Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. CoopPocheEtoilesContraires Cloud Drive Photos Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Oasis cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
36
4,4 sur 5 étoiles
Never Mind The Bollocks
Format: CD|Modifier
Prix:8,08 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


le 28 août 2017
Avec les Sex Pistols il est quasiment évident qu'une fois le blu-ray écouter ont regrette déjà qu'il ne soit pas un blu-ray classique ses évident...
Étant un fan des Sex Pistols l'image est primordiale quand il est question de leurs concerts si l'on veux connaitre ou redécouvrir l'ambiance de cette fameuses époque, Mes si comme moi vous avec connu l'époque des année 70 à 80 vous êtes surement aller les voir à Londres ou à Paris, Car aller voir les Sex Pistols & les Clash sur scènes ses quelque choses que l'on peut pas oublier, Sinon vous avec loupé une sacré occasion de voir ses deux groupes en live.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2013
4ème tentative de commentaire, les trois précédents n'ont pas été publiés, sans doute pour abus de mots "déplacés ". Fichtre ! Jarnicoton ! Franchement, si on ne peut même pas franchir les limites du langage chatié dans les commentaires sur un tel album, c'est que les punks avaient raison. No future !
C'est sans doute pas de la grande musique. J'écoute plus du "classique" que toute autre sorte de musique. Mais franchement, quoi de mieux pour lâcher prise que ces éructations d'énergumènes décérébrés ? Faut de tout pour faire un monde, y compris quelques licences, que diable ! Palsembleu ! Baisez votre mère !!!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2012
Remarquable travail effectué par Universal, Chris Thomas, Steve Jones et quelques autres personnes. L'album d'origine remasterisé sonne ici beaucoup mieux que n'importe quelle autre version cd, même chose pour les démos enregistrées par Dave Goodman en janvier 77, quant à celles du Wessex Studios, totalement inédites, (pour une fois !) elles permettent de découvrir le travail effectué sur des nouveaux titres tel que Bodies et Holidays In The Sun entre mars et août 77. On trouve également, côté studio, la version totalement inédite de Belsen Was A Gas, enregistrée au local de répétition du groupe en septembre 77.
Côté "live" il y a là aussi de la matière, tant au niveau du 3ème cd (le concert à Stockholm du 28..07.77 dans son intégralité) que du dvd; le concert de Londres sur la Tamise (partiel), 5 titres filmés à Stockholm le 28 juillet et 3 titres à Penzance le 1er septembre 1977 (totalement inédits).
Si on ajoute à tout cela un livre absolument superbe avec témoignages, photos du groupe, de tickets et d'affiches sur une centaine de pages, la reproduction des stickers promo de l'album, le poster promotionnel, la réédition du 45 tours A&M jamais commercialisé à l'époque, ça fait de ce coffret un superbe objet qui pourra ravir les fans purs et durs comme ceux qui souhaitent découvrir le groupe.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mars 2006
A chaque classement des meilleurs disques rock de tous les temps, les critiques rock mettent "Never mind the bollocks" dans le top 10. Ce disque est, il faut le reconnaitre le disque incontournable de la génération Punk.
Depuis un coffret des Pistols a vu le jour ce qui donner l'impression que ce double album est obsolète. Que nenni! Certaines des démos du deuxiemes disque (celles de dave Goodman) sont absentes du coffret. Pour tout fan des Pistols cherchant à avoir la collection la plus complète, ce double disque est donc in-dis-pen-sable!!
11 commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2017
CHRONIQUE DE GEANT VERT MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 091
SEX PISTOLS
"Never Mind The Bollocks, Here's The Sex..."
[1977]
Objet de bien des polémiques dès sa sortie, "Never Mind The Bollocks", ou "NMTB" pour les intimes, reste plus de trente ans après le disque culte, symbole du mal de vivre, de toute une génération bourrée de talents. "Coaché" par un manager expert en manipulations médiatiques, Malcolm McLaren, les Sex Pistols sont déjà des stars mondiales avant la sortie de l'album. De scandale audiovisuel à l'heure du thé à une interdiction plus ou moins généralisée de concerts dans le Royaume-Uni, jetés par EMI et A&M dès le premier single, le groupe n'a plus qu'une chose à faire pour occuper ses nombreux temps libres : enregistrer un album de légende. Ce sera chose faite pendant l'été de la haine si cher au Jubilé de la reine locale. Alors que la presse se déchaîne contre le groupe phare des punks, notre quatuor se retrouve au Wessex Studios. Très vite, les problèmes arrivent. Sid Vicious, le nouveau bassiste, est incapable d'aligner la moindre note. Steve Jones, le guitariste, se retrouve à tout faire à sa place. En remerciement, la rumeur locale prétendra que c'est Chris Spedding qui joue sur le disque. Les rythmiques sont à peine en boîte que le batteur, Paul Cook, se fait démolir à coups de barres de fer par des Teddy Boys. Un peu plus tard, c’est au tour du chanteur, Johnny Rotten, de se faire agresser à deux reprises. Pendant que ses copains se font suturer. Steve Jones en profite pour empiler les murs de guitares qui, au final, donneront la couleur si particulière de cet album associés, bien sûr, à la voix de paranoïaque fini du chanteur. Pour ce dernier, nous noterons que "Holidays In The Sun" et "Bodies", les chansons composées pendant cette période de violence, sont les hymnes définitifs du placement d'office en asile psychiatrique. Les douze titres sont à peine en boîte qu'un nouveau problème arrive. Les couleurs de la pochette sont un véritable casse-tête à imprimer. Finalement, à la sortie de l'album, c'est la police qui demande son interdiction pour cause d'obscénité. Après moult polémiques sur la signification exacte du mot "couille", c'est l'intervention finale d'un éminent linguiste qui fait fermer son clapet à la censure en uniforme. Résumer "NMTB" en si peu de lignes est une gageure. Nous dirons simplement que l'on peut ne pas connaître ce disque mais l'ignorer, "impossible".

Dans ce numéro de R&F nous aurions aimé lire la (les) chronique(s) de (1977) :
AC/DC - Let There Be Rock
Barclay James Harvest - Gone to Earth
Carlos Santana - Moonflower
Fleetwood Mac - Rumours
Iggy Pop - Lust for Life
Kansas - Point of Know Return
Peter Gabriel - Peter Gabriel 1
Pink Floyd - Animals
Slade - Whatever Happened To Slade
Ted Nugent - Cat Scratch Fever
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2013
Pour moi qui avait 20 ans en 1977, la sortie en France des "45 tours" "Anarchy In the UK", "God Save The Queen" et, dans une moindre mesure "Pretty Vacant", des Sex Pistols fut l'instant le plus déterminant de mon existence de passionné de musique. Sans doute l'équivalent de ce que ressentirent les adolescents de 1957 quand ils entendirent le King pour la première fois sur les ondes. Ensuite, rien ne fut plus jamais pareil : mes voisins se mirent à me haïr, ne supportant pas le "bruit" chez moi ; je me coupai bien entendu les cheveux, et me mis à confectionner moi-même mes t-shirts. Plus significatif sans doute, je mis à la poubelle une bonne moitié de ma discothèque, qui paraissait désormais totalement dépassée à mes oreilles. Et je me mis à apprendre à martyriser une guitare électrique, avec une pédale de distorsion. Cette musique avait tout simplement le pouvoir de mettre le feu à toute une société, et plus important sans doute, à modifier pour toujours votre perception du monde : ce "No Future" vomi para la voix acide, enragée, de Johnny Rotten, signifiait au contraire que le futur pouvait être complètement redéfini, et qu'il nous appartenait de le faire. L'album "Never Mind the Bollocks" qui suivit fut quand même une déception : malgré sa collection de chansons impeccables, malgré la répétition ad lib de la furie "pistolienne", le miracle de la révolution avait déjà eu lieu, et ne se répéterait pas. "Never Mind the Bollocks" n'était qu'un bon album de plus, d'ailleurs inférieur au premier Clash, moins rigolo que le premier Damned, mois sauvage que le premier Saints. Un bon disque punk, un peu trop propre (Chris Thomas oblige), un peu trop "évident". Les Pistols avaient déjà vécu, et vaincu de toute manière. Cela n'avait plus d'importance, l'incendie avait été allumé !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE50 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 30 juin 2015
Ceci n'est pas un vrai coming out, mais quand même... En tant qu'amateur de musiques progressives, je ne devrais accorder à cet album que dédain et mépris. Mais pourtant à ma grande surprise je l'aime beaucoup! Est-ce dû à la remasterisation (je ne me souviens plus du vinyle original), mais le son est très bon, bien péchu. Johnny Rotten chante juste, impeccable à la gratte, Steve Jones assure bien aussi à la basse. Les B-sides en bonus tracks sont sympa (j'aime beaucoup Did You No Wrong).

Je ne sais pourquoi, mais je crois que je préfère cet album à tous ceux des Clash.

Le deuxième CD est tout pourri. Chant hyper faux, Sid Vicious en bassiste virtuose, dynamique nulle, ce live à Stockholm en 1977 est une petite merveille qui ravira tous les anciens combattants du No Future. Le concert en Cornouailles à Penzance (pirates!) en bonus, semble avoir été enregistré au travers d'une pédale de phasing, un concert expérimental?

A ce prix, ce digipack deluxe est une aubaine.
66 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2012
Super coffret, mais pour fan exclusivement les autres se contenteront du digipack. De toute façon avec les Pistols j'achéte tout et cela depuis 1977, je me souviens avoir acheter NMTB en 77 pour une misére 20 Francs environ 3 Euros maintenant.Mais bon c'est surement avec les enregistrements d'Elvis chez Sun se qui se fait de mieux en la matiere. PS:( La demo de Bodies sur le CD II est une tuerie ).
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2013
L'idée même d'une édition "Deluxe" ferait sans doute marrer Sid Vicious. S'il était lucide à ce moment-là. Et je me rends compte de l'élément marketing de ce produit. Mais l'album reste puissant, le son - bon, le remaster travaille avec ce qu'il peut, les Pistols n'étaient sans doute pas les plus exigeants sur le soundcheck - mais le son est bon. Il y a de l'espace, si ça vous parle. Et les suppléments sont intéressants, voire d'une qualité étonnante pour certains.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2012
Encore une réédition de cet album culte, plutôt bien fait masterisé avec le son (compression du jour), il faut pas le prendre comme une copie conforme de l'original, mais ça reste une bonne réédition, surtout pour ceux qui n'ont pas l'original ou une édition CD.
Le live est plus à considérer comme une pièce d'histoire qu'autre chose, le son étant franchement pas térrible et plus proche d'un pirate que d'un live officiel.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)