiste aussi, évidemment, ou Max Middleton, un transfuge de chez Jeff Beck) apportent leur savoir-faire et leur expertise instrumentale au panorama dessiné par ses compositions et, pour la première fois, sa coproduction (présentement avec Jon Kelly connu aujourd'hui pour ses travaux avec les Damned, Prefab Sprout, The Beautiful South et même... Nolwenn Leroy !) signe supplémentaire que Kate prend le total contrôle de son art.
Alors, Never for Ever, est-il le sommet de Kate Bush ? Ce serait oublier un peu vite les excellents opus au palmarès de Mme Bush (The Kick Inside,The Dreaming,Hounds Of Love,Aerial,50 Words For Snow, rien que ça), mais un excellent album indéniablement, un album important pour son auteure qui y développe des expérimentations qui ne feront que se développer, aussi, et un album recommandé, évidemment.

1. Babooshka 3:20
2. Delius (Song of Summer) 2:51
3. Blow Away (For Bill) 3:33
4. All We Ever Look For 3:47
5. Egypt 4:10
6. The Wedding List 4:15
7. Violin 3:15
8. The Infant Kiss 2:50
9. Night Scented Stock 0:51
10. Army Dreamers 2:55
11. Breathing 5:29

Kate Bush - piano, keyboards, vocals, harmony vocals, Fairlight CMI digital sampling synthesizer, Yamaha CS-80 polyphonic synthesizer, arranger, producer
Ian Bairnson - guitar, bass vocals
Brian Bath - acoustic & electric guitar, background vocals
Alan Murphy - acoustic & electric guitar, acoustic & electric bass
Paddy Bush - harmonica, mandolin, balalaika, bass vocals, sitar, vocals, background vocals, koto, banshee, saw, mando, Delius
Kevin Burke - violin
Adam Sceaping - viol, string arrangements
Jo Sceaping - lironi, string arrangements
Adam Skeaping - viola
Joseph Skeaping - lironi
Duncan Mackay - keyboards, Fairlight digital sampling synthesizer
Max Middleton - keyboards, Moog synthesizer, Fender Rhodes, string arrangements
Larry Fast - keyboards, Prophet synthesizer
Mike Moran - keyboards, Prophet 5 synthesizer
John L. Walters and Richard James Burgess - Fairlight CMI digital sampling synthesizer
Del Palmer - bass, vocals, fretless bass
John Giblin - bass, fretless bass
Stuart Elliot - drums, bodhran
Preston Heyman - percussion, drums, background vocals
Morris Pert - percussion, timpani
Roland - percussion
Gary Hurst - vocals, background vocals
Andrew Bryant - vocals, background vocals
Roy Harper - vocals, background vocals
Martyn Ford - orchestra
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2009
Que dire ? magnifique et puis c'est tout. Le grand public, dont j'étais à l'époque..à longtemps cru que c'était son premier opus mais non les 2 précédents fûrent pour moi une grande surprise, une très bonne surprise.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Comme souvent lorsqu'un premier album (THE KICK INSIDE) est un énorme succès, le deuxième est réalisé beaucoup trop vite. Ce fût le cas de LIONHEART (1978, qui contient WOW), Kate ayant sous le bras tout un stock de chansons qu'elle s'empressera d'enregistrer alors que l'album précédent était encore tiède ! Puis, suite à une ambitieuse tournée (sa seule et unique, voir le LIVE AT HAMMERSMITH), Kate va croiser la route de Peter Gabriel et celui-ci va l'inciter à produire elle-même ses albums et l'initiera aux synthétiseurs Fairlight. Sur ces conseils, elle entrera en studio à l'automne 1979 et n'en ressortira qu'en juin 1980, pour un résultat qui justifie largement cet outrancier délai.
Composant toujours ses chansons au piano, Kate va nourrir celles-ci de divers apports offerts par les synthétiseurs, sans tomber dans l'utilisation excessive ni la concession aux modes (malgré l'emploi de boîtes à rythmes judicieusement réparti ici), et ceux-ci viendront enrichir son univers de fée musicale en renforçant la sensation de rêve éveillé que sa musique véhicule. Ainsi BABOOSHKA, single pop définitif (transpercé de bruitages restés inscrits dans l'inconscient collectif) ou ARMY DREAMERS, autre hit en forme de valse à 3 temps, qu'un intelligent habillage de synthétiseurs vient rendre faussement désuet, mais vraiment désarmant (!). Passant par des phases plus rock (THE WEDDING LIST, VIOLIN), Kate touche ici au souffle divin avec BREATHING, synthèse ultime de son art éthéré qui clôt d'un oxygénant onirisme ce grandiose album.
Tops : BABOOSHKA, ARMY DREAMERS, BREATHING, THE WEDDING LIST, ALL WE EVER LOOK FOR, THE INFANT KISS
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2008
Après ses deux albums précédents qui ont dû en surprendre quelques-uns en pleine période disco, la jolie Kate continue de bâtir son univers musical si personnel et hors des courants avec ce somptueux Never for ever. La pochette donne le ton, on est dans un autre monde ! Inutile de décortiquer chaque chanson ou de vouloir expliquer ceci ou celà, écoutez et laissez-vous transporter...cet album contient une des plus belles chansons de tous les temps, Army dreamers, où Kate chante sur un ton tendre et gai le retour de son fils mort à la guerre (tristement d'actualité). A écouter au casque pour les moments où elle murmure "Army dreamers" dans le creux de votre oreille.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Kate Bush confirme bien son talent d'artiste ici avec Never for ever (elle avait été extraordinaire avec Kick inside et Lionheart). le disque renferme d'autres belles mélodies, comme l'évident Babooshka, Song for summer et le reposant Blow away. La suite du disque révèle quelques perles et des chansons d'assez bonne qualité en générale. Mais les deux joyaux à la fin sont inoubliables ; le beau Army dreamers et l'excellent Breathing... Un album à considérer excellent si vous aimez déjà Kate Bush.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2016
Mon 1er album vinyle de Kate Bush, que je rachète donc en version CD,j'adore, toujours des mélodies très travaillées, une voix exceptionnelle et des chansons magnifiques. Paroles dans le CD, toujours un plus.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)