Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
58
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 avril 2013
Pour moi le meilleur Stone avec Sticky Fingers !
Même si le son est un peu pourri, la magie opère !!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Exile on Main Street sort en 1972. Les Stones ont fui l'Angleterre pour des raisons fiscales pour s'installer près de Nice afin de préparer leur nouvel album. Durant l'enregistrement d'Exile On main Street, à Villefranche-Sur-Mer où Keith Richards et Anita Pallenberg ont loué une villa, la villa Nellcôte, il s'en est passé des vertes et des pas mûres, comme on dit. C'était l'époque où les Stones s'adonnaient à tous les plaisirs orgiaques du sexe, ingurgitaient tout ce qui leur passait par la main tant en alcools qu'en produits euphorisants, dépensant sans compter pour alimenter en came le défilé permanent qui zonait dans la villa, invités ou pas, amis, musiciens à demeure, managers, célébrités locales, fans, photographes, parasites et dealers. A ce petit jeu, Richards notamment, complètement accro à l'héro, ne savait plus très bien où il en était (2500 dollars par semaine lâchés pour les paradis artificiels !). C'était sexe and drogue and rock & roll. Tout cela sous l'aeil répressif de la police française qui épiait les moindres faits et gestes de ce groupe considéré comme « à problème ». Les plaintes fusaient de partout, les membres n'arrivaient pas à enregistrer ensemble dans ce studio monté à la hâte dans les caves humides de la splendide villa du sud de la France. Bill Wyman était à St Paul de Vence, Mick Taylor louait à Grasse, Jagger à la Bastide Du Roy. Les répétitions, quand elles avaient lieu, tiraient en longueur, pendant que Jagger et Richards se bouffaient le nez. C'était le chaos total. Charlie Watts, pourtant installé à 3 heures de route (dans les Cévennes) était toujours prêt à travailler. Pour les autres... Enregistrer leur dixième album dans de telles conditions, relevait donc de l'exploit. Inutile de dire que le rendu de ce disque a été sublime. Exile On Main Street, qui explore les facettes du rock, du blues, du soul et du gospel, est un des très grands (si ce n'est le plus grand) albums des Stones, l'apogée d'une période, diront certains. D'une période qui aura démarré avec le monumental Beggar's Banquet en 1968. Dans Exile On Main Street, les reines, ce sont les guitares de Richards (comme quoi...) et de Mick Taylor. La voix de Jagger est fondue dans le mix. Aucun titre ne se dégage vraiment de cet album compact qui a connu un grand succès commercial (mais pas tout de suite car la critique l'a accueilli de façon mitigée). Mais c'est un disque hors norme que le temps a encore bonifié, ce qui ne gâche rien. Exile On main Street est leur dernier coup de génie.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2015
C'est bien l'article que je désirais, aucun problème, contant de cet achat ! ... ... ... ;.. ... ... ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2013
un des meilleurs albums des Stones. Les conditions particulières de l'enregistrement, dans la maison de Keith, sur la côte d'azur, lui donne un côté presque artisanal, moins léché et idéal pour les morceaux dont la majorité sont plus blues que rock. A réécouter pour ceux qui auraient oublié que les Stones sont un grand grand groupe de rock :)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2014
j ai 15 blu ray audio et ce super disque des stones a le plus mauvais son le cd est meilleur .déception
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2011
J'avais déjà le CD d'avant la remasterisation, il faut avouer que le son est énorme en version vinyle remasterisé. Cela reste pour un des chefs d'œuvre des Stones. Ils auraient du splitter juste après car ils étaient au sommet du rock.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2006
Après sticky fingers, les roling stones se font arnaquer par un vilain manager qui s'apporpie les droits de leurs morceaux avant 1971. Fauché, fuyant le fisc, le groupe s'exile chez Keith Richards à Villefrance. Sur cette folle Cote d'Azur, au milieu des drogues et des convives les stones enregistent Exile on Main St. Ils y enchainent des trésors de grande fortune à jamais imposés à tous entre gospel (shine a light), soul (let it loose) et country (sweet virginia).
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2010
...On peut toujours chicaner mais par la qualité,l'intérêt et aussi la quantité (plus de 40mn)c'est quasiment
un album nouveau .......et quand on le compare à d'autres albums soit disant "de luxe"....!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2013
C'est les Stones, quoi. Je ne sais pas s'il est vraiment nécessaire de rédiger un commentaire sur cet article, étant donné que c'est un des meilleurs albums de tous les temps. INCONTOURNABLE.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2012
Les Stones comme on les aime : du rock abattage. Toujours frimeurs, mais ils distillent un alcool fort qui est la quintessence du mal de vivre en même temps que son antidote.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
35,99 €
21,82 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici