Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
34
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,88 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 juillet 2016
Cinq étoiles ne suffisent pas pour évaluer cet album qui atteint des sommets. David Bowie, ici au sommet de son art. Notamment la face 2 de l'ancien 33 tours (sans oublier cependant les mérites de "Drive in Saturday" et "Panic in Detroit") avec le sublime "Time" aux accords de guitare inoubliables (merci Mick Ronson), et dont le texte trahit l'obsession de David Bowie pour la fuite du temps. Autre sommet : l'irrésistible "Jean Genie", à la fois pathétique et inquiétant,, avatar moderne du trickster des cultures traditionnelles, où la guitare imite un serpent à sonnette. Car c'est cela Bowie : la mise en musique absolument géniale de textes, où derrière la dérision, la crudité des expressions et parfois la provocation apparaît soudain l'intertextualité; Et aussi, au détour d'uns strophe, d'un refrain, Bowie laisse échapper ses angoisses (fuite du temps et des rêves, quête de l'amour absolu,) et évoque les épreuves traversées ("I had my share/So I'll help you with the pain"). Dans cet album qui semble l'odyssée d'un Ziggy pessimiste dans des USA post-apocalypse, seul le léger "The Prettiest Star" apporte une lueur d'insouciance.
Cet album superbe confirrme, s'il en était besoin, le talent fulgurant qui s'exprimait déjà "The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars". Incontournable, inoubliable et irremplaçable.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2013
Je possédais déjà la version Ryko de ce très bon album qui l'un des meilleurs de Bowie. Je ne pourrais comparer la qualité de cette dernière version qu'avec celle que je possédais déjà. Je ne l'ai encore que peu écouté et vous livre donc une première impression générale.
Premièrement l'emballage: une pochette cartonnée, à l'intérieur glissé le CD dans une petite pochette sur laquelle, si vous possédez une loupe vous pourrez lire les paroles des chansons. Joyeux anniversaire! Un peu plus ils mettaient juste le cd dans une pochette transparente.
Ensuite le contenu: l'album original, aucun bonus contrairement à l'édition 30e anniversaire qui avait un 2e cd de bonus.
Le master est très bon, très défini, les instruments se détachent et sont assez percutants, les détails sont très bien travaillés, la dynamique est bonne sans être exagérée. Le revers de la médaille de cette précision est un peu de fatigue à la longue par rapport à la version ryko qui était plus douce.
Du bon travail a été fait pour dépoussiérer ce disque sans le dénaturer.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2016
un cd incontournable superbe pochette mythique evidemment
chansons tubesques, tout a ete deja dit sur ce superbe album alors je me tais
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dernier album original avec les Spiders From Mars (Pinups étant un album de reprises) Aladdin Sane est de loin mon enregistrement préféré, ici point de fioritures, que du rock qui vous frappe comme un uppercut (à l’exception de "Lady Grinning Soul" dont je me demande ce que ce morceau vient faire là tellement il dénote avec le reste de ce brulot)
J'ai les éditions Ryko, 30ème anniversaire et japonaise, mais cette nouvelle édition des surclasse toutes car la son est PARFAIT comme pour le Ziggy Stardust de l'an dernier, clarté du son limpide, équilibre parfait des cymbales à la grosse caisse et comme pour ce dernier on retrouve la chaleur d'un vinyle pour un enregistrement analogique et chaque détail est tout à fait audible, écoute faite au casque
Dans cet enregistrement Rono s'en donne à cœur joie il est partout à la fois à gauche à droite et au centre, la guitare est doublée/triplée tout l'album sans compter ses solos en plus, avec des riffs dont lui seul à le secret, le piano que Mike Carson fait des merveilles notamment dans "Aladdin Sane" ou encore "Time" dans "Drive in Saturday" on distingue parfaitement les mains qui tapent pour donner la mesure, dans "Panic In Detroit" les percussions, dans "Cracked Actor" l'harmonica, dans "Time" David qui reprend son souffle, même pour "Let's Spend The Night Together" DB a réussit le tour de force de nous faire oublier le morceau original, tous ces détails qui étaient moins perceptibles sur les éditions précédentes et toujours ces guitares... chaque morceau nous apporte une atmosphère différente et cela finit en feu d'artifice avec "The Jean Genie" et ce riff incontournable (vous avez dit "La fille du Pére Noél" de J Dutronc ??? allez savoir) pour moi l'album s'arrête là... mais où est Rono dans "Lady Grinning Soul" ???
Ici ce sont les instruments qui sont en avant et la voix aérienne de DB vient se placer par dessus comme une cerise sur de la chantilly
Cet album est pour moi l'équivalent du génialissime "Slider" de T Rex (même pochette blanche avec un rock sans concession et des cœurs à vous faire fondre)
Rdv l'an prochain pour "Diamond Dogs"???
Le rusé David a encore trouvé un moyen de nous faire payer...
Un dernier mot "PLAY IT VERY VERY VERY LOUD"
11 commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une pochette devenue légendaire et encore un classique de plus dans la discographie de Bowie. Si "Watch That Man", en ouverture, reprend les choses exactement là où Ziggy est mort, l'album est bardé d'obsessions stoniennes qui vont faire de lui un des plus rock'n'roll de son auteur mais Bowie va également pondre des titres plus arty et racés, un bon mélange ici. "Aladdin Sane", en deuxième morceau, un titre ondulant, rêveur et lunaire, avec un hallucinant Mike Garson au piano, notamment pour un superbe solo très free. Ce morceau est peut-être le "2000 Light Years From Home" de Bowie. Puis on part dans une virée nostalgique doo-wop avec "Drive-In Saturday". Jagger est cité dans les paroles. Ca se fait plus menaçant et inquiétant, angoisse sourde urbaine, sur "Panic In Detroit", qui évoquera bien sûr pas mal Iggy. Mais il y a des chœurs soul féminins sur la fin comme sur "Gimme Shelter". Le boogie-rock de "Cracked Actor" déboule ensuite, Bowie chantant avec toute la morgue d'un Jagger entre les couinements de l'harmonica. Beau moment cabaret / music-hall ensuite avec "Time" où cette fois-ci Bowie se la joue Jacques Brel chanté par Marlène Dietrich. "The Prettiest Star" montre encore la facilité qu'a Bowie pour pondre des petites rengaines d'un autre temps, glam à fond dans la forme. Reprise speedée de "Let's Spend The Night Together" ensuite alors que tout l'album n'est constitué que de mid-tempos. Bowie s'approprie l'outrage et s'en fait le nouvel héraut (et pas que pour un jour). "The Jean Genie", gros riff rock et nouvelle morgue triomphante. La fin est de toute beauté avec la ballade pour crooner "Lady Grinning Soul", tout simplement magnifique. A l'arrivé, un album riche et varié où Bowie expose toute la palette de ses talents et de ses penchants. A noter la prépondérance d'un Mick Ronson, impérial aux guitares protéiformes, drivant le groupe et Bowie comme rarement, en Keith Richards de banlieue qu'il peut être. Un classique de Bowie, sans aucun doute, et de cette époque. Encore un.
1515 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2003
Pour fêter dignement les 30 ans de cet album référence dans la carrière du caméléon David, voci une édition luxe remasterisée avec pochette cartonnée et livret intérieur, truffé de photos inédites, de commentaires avisés des musiciens de l'album ; une mine d'informations pour les fans. Le premier CD contient tout les titres de la galette originale et c'est là que l'on redécouvre toute la puissance créatrice de BOWIE : "Time" et sa mélodie mélancolique, "Panic in Detroit" et sa rythmique funky très avant-gardiste pour l'époque (72-73), "Jean Genie" et son riff entêtant, "Let's spend the night together", reprise speedée et déjantée du morceau des Stones, "Aladin Sane" et son hallucinant solo de piano par Mike Garson. Le dit Garson qui tout au long de cet album met son empreinte si particulière sur la plupart des titres, si différents de l'album précédent. Le second CD comporte principalement des morceaux lives à la qualité sonore inégale, mais qui reste un témoignage unique de cette époque glitter. C'est bientôt la fin de Ziggy et cette galette en est le testament émouvant. A posséder pour tous les aficionados et les amoureux de la belle mélodie, en général.
11 commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2003
En pleine période de glam-rock, BOWIE et son acolyte RONSON, produisent cette galette sauvage avec quelques brûlots tels que la sulfureuse reprise de stones ("let's spend the night together"), les heavys "CRACKED ACTOR" ou "PANIC IN DETROIT", le superbe et mélancolique "TIME" ou bien encore le punky "JEAN GENIE". De la pêche, du telent, de la musicalité, une belle pochette ; toute l'ambiguité du caméléon est présente, après ZIGGY, avant DIAMOND DOGS et bien d'autres encore...
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dernier fruit de la collaboration avec Mick Ronson, Aladdin Sane est, comme Diamond Dogs, un album de transition entre le glam-rock de Ziggy Stardust et le tournant soul de Young Americans et Station to Station. Album d'une simplicité et d'une invention constantes, Aladdin Sane lorgne vers le rock dur (Cracked Actor), fait un détour par la pop black des 60es (Drive-In Saturday), part vers Kurt Weil et la musique de cabaret (Time), revient vers des ballades psychédéliques (lady grinning soul) et parfois se permet des effets jamais entendus auparavant (Aladdin Sane). Relecture esthète, décalée et expérimentale des formes de musique populaire, comme toujours chez Bowie, cet album est un bonheur constant et toujours renouvelé.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2003
Et si ce n'était pas celui-la le meilleur album de Bowie? Pour moi c'est certain. Avec un Mike Garson déchainé au piano auteur d'un solo hallucinant, des spiders au meilleur de leur forme Mike Ronson en tête, jamais l'alchimie n'a été aussi belle entre eux.
On ne peut sortir du lot plusieurs chansons tant toutes sont bonnes et egalement différentes. Des balades sont magnifiques comme "The prettiest star" qu'a ecrit Bowie pour sa femme mais le son glam revient vite a l'ecoute de "The Jean Genie" ou "Cracked Actor".
Que du bon donc pour un disque essentiel.
A noté le CD Bonus avec une version accoustique de Drive-in Saturday tres belle et la reprise de All the young dudes que Bowie avait ecrit pour Mott The Hoople.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2013
On se réjouit quand apparait une édition "remastérisée" d'un CD phare de David Bowie à l'occasion du quarantième anniversaire de la sortie de l'album : ici il faut se rendre à l'évidence, le travail à été bâclé . D'abord le contenant : ces satanées pochettes pochettes cartonnées font regretter les boîtiers "jewel-box" des débuts du CD. Ici, pas de brochure de quelques pages relatant l'historique de l'album , les conditions de sa remastérisation, ou même les textes des morceaux imprimés de façon lisible ce qui est loin d'être le cas sur le cartonnage de la présente publication (prévoir une très bonne loupe pour déchiffrer les paroles)...Très cheap !
Ensuite , la remastérisation elle-même ; j'ai trouvé le son agressif , dur, même si l'on doit concéder un surcroît de définition par rapport aux premières ré-éditions CD dont le son était comparativement plutôt brumeux, mais je ne pense pas que c'était là le son entendu aux Studios Trident lors de l'écoute des masters en 1973... Le piano, la guitare dans " Lady Grinning Soul" par exemple sonnent d'une façon très métallique peu naturelle... J'ai pourtant fait l'écoute sur du matériel plutôt doux : ampli à lampes, enceintes B&W série 800, lecteur Nagra.
En fin de compte, on est bien déçu par ce travail...
22 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

20,99 €
6,07 €
25,49 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)