undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

  • Blues
  • Commentaires client

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
6
4,2 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:16,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 mars 2008
Eric Clapton a pour la première fois enregistré un disque entièrement dédié au blues en 1994 (From the cradle) Depuis il a commis plusieurs autres CD du genre avec notamment "Riding with the King" enregistré avec B.B. King et "Me and Mr Johnson". Mais cette passion et cette excellence pour cette musique n'est pas nouvelle. Du jour où Eric adolescent, a eu l'opportunité d'entendre "Hey Hey" interprétè par Big Bill Broonzy il a tout fait pour pouvoir un jour jouer dans la cour et avec les grands.
Dans les années 70, 80 alors qu'il enregistrait chez Polydor, l'image de Eric Clapton alias Slowhand, était beaucoup plus celle du guitare héro rock que de celle du bluesman chantant et jouant la musique du diable.
Mais toujours au fil des enregistrements et des concerts de cette décennie, Clapton a eu l'intelligence et le plaisir de glisser un blues traditionnel entre les tubes rock ou reggae du moment.
Ce double CD compile donc la crême des enregistrements de blues de cette époque avec un premier CD de 15 titres studios tirés des 8 ou 9 CD de cette époque (de "The Layla Sessions" 1970 à "Another ticket" 1980) avec, bonheur ! quatre inédits (2 versions différentes de "Before you accuse me", "Alberta", et "Meet me down on the bottom")
Le deuxième CD "live" est encore plus intéressant. Les 10 titres tirés principalement de "Crossroads 2" et de "Just one night" concert mythique de 1980 à Tokyo donne pleinement l'étendue de l'art de Clapton et de son approche du blues. On retrouve principalement à ses côtés Albert Lee et George Terry (guitare), Dick Sims (orgue), Carl Radle (bass), Jamie Oldaker (drums) une formidable équipe s'il en est. Cerise sur le gâteau, un exceptionnel inédit de 8'30 conclut cette sélection hautement recommendable : "further up the road" enregistré à Dallas en 1976 avec aux côtés de Clapton un Freddie King en grande forme.
Quatre étoile (et non pas cinq) parce que c'est une compilation.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Parler du Clapton blues n'est pas chose aisée. Sa production bleue s'étale désormais sur pratiquement un demi siècle au cours duquel il a joué au sein de multiples formations avant d'opter pour une carrière solo, alterné les périodes de haut et de bas et enchaîné hommages et collaborations diverses et variées. De plus, Clapton ne peut pas être considéré comme un pur bluesmen. Peut-on en effet faire confiance à un gars qui enchaîne sans sourciller des titres d'inspiration blues et d'autres d'inspiration country, comme sur le Live "Just one night" ? Clapton est un artiste grand public, un musicien mainstream qui transcende les styles avec les avantages et les inconvénients que cela comporte, mais qui a aussi de ces éclairs de génie qui font que, même si l'on est souvent déçu, on ne peut jamais totalement se désintéresser de ce qu'il fait, surtout en live. Ecoutez la version "d'After midnight" sur le "Just one night" précité et vous comprendrez ce que je veux dire !

On l'aura compris je ne suis pas un fan pur et dur de Slowhand. Je ne possède d'ailleurs aucun des deux coffrets, "crossroad 1" et "crossroad 2", consacrés à la partie la plus "blues" de sa discographie. Il existe pour moi seulement deux jalons indispensables à cette discographie blues : l'album avec les Bluesbreakers (ça va encore jaser....) et "l'unplugged" qui, même s'il n'est pas toujours très blues, demeure une performance d'une qualité exceptionnelle qui s'en rapproche beaucoup par l'esprit....Je mets volontairement de coté la période Yardbirds, groupe qui ne jouait pas vraiment du blues mais du rhythm' blues, et de surcroit de manière un peu scolaire, et la période Cream, fabuleuse, mais polluée par le psychédélisme et le proto-hard rock ("Crossroad" quand même !).

Et ça tombe bien, car ce "Blues", double compilation de promo comportant un cd studio et un cd live, commence justement avec Derek & the Dominos pour s'achever avant "From the Craddle" (Ouf ! on l'a échappé bel !). Les deux disques comportent pas mal d'inédits, mais peu valent vraiment la peine

On commence avec le premier CD studio de 15 titres qui, si on les remet dans l'ordre chronologique, donne à peu près ceci :

- deux titres de la période Derek & the Dominos (1970) tout à fait remarquables, "have you ever loved a woman" et "mean old world", sur lesquels il n'y a pas grand chose à dire sinon que la présence de Duane Allman a du obliger Clapton à sortir le grand jeu...

- trois titres sortis des sèances d'enregistrement de "461 ocean boulevard" (1974), second album solo de Clapton, "give me strenght" et deux inédits ""ain't that lovin you" (figurant sur le coffret "crossroad 1") et "meet me down at the bottom". Là c'est nettement moins bon car, même si Clapton a réalisé deux très gros tubes avec des titres de JJ Cale, il est loin d'égaler ce dernier dans le style nonchalant qui a fait son succès. Chez Clapton cela ressemble plutôt à de la paresse...

- un titre extrait de l'abum "there's one in every crowd" (1974), une reprise mou du genou du "sky is crying" d' Elmore James qui fait pale figure comparée à la version de SRV...

- un titre extrait de l'album "no reason to cry" (1976), "county jail". C'est un peu plus nerveux, mais guère plus convaincant...

- une reprise inédite du traditionnel "Alberta" (1977) dans une version acoustique très proche de celle qui figure sur le "unplugged". peut-être un peu plus lente...

- trois titres sortis des séances de "backless (1978), dont deux versions différentes et inédites de "before you accuse me"; un des morceaux fétiches de Clapton qui figurera plus tard sur son "Unplugged" et qu'il joue toujours avec une grande application. La première version est de toute beauté, la seconde plus classique. Le troisième titre est "early in the morning", lent, très lent, trop lent...on a pitié pour le batteur !

- deux titres inédits signés Clapton, "Crying" (1978) qui aurait pu le rester et "to make somebody happy" guère plus convaincant . On les trouve aussi sur le coffret "crossroad 2".

- deux titres issus des séances de "another ticket" (1980), "Floating bridge", encore très inspiré JJ Cale, et "Blowing Blow", enfin du blues, du vrai ! Mais le morceau est signé Muddy Waters !

Six titres du quinze de satisfaisant, c'est peu ! Esperons que le second CD live et ses 10 morceaux relèvent le niveau ! Donc toujours dans l'ordre chronologique :

- une version de 1974, tiré de "E.C was here", du "have you ever loved a woman" de Derek & the Dominos, mais cette fois ci sans Duane Allman. Ecoutable, mais moins bonne que la version studio présente sur le 1er CD.

- un "driftin blues" de 1975 repris sur le coffret "crossroad 2". Rien à dire, excellent !

- une version inédite de 1976 du "further up the road" de et avec la participation de Freddie King. Là c'est vraiment du blues ! magistral !

- une version inédite de 1977 du grand classique de T Bone Walker "stormy monday", repris avec le bonheur que l'on sait par l'Allman Brother Band. Clapton s'en tire plutôt bien... et même très bien !

- quatre titres datant de l'année 1978, "Worried life blues", "wonderful tonight", "kind heart woman" et "crossroads". Alors là, le jeu consiste à trouver l'erreur...et bien sûr l'erreur c'est "wonderful tonight" qui est tout sauf un blues ! Les autres titres sont très bien, mention spéciale pour le classique de Robert Johnson "Crossroad", dont la version n'égale ni celle de Cream, ni celle avec Jeff Beck présent sur le Policeman's concert, mais qui se défend pas mal. Ces quatre titres figurent également sur le coffret "crossroad 2"

- enfin deux titres de 1979, extraits du live "just one night" qu'on ne présente plus, "early in the morning" et "Double trouble", du caviar !

Quasiment 9 sur 10 ! ça s'améliore ! De là à penser que Clapton est meilleur en Live qu'en studio .....
1010 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Oh la la, la grosse affaire: un double CD d'Eric Clapton intitulé "Blues". Avec un CD studio et le deuxième CD live. Y a un as du marketing derrière tout cela, c'est sûr. Cela dit, il y a un hic: la période couverte par ce double CD représente les années 70. Clapton a bel et bien joué du blues à ses débuts avec John Mayall et ses Blues Breakers puis aux débuts des Yardbirds. Il a ensuite plutôt monté le volume et joué psyché avec Cream. S'il refera du blues à partir des années 90, les années 70 le voient fasciné par le Band qui impose le retour aux instruments sans chichis, sans électricité ostentatoire, une sorte de retour aux sources: résultat, le Clapton solo des années 70 est franchement laid-back pour ne pas dire pépère. Ajoutez à cela sa récente influence JJ Cale et nous voilà dans un tout autre univers que le strict blues. Certes, ce dernier n'est jamais bien loin: les compilateurs ont réussi à en trouver (est inclus ici, par exemple, le superbe "Have You Ever Loved A Woman" de Derek And The Dominos", dont une version live également présente est loin d'être aussi bonne que l'original studio) et il y a des titres qui sont bien dans l'esprit. Il y en a d'autres qui n'ont qu'un mince rapport: on est plus proche d'une sorte d'americana relax. On se demande quand même par contre ce que vient faire ici l'incongru et sirupeux slow-braguette "Wonderful Tonight". Bref, on a du mal à remplir le disque par d'authentiques blues. Le disque live propose d'ailleurs quelques morceaux déjà présents sur le disque studio. Sinon, à l'écoute, blues ou pas, rien de désagréable: c'est un peu plan-plan, on baille de temps en temps, ça ronronne gentiment, jamais désagréable non plus. Il y a même quelques sympathiques et jolis passages. Mais rien de transcendant non plus. Niveau guitare, c'est pareil: Clapton sait jouer, évidemment, mais jamais ne terrasse. Son manque singulier de style (à sa décharge, Clapton est le premier Anglais à s'escrimer à jouer le blues. Il a, en toute bonne foi et tout état de cause, accumulé tous les clichés des bluesmen américains, qui n'en étaient pas encore, et est donc devenu le guitariste lambda typique du genre. Pas vraiment de sa faute en fait) l'empêche de dépasser ses limites. Enfin, niveau inédits, peu de choses pour le fan. En bref, une compilation qui se laisse écouter, musique relax (un peu trop parfois) et plaisante, mais bon, pour du blues qui sue sang et eau, vous remue jusqu'aux tréfonds et vous donne la chair de poule, prenez n'importe quel enregistrement de chez Chess, Muddy Waters en particulier, pour avoir le vrai truc.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2010
Le meilleur disque de Clapton que j'ai jamais entendu. Un CD Live, exceptionnel, un CD en studio un peu plus "froid", mais balaize et sensible, une guitare fantastique, tout le meilleur du jeu de Clapton est là là là là là là lààààààà !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2015
Avec le coffret crossroads, l'album Blues représente le meilleur de Clapton à mes yeux. Sa période blues de mi à fin des années 70.
Quel jeu! Un vrai régal pour les oreilles.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2009
Du Blues tout en profondeur ; tranquille ; avec parfois un rien de mélancolie. Somptueux.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,34 €
14,30 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)