undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
15
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,24 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Premier album de la saga RAINBOW , c`est aussi le début de l`ère avec RONNIE JAMES DIO grand vocaliste devant l`eternel .L`ambiance générale de l`album donne un aperçu de ce que sera cette période epique du groupe et son orientation dans le monde des elfes et des dragons...Quelques standarts du groupe font leur apparition comme MAN ON THE SILVER MOUNTAIN ,STILL I`M SAD ou encore SIXTEEN CENTURY GREENSLEEVES ce qui ne signifie pas que le reste de l`album soit moins bon car le magnifique TEMPLE OF THE KING ou encore la ballade CATCH THE RAINBOW sont 2 veritables joyaux dans le repertoire du groupe...Bien sûr ,la production n`a rien à voir avec le son des groupes actuels et sonne vraiment fin 70`s mais la magie de cet album réside dans son atmosphère et la qualité de ces morceaux épiques...Un sacré bon album de HARD ROCK que je conseillerais vivement à ceux qui n`ont pas eu la chance de connaitre ce groupe majeur des années 70/80...
0Commentaire| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2003
En 1975, le tenebreux guitarise Ritchie Blackmore quitte le navire Deep Purple qu'il ne controle plus et dont la nouvelle orientation musicale plus funk ne lui convient pas. Il s'en va recruter le chanteur Ronnie James Dio, officiant alors dans Elf, dont il a pu apprecier le talent lors d'une tournee de Deep Purple. Ne voulant pas perdre de temps, il ira meme jusqu'a recruter Elf dans son integralite hormis bien entendu le guitariste ; et le duo Blackmore/Dio sera le moteur de Rainbow jusqu'a leur separation apres la tournee de Long Live Rock And Roll en 1979.
Ce premier album, enregistre peut etre un peu trop rapidement, est musicalement dans la suite logique du Burn de Deep Purple. Il contient quelques classiques du groupe comme Man On The Silver Mountain (dont le riff evoque etrangement celui de Burn au tempo plus lent), la ballade Catch The Rainbow, l'envoutant Temple Of The King et Sixteenth Century Greensleeves. Le reste de l'album est plus basique mais sans etre veritablement decevant.
Une bonne entree en matiere pour qui veut decouvrir ce groupe car il donne un bon apercu musical de ce que celui-ci est capable de produire.
0Commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Enregistré en 1975 ce disque voit maitre Blackmore entamer une carrière solo dès son départ de Deep Purple.
Pour se faire il ira débaucher l'intégralité du groupe ELF (sauf le guitariste éjecté) qui a fait la majorité des "opening act" du DP mark III.
Groupe efficace mais sans génie dont on retiendra le clavier chaloupé de Mickey Lee Soule et bien sûr Ronnie James Dio.
Les grands classiques "Man on the Silver Mountain", "16th Century Greenleeves" et "Catch the Rainbow" bénéficieront ensuite d'une présence plus forte sur le live "On Stage", on retiendra plutôt le très lyrique "Temple of the King" transcendé par la voix emphatique de Dio et "Snake Charmer" assez rock n'roll. Mais ce disque est avant tout un disque de guitare, et quelle guitare, avec "Stormbringer" nous avions oublié à quel point Ritchie Blackmore était un GRAND guitariste, on a l'impression d'enfoncer des portes ouvertes en disant cela mais on a tellement glosé sur son caractère exécrable (ce qui est vrai) et sa misanthropie que quelques fois on oublie qu'il fut avant tout un des plus grands guitariste de 70's et des 80's, hard rock ou pas.
On redécouvre avec ce disque à quel point ses constructions rythmiques étaient originales, elles sont la plus belle preuve de l'influence de la musique classique sur Blackmore, le "Kashmir" de Jimmy Page mis à part, je ne connais pas beaucoup d'autres exemples de l'assimilation de ce genre musical dans le hard rock.
Quant à sa vélocité insolente, ses coups de vibratos assassins, son lyrisme de tous les instants et son art du chorus explosif, ils sont la marque des plus grands.
Même si Blackmore doit beaucoup à Jeff Beck, il a su très tôt se démarquer de son glorieux ainé par un sens du drame que Jeff n'a jamais osé aborder.
Le disque se clôt sur une très belle version du "Still I'm Sad" des Yardbirds.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est pendant les sessions d'enregistrements de "Stormbringer", que (lassé d'un Deep Purple qui ne répond plus à ses exigences), le guitariste va penser à un nouveau projet, et fonder le Ritchie Blackmore's Rainbow.
Profitant d'un break de son groupe lors d'une tournée Américaine, Blackmore va d'abord enregistrer la reprise "Black Sheep Of The Family", avec les membres du groupe Elf, qui ouvrait les concerts de Deep Purple, au sein duquel il avait surtout repéré son chanteur, Ronnie James Dio. Les sessions satisfaisant les deux parties, ils développeront et produiront (avec Martin Birch), leur premier album "Ritchie Blackmore's Rainbow", qui sera publié en Août '75. L'album composé par Blackmore et Dio, va imposer le style de ce groupe, qui deviendra par la suite Rainbow. Un hard-rock mélodique aux ambiances baroques et médiévales de son guitariste, mélangé à l'univers du chanteur qui s'inspire d'histoires fantastiques. Quelques compositions se détachent du lot. L'introductif "Man On The Silver Moutain", le slow "Catch The Rainbow" (où l'on distingue un chanteur racé et bluffant), et le superbe "Sixteenth Century Greensleeves", le rendu de ces morceaux sera même amplifié en live. L'album réserve d'autres bonnes surprises, comme la douce complainte "The Temple Of The King" et l'enjoué "If You Don't Like Rock 'n' Roll" au piano irrésistible qui ferait danser un cul-de-jatte. Les autres titres du duo, les "Self Portrait" et "Snake Charmer", sont des tempos lents mélodiques. L'album contient également deux reprises, "Black Sheep Of The Family" des Quatermass, qui trahie quand même l'époque où elle fut enregistrée, et l'excellent "Still I'm Sad" des Yarbirds, qui figure là en version instrumentale et qui sera chanté en live, et servira aux longues improvisations des musiciens qui traverseront ce Rainbow.
Car après l'enregistrement de ce "Ritchie Blackmore's Rainbow", le guitariste va évincer tous les membres du groupe, n'en conservant que le chanteur, un certain Ronnie James Dio.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Craig Gruber
(22/6/1951 - 5/5/2015)

Sorti avec pertes et fracas du Deep Purple qu'il avait été à fonder, Ritchie Blackmore ne fut pas long à retomber sur ses pattes et à se lancer dans une nouvelle aventure, Rainbow. Pour ce faire, souhaitant recruter un Ronnie James Dio fidèle à son groupe d'alors, Elf, Blackmore n'hésita pas à recruter tout le groupe... sauf son guitariste, bien -sûr !, afin d'assouvir sa version d'un hard rock fin et racé. Sa version ? C'est Deep Purple débarrassé de toutes les influences funk et soul qui, grâce à messieurs Coverdale et Hughes, avaient fini par prendre trop de place au goût du taciturne guitariste, auquel ont été ajoutées quelques influences médiévales puisque, déjà, Blackmore se voit en espèce de troubadour électrique. Présentement, avec une sélection effleurant les possibles dictés par le patron, du bon gros hard rock avec Man on the Silver Mountain, Self Portrait et Sixteenth Century Greensleeves, du qui louche vers le progressisme avec la belle ballade Catch the Rainbow ou le rampant Temple of the King, du qui rocke et roule agréablement comme Black Sheep in the Family, Snake Charmer et If You Don't Like Rock n' Roll, et même un exercice de haute volée guitaristique avec Still I'm Sad, Rainbow s'impose déjà comme une formation capable de moult prodiges d'autant que ses instrumentistes ne sont pas manchots et que Ronnie (et sa voix d'or) semble le parfait compagnon du fantasque Ritchie. Evidemment, rétrospectivement, si on compare ces versions un poil mollassonnes à celles de l'explosive formation qui suivra, les compétents Mickey Lee Soule, Gary Driscoll et Craig Gruber, ce dernier disparu en mai dernier, éjectés et remplacés des Tony Carey, Jimmy Bain, qui lui nous a quitté il y a quelques semaines, R.I.P., et l'épatant Cozy Powell afin d'offrir à l'exigeant leader une formation à la mesure de ses extravagances guitaristiques, l'avantage n'ira pas au présent mais, sur ses propres mérites, vierge de toute comparaison, ce Ritchie Blackmore's Rainbow est une vraie bonne galette débutant joliment la carrière d'une formation qui fera date.

1. Man on the Silver Mountain 4:42
2. Self Portrait 3:17
3. Black Sheep of the Family 3:22
4. Catch the Rainbow 6:27
5. Snake Charmer 4:33
6. Temple of the King 4:45
7. If You Don't Like Rock n' Roll 2:38
8. Sixteenth Century Greensleeves 3:31
9. Still I'm Sad 3:51

Ronnie James Dio – lead vocals
Ritchie Blackmore – guitar
Micky Lee Soule – piano, mellotron, clavinet, organ
Craig Gruber – bass
Gary Driscoll – drums
&
Shoshana – backing vocal
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2013
pour ceux qui ne connaissent pas ronnie james dio, je conseille vivement cet album! beaucoup d'entre nous ,a sa sortie, ont pensé que ce groupe était du "sous" deep purple! que nenni! rainbow ,tout en continuant à creuser le sillon du hard comme le faisait le purple avant , a ajouter plus de mélodie moins "dures" que son aîné."man on silver mountain" aurait très bien pu figurer dans "machine head" ou "in rock";self portrait" quand à lui aurait été très bien dans "burn";"catch the rainbow" a un je ne sais quoi de "scorpions" d'avant "still loving you". pour le reste ,le mieux est d'écouter vous même pour vous faire une raison. dio n'a jamais cherché à faire du gillan et c'est tant mieux!ce n'est certes par le meilleur du groupe,mais déjà cela donne une idée de la suite à venir...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2014
Je connais la plupart des morceaux en live, étant venu très, très tard à cet album studio. Ben, je les préfère live, la, je trouve que ça rame un peu. A côté de ça, des parties de guitares absolument dantesques, ce qui rend l'acquisition de l'objet obligatoire...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2015
Cette première association de deux maîtres fut un réel succès. On sentait que le ténébreux Ritchie était las de Deep Purple et qu'il voulait frapper un grand coup, ce fut fait avec ce premier Arc-en-Ciel : que de bons morceaux, rien à jeter. A recommander.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2011
J'aime beaucoup Rainbow, surtout avec Ronnie James Dio. Ce premier opus est donc une machine à tube Heavy tant la qualité du chant de Dio et le jeu de Blackmore sont excellents ! A posséder !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2011
Pour un premier essai après Deep Purple, on peut dire que Ritchie Blackmore ne s'est pas trompé en recrutant le regretté Ronnie James Dio.
En effet, excepté "Still I'm sad" reprise des Yardbirds et "Black Sheep of the family" (composé par Steve Hammond), tous les titres sont signés Blackmore et Dio.
Le reste du groupe est lui aussi excellent (d'anciens Elf) mais serons remerciés pour le suivant et plus puissant "Rising".
En ce qui concerne la production de Martin Birch (qu'on ne présente plus) épaulé par Ronnie et Richie, on peut dire qu'elle est très bonne, et ce même lors d'une écoute quelques 36 années plus tard !
Seuls deux titres sont pour moi en dessous du reste : "Snake charmer" et "Black sheep of the family", justement.
Par ailleurs, le resultat est diablement efficace et même magique ("Catch the Rainbow" et "Temple of the king").
Album à posséder donc pour tout amateur de rock et de hard rock.

Mes titres préférés : "Sixteenth century greensleeves", "Catch the rainbow", "The temple of the king", "Man on a silver mountain".

Note : 19/20
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,58 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)