undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
7
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 février 2009
Avant dernier album des who avec Keith moon.
On a dit que c'est l'album de la désillusion et de l'épuisement, après les folles années 1969-1973 : tommy, who's next, quadrophénia.
Après ces chef d'oeuvre et avoir bouleversé la musique, Pete la tornade est épuisé.
Une année 1974 sabatique et revoilà les 4 amis. Les textes sont effectivement amers, mais ce disque est une grande oeuvre. Court, sans tube, il respire l'énergie des who : slip kid ainsi qu'un autre titre absolument grandiose : dreaming from the waist rassurent tout le monde : grand cru ! Ca se termine dailleurs en boulet de canon par un brulot : in a hand or a face ou vous retrouverez le grand Keith moon qui explose tout et la légendaire machine a riffs de townshend qui tourne a fond les manettes !
Un album des 4 légendaires who en 1975 ? Mais ma bonne dame ça ne se refuse pas !
33 commentaires| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2014
Deux ans après la sortie de leur grandiose opéra rock "Quadrophenia" aux intonations tantôt wagnériennes (éléments naturels déchaînés) tantôt pathétiques, les WHO nous offrent avec ce "The Who By Numbers", une musique plus légère et festive, en particulier avec le fameux "Squeeze Box" aux connotations coquines (She 's playing all night and the music's all right).

De très belles ballades ("There are all in love", "How many friends"), ainsi que des titres plus toniques ("Slip Kid") se succèdent, avec des musiciens au sommet de leur art: voix sublime de Roger Daltrey ("Imagine a Man"), prestation remarquable de John Entwistle à la guitare bass ("Dreaming from the waist"), créativité intacte de Pete Townshend, ainsi qu'un Keith Moon toujours aussi percutant.

A acheter les yeux fermés!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2015
En 1973 les Who sont une marque déposée qui n'a plus à démontrer sa valeur intrinsèque. Il s'agit désormais de durer et de se maintenir.
Le titre de cet album, qui fait un clin d'oeil aux début du groupe, quand celui ci ne s'appelait pas encore les Who mais les "High Numbers", vient démontrer le chemin parcouru et le savoir faire acquis.
Le son y est magnifiquement travaillé et les compositions s'enchainent rondement, toutes égales dans leur qualité.
Mais cet opus, amorce la descente du groupe vers un étage plus commercial. La sauvagerie des débuts a disparue et avec elle les
audaces qui mélangeait les genres de façon subversive, balade, opéra, et furie hard rockienne. Reste un album soigné, d'un bon niveau et
très agréable à écouter malgré tout.
En bonus à été rajouté une version live beaucoup plus sauvage de "dreaming for the waist" qui vient justement rappeler les temps
anciens d'une agressivité perdue en studio.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 27 février 2014
Suite à trois albums qu'ils ont offert au rock comme autant de classiques reconnus dès leur publication, les Who sont confortablement installés dans l’aristocratie du rock et n’ont plus rien à prouver. Ce qui détruit Pete Townshend à petits feux. Eux qui ont toujours innové se voient maintenant stagner dans la routine comme n’importe quel autre groupe mainstream.
Album de désillusion, THE WHO BY NUMBERS nous montre des Who qui dévoilent sans détour doutes et problèmes personnels : l’alcoolisme (HOWEVER MUCH I BOOZE), la jeunesse évaporée (THEY'RE ALL IN LOVE) ou la légitimité dans le star-system (SUCCESS STORY) sont des thèmes bien sombres pour un groupe qui n’a que dix ans d’activité… Et pourtant, Pete Townshend sent bien qu’ils ont déjà tout donné, tout grillé. Seul, accompagné de son ukulélé, il interprète le sublime BLUE RED AND GREY, une chanson à la mélancolie déchirante. Il n’y a que l’ineffable Roger Daltrey qui semble avoir encore la pêche et c’est lui qui procure l’énergie rock du disque (SQUEEZE BOX, un de leurs derniers hits), grâce à une voix qui gagne toujours plus en puissance. Le reste se partage entre des ballades à la beauté triste (IMAGINE A MAN) et des rocks assez fades (SLIP KID) qui n’amènent plus rien à leur gloire, mais peu d’albums dégagent autant de sincérité que celui-ci.
Tops : SQUEEZE BOX, BLUE RED AND GREY, SUCCESS STORY, IMAGINE A MAN, HOWEVER MUCH I BOOZE
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2012
The Who, de la "belle époque",b ien ficelé, moins connu peut-être que d'autres LP/CD des 3+1 enragés ex-Mods et totalement Rocks des 70's, cette fois-ci: à consommer sans trop de modération à l'exemple Townshend/Moon, sous les nappes de chorus de l'ami Entwistle! Keep on playin'
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2015
J'aime bien cette album, tous les titres sont bons. Bien sur, il est peut etre un peu en dessous de "Tommy" ou "Who's next" mais il est agréable à écouter et facile d'accés. On dit que cet album est sous éstimé et que c'est peut etre le dernier grand album des Who.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2012
Bien sur ce n'est ni LE GRANDISSIME QUADROPHONIA, ni même le trés bon WHO'S NEXT, mais c'est quand même pas si mal,Les Who sont encore les Who dans cet album.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)