undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Yamaha Day Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
8
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 juin 2009
1989. Le thrash a déjà quelques années : il a posé ses jalons et ses codes. Avec Master of Puppets, Peace Sells, Reing in Blood et Among the Living déjà sortis, pensez donc !

Nombreux sont les seconds couteaux, très méritants, mais qui ne rentreront pas dans le cercle très fermé des "méchants qui font des sous".
Testament, Death Angel, Coroner, Exodus et j'en passe auront un succès éphémère, souvent grace à un unique album venu secouer l'auditeur, mais peinent à garder leur statut.

C'est encore après tout ce petit monde qu'arrive Annihilator, ou le Jeff Waters project...Quelle place reste-il pour lui ?
La place d'une comète, d'une étoile filante d'une rare intensité qui comme les autres formations citées hélas, peinera à retrouver la gloire de ses débuts.

Parce quels débuts ! un des meilleurs disques thrash de l'histoire, rien que ça ! Annihilator possède une vraie personnalité qui les fait sortir du lot, tout comme un album d'Anthrax ne peut pas être confondu avec un Megadeth, même s'ils font partie de la même mouvance.

Ici, on sent bien la thématique du désordre mental (traité dans presque tous les textes) dans la musique. Les canadiens proposent ce soupçon de folie qui les fait sortir du lot et les rend uniques.
Des breaks en veux tu en voilà, une vitesse d'éxecution rarement entendue à l'époque (7 speed sur 8 chansons !) des trouvailles guitaristiques toutes les 3 secondes, n'en jetez plus !
Seul le chanteur est vraiment en deça du reste, mais sa voix rauque et écorchée colle parfaitement au propos.

Un cd unique, intense, inventif, possèdant la fougue de la jeunesse caractéristiques des premiers efforts, qui mérite d'être connu et reconnu !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album des canadiens,de"annihilator",est un bijoux de noirceur,d'ambiance malsaine,mais surtous et avant tous de thrash/heavy metal de trés haut niveau!!!Les riffs sonts complexes et techniques,les solos bien heavy,le tempo trés mid,renforce cette ambiance malsaine,dont je parle plus haut,quand à la voie,pour ma part,je trouve qu'elle colle trés bien à la musique.Quelques lignes accoustique,trés bien venue se greffent à merveille,à cette décharge de décibels.Ne vous attendez pas à du thrash à la slayer,mais n'hesitez pas,cet album est un vrai classique,qui se dois de figuré,dans toutes metalthéque digne de ce nom.Vous voulez un gage de qualité?Ce disque,est l'album que marty de megadeth,écouté tous les jours en voiture,lors des sessions de l'enregistrement du monumental"rust in peace",si aprés vous n'étes pas convaincus,libre à vous de faire l'impasse,sur cette claque de thrash intelligent.Bienvenue en enfer!!!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En 1989, cela fait déjà quelques années que le mouvement Thrash Metal s'est développé. De nombreuses formations, majoritairement en provenance des Etats-Unis, ont suivi la voie ouverte par les Metallica, Slayer, Anthrax et autres Megadeth. C'est ainsi que la fin des années 80 vit débarquer d'autres formations comme Testament ou Death Angel, même l'Europe (enfin l'Allemagne surtout) s'y met avec Kreator ou Sodom... Et le Canada dans tout ça ? Vous n'allez quand même pas me faire croire que ce pays n'est bon qu'à mettre du sirop d'érable sur les pancakes, si ? Non, et pour cela il faut remercier Jeff Waters, guitariste absolument époustouflant (le monsieur a quand même été approché par Dave Mustaine qui lui a proposé de rejoindre Megadeth, oui... il aurait pu avoir le job de Marty Friedman !) qui se trouve être l'auteur de cet Alice In Hell hors du commun.

Certains groupes sortent leur chef-d'œuvre en tout début de carrière, Annihilator est de ceux-là. L'album démarre en douceur avec une superbe instrumentale à la guitare sèche, Crystal Ann, sur laquelle on peut déjà se rendre compte de la dextérité du père Waters. Que cela ne vous mette sur une fausse piste, il s'agit bien d'un album de thrash, et la suite va dissiper tout doute dans votre esprit. Alison Hell est un titre ravageur, au riff percutant et à l'ambiance menaçante. On peut être surpris que le tempo ne soit pas plus rapide (pour une chanson d'ouverture d'un album de thrash) mais face à une telle compo, quelle importance cela a-t-il ? Hypnotique et géniale, au break original et aux solos de folie, cette chanson capte votre attention et pose immédiatement le style et la personnalité d'un Jeff Waters qui n'est pas venu pour copier ses ainés.

Une fois cette mise en bouche passé, ça décoiffe ! Fini les jolies mélodies de l'intro acoustique ou le mid-tempo de la chanson titre, place au thrash bien speed ! Prenez bien votre respiration parce que les compos qui suivent vont vous clouer au sol. Agressivité et vitesse d'exécution sont au rendez-vous, les breaks inventifs pullulent, le guitariste parcourt le manche de sa guitare dans tous les sens et balance des soli nets et précis qui vont donner des maux de tête aux apprentis gratteux... On retiendra notamment la véloce W.T.Y.D. (initiales de Welcome To Your Death, charmant non ?), la puissante World Salad, la (forcément, vu le titre) démente Schizos (Are Never Alone) ou la conclusion sauvage et maîtrisée à la fois, j'ai nommé la furieuse Human Insecticide avec son refrain, tout en chœurs bourrins ("Re-ta-li-ate! De-ca-pi-tate! An-ni-hi-late!"), absolument jouissif.

Le chanteur Randy Rampage n'est pas un grand vocaliste mais il s'égosille comme il se doit et son timbre éraillé colle bien au style de ce premier album habité par la fougue de la jeunesse ! La carrière du groupe, ou plutôt de Jeff Waters (car les changements de line-up vont être très fréquents), connaîtra des hauts et des bas, et Annihilator n'intègrera jamais le cercle des leaders du thrash. Cependant, la discographie du Canadien schizo est riche en albums de qualité et, aujourd'hui encore, son groupe continue de mettre le feu sur scène. Une carrière assez exemplaire, en somme. C'est en tout cas avec Alice In Hell que tout a commencé. Coup d'essai, coup de maître ! Génial, tout simplement.

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
un premier coup de maitre que ce alice in hell de la part des canadiens, et il faut dire qu'annihilator mérite ces louanges: les titres délivrés sur cet album sont tous percutants et terriblement tranchants. rapidité et précision sont au rendez-vous.
il faut dire que jeff waters n'est pas manchot et qu'il a entr'autre failli incorporer megadeth. bref, alice in hell, c'est du thrash technique et bien aggressif, car les musiciens très affutés jouent sur les deux tableaux et ce disque est un must du genre. il suffit de jeter une oreille sur alison hell ou encore welcomme to your death pour s'en rendre compte.
pour ma part, je ne possède que la version cd sortie à l'époque et je pense que la version remastérisée avec bonus sera un achat prochain...
à posséder!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mai 2003
Le premier album d'Annihilator est un excellent album de thrash/speed metal mais qui sort un peu tard, longtemps aprés les ténors du genre.
Mais quand on sait que le groupe a eu de nombreux problèmes de production, retardant la sortie, on leur pardonne.
Les compos sont terribles avec des riffs de guitares hyper techniques (leur leader guitariste vient du jazz) et même si la voix n'est pas à la hauteur du reste, on a ici un album de bon niveau.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2007
Franchement un premier album qui impose le respect.Jeff Waters est un leader de qualité exeptionnelle,c'est lui qui fait tout sur cet opus.Il a eu beaucoup de mal pour trouver un personnel valable pour la tournée mais en studio c'est lui qui s'est occupé de toutes les guitares.Chapeau!Les influences ne sont pas complétement digèrées mais le potentiel est là c'est sur.Cet album est une tuerie thrash du début à la fin.Dommage que le groupe ne soit pas assez connu.Le problème est qu'il sont arrivés à la fin du mouvement thrash,quand Roadrunner se préoccupait beaucoup plus des groupes de Death.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2015
c dommage a part une chanson du groupe le reste je n'accroche pas vraiment c'est dommage enfin bon c'est toujours bon a connaitre
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2016
Alice in Hell est le premier album du groupe et selon moi, ils n'ont jamais fait mieux par la suite.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,32 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)