Cliquez ici Cliquez ici CDV Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

  • BBH75
  • Commentaires client

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
13

1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 6 avril 2018
Trop jeune !
J'apprend, comme vous, cette triste nouvelle.
C'est grâce à toi que l'ai arrêté de fumer... entre Paris et New-York, je ne pouvais pas rester en place.... sur la Cinquième Avenue tout prés de chez "Tiffany's" !
Tu venais juste à côté de chez nous...
"je suis amoureux d'une cigarette, qui toute la Sainte journée, elle me colle au bec"
"Sans elle j'ai l'air d'un poussin cherchant son omelette"

Rejoindre Nat King Cole avec "Mona Lisa Klaxon" Ô ce n'est pas la même musique. Non, "Ta Guitare N'est Pas Un Fusil !"

Il y a du sang de Belge qui est encore dans tes veines, fallait-il que tu passes l'arme à gauche pour que nous parlions un peu de Toi ? Mais "Chaud, chaud Bizness-Show" T'as avalé un harmonica ou un Moulin à musique"

"Bien qu'on ait tenté mille fois
D'occire mon acte de naissance
Écoute moi bien Marchand de vent
La vie naît de la jouissance"

Nous allions t'écouter, juste à côté de chez nous... à ces moments j'avais encore la clope au bec.....
Salut Bbh..... Je joue "Tears"
4 personnes ont trouvé cela utile
|22 commentaires|Signaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 13 décembre 2014
Attention, transformation !
Parce qu'il y a un avant et un après BBH 75, c'est évident ! Avant, un Higelin post-Saint-Germain-des-Prés, hippie cool grand ami d'Areski et de Brigitte Fontaine (est folle !). Après, un rocker, un vrai !, et un des albums les plus convaincants dans le genre en France, toutes époques confondues.
C'est évident dès la pochette où le regard intense d'un nouveau Jacques cerclé de la crudité d'un néon bleu tranche largement avec les Crabouif et autres Higelin & Areski. Forcément, la musique suit et la musique, présentement, ben c'est du rock évidemment ! Avec une formation renouvelée et salement resserrée pour seoir à la nouvelle esthétique voulue par l'artiste se réinventant. Et ça dépote plus souvent qu'à son tour même si pas que. Parce qu'il y a de petites pauses savamment intercalées (le blues acoustique nicotiné de Cigarette, la résurgence folk fleurie d'Une Mouche sur Ma Bouche), juste ce qu'il faut pour mettre en valeur le reste de la galette, et de bonne chansons ce qui ne nuit pas. Le reste ? Du classique aujourd'hui ! Paris-New York, N.Y. Paris, Mona Lisa Klaxon, Est-ce que ma guitare est un fusil ?, Œsophage Boogie Cardiac Blues, Boxon, j'en passe et des pas pires. Que du rock, avec de l'âme parce que Jacques en a à revendre, rien d'exceptionnel ou de révolutionnaire mais un abattage, une conviction, une énergie qu'on attendait pas forcément de leur auteur et qui séduisent d'autant plus immédiatement qu'ils s'inscrivent dans le marasme électrique qu'était alors la France.
Et le titre énigmatique ? Rien de plus simple en fait : Bennaroch, Boissezon et Higelin soit les trois musiciens qui ont enregistré la bête suivi de l'année (75) pour marquer l'actualité d'un album sorti à la toute fin 74. Pour la petite histoire, précisons qu'il existât une édition promotionnelle titrée BBH 74 finalement re-titré pour ne pas être daté dès sa sortie.
Résultat ? Un classique de Jacques Higelin, le début d'un succès qui ne se démentit toujours pas, aussi, et un album qui se verra bientôt doré, c'est mérité. En bref, un grand album de rock de chez nous recommandé à toutes et à tous.

1. Paris-New York, N.Y.-Paris 4:20
2. Cigarette 4:29
3. Mona Lisa Klaxon 3:15
4. Chaud, chaud, bizness-show 4:15
5. Est-ce que ma guitare est un fusil ? 5:40
6. Une mouche sur ma bouche 4:20
7. Œesophage boogie, cardiac' blues 4:24
8. Boxon 3:30

Charles Bennaroch - batterie, percussions, harmonica
Simon Boissezon - basse, guitares
Jacques Higelin - voix
5 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 24 novembre 2017
cet album de 1975 est un pastiche excellent, du temps où Higelin ne se prenait pas du tout au serieux. "cigarette" est excellent mais j aime aussi bcp "monalisa klackson" et "boxon"....la musique est bonne de surcroit
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 1 juin 2014
Je suis passé à coté de cet album à l'époque et encore aujourd'hui, bien que je viens d'en faire sa connaissance, je ne me l'explique pas. Cet ainsi, la prédominance Anglo-saxonne en a décidé ainsi en son temps. Sans doute aussi l’extrême frilosité des ondes Française. Mais qu'on se le dise, cet album est tout simplement fondateur dans le très pauvre paysage rock de la France Giscardienne. Une prise de son exceptionnelle rehausse l’excellente immédiate impression que l'on éprouve à l'écoute de ce disque, chef-d'oeuvre d'higelin à l'instar de Champagne ou chef-d'oeuvre tout court? Question simple, réponse simple: cet album surgit de nulle part et vient se poser sur une dune d'un grand désert. Pas très loin de là se promène un yves simon, un Lavilliers, un thiéphaine... J'aurais adoré écouter ce disque à l'heure de sa sortie. Finalement il n'est peut-être jamais trop tard?
Une personne a trouvé cela utile
|11 commentaire|Signaler un abus
le 12 septembre 2016
l'Higelin d'avant était quand même extra. pas le meilleur mais un excellent 'vieil" album avec le style et la gouaille d'higelin
|0Commentaire|Signaler un abus
le 26 avril 2018
pour moi ce n'est pas le meilleur d'Higelin, cela sent trop le travail en studio, d'ailleurs peu de ses morceaux dans ses concerts
|0Commentaire|Signaler un abus
le 1 février 2015
je connaissais pas mal Higelin pour l'avoir vu trois fois sur scéne mais je ne connaissais pas cet album bbh 75
superbe son superbes chansons un album a posséder....il manquait à ma collection lol
|0Commentaire|Signaler un abus
le 31 octobre 2016
Tous mes souvenirs sont là... du grand et du bon Higelin... sûrement le meilleur de ses albums... Nostalgie quand tu nous tient
|0Commentaire|Signaler un abus
le 22 juin 2007
1975 : Higelin vient de passer une époque de vaches maigres entre tentations de cinéma et oeuvres passées au second plan.

Ici, la couleur rock, avec des musiciens de très haut niveau, donne une épaisseur impressionnante à toutes les chansons, dont certaines deviendront des classiques sur scène, à commencer par "paris new york new york paris" ou "mon lisa klaxon".

Quant à "cigarette", voilà un titre qui frappe bien plus aujourd'hui en ces temps de prévention redoublée contre les méfaits du tabac et la disparition progressive des fumeurs dans les lieux publics...
9 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 7 juillet 2017
CHRONIQUE DE H.M. MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 078
JACQUES HIGELIN
"Bbh 75"
[1974]
En 1974, Jacques Higelin est loin d'être un inconnu : dès le milieu des années 60, il s'est fait remarquer rive gauche dans le sillage de Brigitte Fontaine, puis, en compagnie d'Areski ou en solo, il s'est forgé une solide réputation dans ce qu'on appelle alors la contre-culture, au carrefour du mouvement hippie et du gauchisme. Mais, fin 1974, il prend son public à rebrousse-poil en délaissant le label libertaire Saravah au profit d'une major et en optant résolument pour le rock. Fasciné par Iggy, Lou Reed et le rock décadent, il retrouve à trente-quatre ans une seconde jeunesse, joue les loubards destroy, s'acoquine avec un dénommé Louis Bertignac qui lui refourgue une flopée de riffs stoniens, et Simon Boizenon, compositeur de presque toutes les musiques (hormis les deux ballades).
Cet album, BBH 75, qui aura des répercussions bien au-delà de son succès (relatif) de l'époque, peut être considéré comme l'une des bornes fondatrices du rock français. Car il lui ouvre des voies encore inexplorées en le détachant de la débilité insouciante des sixties au profit de véritables textes qui sonnent juste et sont en phase avec tout un folklore baba pré-punk Porté conjointement par son enthousiasme de kid sur le retour et son habileté de vieux pro, Higelin surfe entre dénonciation du business ou de la pollution, vision apocalyptique de l'urbanisme, élans révolutionnaires et affirmation d'un rock jouissif et jouisseur. Il le fait avec une conviction confondante qui parvient même à faire passer le long délire idéologique (Est-Ce Que Ma Guitare Est Un Fusil ?), l'apologie des loubards (Boxon) ou la déconnante textuelle à la Gainsbourg (Mona Lisa Klaxon). Ne se prenant pas au sérieux et ne jouant pas encore les poètes, il signe ses meilleurs textes : son écriture, qui puise largement dans l'argot, la réhabilitation de la zone et l'engagement politique, fera des émules. Alors peu importent les faiblesses manifestes : emprunts et influences multiples, recyclage de vieux plans, facilités évidentes, mixage déficient avec la voix au premier plan...
Le parti pris garage transcende la hargne et l'urgence en de véritables morceaux de bravoure comme Paris - New York, New York - Paris ou Œsophage-Boogie, Cardiac Blues. La leçon sera reprise par toute une génération de nouveaux groupes, alors que Higelin désertera le combat rock après ce disque culte.

Dans ce numéro de R&F nous aurions aimé lire la (les) chronique(s) de (1974) :
Ange - Au Dela Du Délire
Frank Zappa - Roxy & Elsewhere
Judas Priest - Rocka rolla
New York Dolls - Too Much Too Soon
Premiata Forneria Marconi - L'isola di niente
Robin Trower - Bridge Of Sighs
Tangerine Dream - Phaedra
|0Commentaire|Signaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles

Higelin 75
6,99 €
Alertez les Bébés
12,00 €
Irradié
7,42 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici