undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
97
4,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,57 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Paru en 1959, Kind of Blue est l'album de légende de Miles Davis, dont on a pu dire que c'était l'un des plus grands albums de l'histoire du jazz moderne, et pourquoi pas de toute l'histoire du jazz, et pourquoi pas de toute l'histoire de la musique ? En 2003, le magazine Rolling Stone a publié un classement des 500 meilleurs albums de tous les temps. La liste comprend des disques en tout genre, mais en très grande majorité du rock et de la pop. Pourtant, Kind of Blue, rare album jazz du classement, apparaît à la 12e position.
La particularité en tient à la technique exploitée ici par le compositeur et ses musiciens : le jazz modale dont on sait que MD l'avait déjà explorée dans Milestone.
Outre cette prouesse, on retiendra surtout que c'est un album superbe, avec le célébrissime So what et son intro un peu mystérieuse qui ne laisse en rien présager la suite, et ses quelques notes à la basse qui structure tout le thème, le tubesque All Blue et le poignant Flamenco sketches qui laisse entrevoir le goût de Miles Davis pour les sonorités hispanisantes et qui annonce les futurs Sketches of Spain et Siesta.
Album lumineux dans lequel les musiciens jouent avec une spontanéité et une complémentarité époustouflantes. Cela leur semble si facile ! Surtout lorsque l'on sait que lors de la session d'enregistrement, ils n'avaient joué aucun des morceaux auparavant. Pas de répétition, et une seule prise pour chaque titre ' sauf Flamenco sketches.
Le disque est enregistré dans une période d'entre-deux. Le premier quintette (MD, John Coltrane, Red Garland, Paul Chambers, Philly Joe Jones) avait été reformé quelque temps auparavant par Miles auquel s'était adjoint l'altiste Julian « canonball » Aderley ' pour lequel MD apparaît en sideman dans un autre album légendaire, Something else. C'était donc désormais un sextette que conduisait le trompettiste et qui enregistra le célèbre Milestone (1958). Mais à l'époque de Kind of Blue, le groupe commence à nouveau à se dissoudre. Philly Joe Jones est remplacé par Jimmy Cobb et Red Garland par Bill Evans (un blanc dans le groupe du grand défenseur de la musique noire !), sauf sur la deuxième plage jouée par Wynton Kelly ' qu'on retrouvera sur Someday my prince will come.
Après le succès immense de Porgy and Bess, on avait pensé que Miles Davis avait atteint le sommet de son art. On n'avait encore rien vu !
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2008
Nul besoin de disserter sur la qualité de cet album mythique, trois notes et on comprend que c'est un chef d'oeuvre.
Nul besoin de disserter sur la qualité de ce coffret, on l'ouvre et c'est la grande classe : présentation, livre, notes, etc... Un très beau cadeau de Noël.

En revanche, et là Sony a commis un crime énorme, il ne s'agit pas de la version remasterisée de l'album qui restituait les trois premiers morceaux à la bonne vitesse. Quel dommage ! Je ne comprends pas le pourquoi d'une telle erreur.
0Commentaire| 45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2003
A noter que cette remastérisation récente par Sony a permis de corriger un défaut de l'édition originale, qui à cause d'un problème technique lors de l'enregistrement (magnéto mal étalonné ?), faisait que le disque était joué à une vitesse plus rapide que la réalité. Autrement dit, on retrouve le LA, et le résultat est une musique qui colle à l'enregistrement, avec des sons graves plus profonds, une trompette plus cuivrée... Un chef d'oeuvre devenu un grand chef d'oeuvre !
0Commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juillet 2004
"Kind of Blue" est sans conteste le disque référence du jazz d'après-guerre.
Ici, la rupture avec l'esthétique bop est consommée.....le temps de ce disque.
Car, et de cela personne ne s'en souvient, "Kind of Blue" fut traité un temps comme un échec.
Miles lui-même reviendra immédiatement vers une musique plus hard-bop avec cette même formation puis avec la suivante ( Hank Mobley supplantant Coltrane et Adderley, et Wynton Kelly reprenant sa place à Bill Evans).
En fait, si ce disque annonce une chose, c'est le son des années 60 à venir, celui du quintet de Miles des années 65-68 (avec Shorter, Hancock, Carter et Williams- la plus grande formation de Miles à mon goût), celui du Bill Evans Trio avec Scott LaFaro et Paul Motian, c'est les envolées modales de Coltrane et de son quartet magique, c'est tout le son des années Blue Note aussi.
Tout simplement, jamais échec ne fut plus resplendissant que sur ce disque.
0Commentaire| 46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2007
C'est entouré d'une véritable dream team (John Coltrane, Cannonball Adderley, Bill Evans, Paul Chambers...) que Miles Davis enregistre en 1959 ce "Kind Of Blue", fer de lance du jazz dit modal (prolongement d'un accord ou d'une mesure permettant une improvisation plus "libre"), devenu depuis un grand classique du jazz, conseillé en général aux non-initiés du fait de sa grande accessibilité. Un album calme et léger, mélancolique et apaisant, que tout amateur de jazz se doit de posséder.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2003
Pour en avoir parlé avec nombreuses personnes, s'il n'y avait qu'un disque de Jazz, et même si ca paraît facile de prime abord, ca serait celui-la sans contestation possible.
Pour celui qui s'y connaît un minimum, regarder la pochette fait déjà très mal : on a du mal à croire que Coltrane, Adderley, Chambers, Jimmy Cobb, Bill Evans et ... Miles bien sûr soient sur le même disque.
Coltrane, et sa tenue de note inimitable et indentifiable parmi 100 ; Jimmy Cobb, connu pour avoir un jeu plutôt riche, épure ses frappes ici, et c'est ce qu'il a de mieux à faire pour le groove général ; le touché de Bill Evans supplante complètement celui de Wynton Kelly ; Adderley, complémentaire de Coltrane, puisqu'il représente plutôt la technique pur : rien n'est à côté. Le tout orchestré par Miles.
Et pourtant, ces monstres du Jazz ne s'embarquent dans aucune démonstration technique : ils inventent le Jazz qui groove, ils placent le son avant tout. Le riff de "So What", même s'il est en Dorien (pas si répandu à l'époque), n'est pas spécialement sophistiqué par rapport à ce qui a été fait ; et l'harmonie : une grille de 2 accords (Ré/Mib).
Tout ca pour dire qu'en choisissant cette orientation, ils font le lien entre le Jazz passé (dont le musicien représentatif pourrait être Adderlay) et le Jazz à venir (avec Coltrane qui a déjà 20 ans d'avance).
On n'est bien entendu pas obligé de se prendre la tête pour apprécier la beauté pure de ce disque absolument INDISPENSABLE qui vous pénètre au fond des trippes et que l'on redécouvre même après 1000 écoutes.
0Commentaire| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce disque est un chef-d'oeuvre du jazz et de la musique en général. A son sujet on a tout dit, tout analysé, disséqué, répété, modalisé, on sait même à quel moment, pendant l'enregistrement, Miles Davis et Cannonball Adderley sont allés manger une crêpe ensemble... so what ?

Mais moi, une question me tarabiscote: what kind of blue?

Bleu outremer, bleu de cobalt, bleu de céruléum, bleu turquoise, bleu Klein, bleu indigo, bleu de Prusse, bleu de Bresse, bleu d'Auvergne, bleu d'Ecosse, bleu de Termignon, bleu de Septmoncel, Bleu de Gex, Bleu de Bonneval, bleu roy, bleu France, bleu horizon, bleue des Vosges, bleu de méthylène, bleu de bromothymol, bleu de phtalocyanine, bleu lagon, bleu des mers du sud, bleu lapis-lazzuli, bleu saphir, bleu truite, bleu sang, bleu-beat, bleu cerise, bleu orange, bleu ciel, bleu clair, bleu foncé, bleu électrique, bleu métallisé, bleu pastel, bleu schtroumpf, bleu pétrole, bleu curaçao, bleu note, bleu à l'âme ?

Comme j'ai découvert, tout gamin et sans le savoir, Miles Davis dans la musique du film "Ascenceur Pour L'échafaud" de Louis Malle, pour moi ce sera: bleu nuit!
44 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 9 février 2007
Ce disque mérite exclusivement des termes hyperboliques : génial, insurpassable, indépassable, indémodable etc...etc... On pourrait passer une soirée entre ami(e)s sur ce thème : quel mot définit mieux ce que Miles Davis, John Coltrane, Bill Evans, Cannonball Aderley et consorts ont enregistrés il y a environ 40 ans. Tous les mots conviennent sans exclusive aucune.

Cette oeuvre produite par ce musicien hors de pair se situe au niveau de la Messe en Si de Bach, des pièces pour piano de Ravel, Beethoven ou Debussy, d' Electric Ladyland d'Hendrix, de Wheels of Fire de Cream, de Sergeant' Peppers des Beatles, des chansons de Brel et on pourrait continuer ainsi à l'infini.

Un tel talent reste mystérieux à comprendre : comment ont-ils fait durant ces quelque sessions pour se projeter là où ils sont allés ? J'ai du l'écouter plusieurs centaines de fois. Je le connais absolument par cœur et c'est comme la première fois. Evident, sidérant, invraisemblable. Le coup parfait.

Oui, sans aucun doute, "KInd of Blue" appartient aux sommets du patrimoine de la musique occidentale.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2004
"Kind of Blue " fait partie des chefs d'oeuvre immortels de la musique jazz. Le vocabulaire harmonique s'enrichit ici de celui des modes grecs anciens, le tout mêlé au swing incomparable du tandem Chambers / Cobb et à la classe des interventions solistes. Bill Evans en particulier s'y révèle pleinement ("Blue in Green", "Flamenco Sketches") et instille à cette musique cette saveur modale si particulière qui fait toute la richesse d'une grande partie de la musique jazz depuis les années 60. Ajoutez à cela la classe de Miles, la fougue d'Adderley et les superbes envolées de Coltrane, et vous obtenez un disque essentiel de l'histoire du jazz, de bout en bout : Le célébrissime "So What",qui malgré son riff et sa grille minimalistes,conserve toute sa saveur même après plusieurs écoutes, en est la preuve magistrale.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2011
Avec ce titre un peu provocateur, je désirais souligner l'importance du rôle de Bill Evans dans le chef-d'oeuvre qu'est Kind of Blue. Miles Davis reconnait d'ailleurs dans son autobiographie que, sans Bill Evans, Kind of Blue n'aurait pas été possible.
Il faut écouter comment Bill joue en accompagnement des solos, il souligne, appuie, suggère, répond... Ses accords changent régulièrement, presqu'à chaque phrase, c'est fabuleux. Si on compare avec le jeu de Wynton Kelly qui joue sur "Freddie Freeloader", la différence est énorme, et Kelly est un excellent pianiste, c'est lui qui remplacera Evans dans le groupe de Miles Davis.
Et que dire des solos de Bill Evans ? Fabuleux, tout en touché harmonique, on ressent les influences classiques.

Quelques mots tout de même sur les autres musiciens...
Miles Davis est à son meilleur. Son style est posé, élégant et il dégage beaucoup d'assurance. Son jeu frôle même la perfection.
John Coltrane s'est merveilleusement adapté à ce que voulait Miles. Son style est ici très sage, mais son lyrisme est intact.
Julian Adderley n'a jamais aussi bien joué. Ses solos sont du niveau de ceux de Coltrane.
La section rythmique est exceptionnelle. Paul Chambers et Jimmy Cobb sont au sommet de leur forme. L'introduction de "Flamenco Sketches" par le duo Evans / Chambers est magnifique.

A noter que "Blue in Green" a été écrit par Bill Evans. Miles Davis se l'est approprié, ce qui était, hélas, une pratique courante dans le Jazz. "Flamenco Sketches" pourrait également avoir été écrit par Bill Evans.

Kind of Blue est la consécration d'un sextet de géants, mais aussi la consécration du Jazz modal. C'est également un disque que tout le monde devrait posséder dans sa collection, quelque soit son horizon musical.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,19 €
7,00 €
16,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)