undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
5
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:16,56 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 janvier 2013
Cette version par Karajan, avec une Gundula Janowitz au sommet, sans parler du reste du quatuor, absolument merveilleux, (pensez : Christa Ludwig, Fritz Wunderlich et Walter Berry) est absolument superbe. Et que dire du Benedictus et du céleste violon de Michel Schwalbé, d'une intériorité que l'on ne retrouve dans aucune autre version. Une version sublime pour ceux pour qui, comme l'exprimait Beethoven, "la musique est une révélation plus haute que toute philosophie" qui mène à la véritable Connaissance et à la sagesse.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il n'est pas faux que la version Klemperer de la Missa Solemnis chez Emi/WarnerBeethoven : Missa solemnis (enregistrée en 1965) est plus constante dans la réussite que cette version Karajan de 1966, qu'on lui a souvent opposé et qui devait bien marcher en Allemagne, commercialement, à sa sortieBeaux passages (ce qui ne prouve rien contre elle). Il est vrai par exemple que Klemperer juge mieux le tempo pour le début du Gloria (un peu moins vite), et que Karajan n'égale pas le mariage entre exaltation et rigueur dont Klemperer se montre capable dans la section finale de ce même Hymne (à partir de Quoniam tu solus sanctus). Fermeté de la construction, clarté des plans, souffle immense ; il faut toujours revenir à Otto.

Ceci dit, on peut préférer le quatuor vocal de Karajan, avec Wunderlich et Ludwig, et chaque intervention de Gundula Janowitz, en particulier, reste inoubliable, d'une beauté radieuse qui laisse pensif. Pour l'ensemble de l'œuvre, la direction de Karajan, son perfectionnisme, les moyens réunis (Philharmonique de Berlin, Wiener Singverein), donnent des choses merveilleuses plus d'une fois (les ombres de l'Et incarnatus dans le Credo), le tout culminant avec un Agnus Dei extrêmement contrasté et dramatique, mis en scène (comme on dit au cinéma) avec un art consommé, et qu'on n'aille pas dire qu'il en fait trop.

Pour une vue d'ensemble des versions de la Missa Solemnis par Karajan, voir la recension de Santa Fe Listener sur le site américain.

Le complément est la Messe du Couronnement de Mozart, dans un enregistrement de 1975. Le quatuor vocal est composé d'Anna Tomowa-Sintow, soprano, d'Agnes Baltsa, alto, de Werner Krenn, ténor et de José van Dam, basse, le chœur étant encore le Wiener Singverein. Dans le résultat on perçoit à la fois le compositeur d'opéra (le début de l'Agnus dei, où une Suzanne s'avance sur scène) et l'univers des églises baroques où il suffit de lever la tête en se plaçant sous la coupole pour être entraîné vers le haut. Anna-Tomowa-Sintow n'est pas Gundula Janowitz, mais tant pis; les deux natifs de Salzburg se rejoignent.

Couplage rare et logique et interprétations qui se passent de superlatifs.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2013
Karajan a enregistré quatre fois cette missa solemnis et trois fois il a réussi un coup de maître.
Cette oeuvre lui convient parfaitement à l'instar des symphonies.

Cet enregistrement est le deuxième réalisé en 1966. Il est magnifique.

Le premier réalisé en 1958 est également très réussi avec le Philharmonia, Schawrzkopf, Ludwig, Gedda, Zacharia.

Le troisième réalisé en 1975 est surement le plus beau. Perfection de l'orchestre (Berlin) et du quatuor vocal avec
Janowitz, Balsta, Schreier, Van Dam. De plus une qualité sonore qui permet de savourer la performance des chanteurs.

Le quatrième de 1985 est inutile.

Il serai dommage à mon avis de se priver de la version 1975 qui est disponible sur le site.
11 commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2012
Pour commencer, je pense que cette oeuvre est magnifique. D'abord, c'est une oeuvre de musique sacree, ce qui nous change des autres oeuvres habituelles pour orchestre (symphonies, concertos) et qui se place donc dans un cadre spirituel different. Musique grandiose et envoutante, choeur magnifique, certainement l'une des pieces majeures de Beethoven.

En lisant certaines biographies du compositeur, on peut entrevoir une petite polemique afin de definir si cette oeuvre est religieuse ou doit etre consideree en dehors du champs religieux. Bien que cette polemique est surtout due a mon avis a un combat occulte de type religion contre laicite, je recommande aux auditeurs de decider eux-memes en fonction de leurs convictions du pouvoir de cette oeuvre et non aux biographes et autres critiques qui veulent decider pour nous.

Enfin, je ne peux pas parler sur la qualite de cette version comparee aux autres car c'est la seule que je connaisse. Il semble que Karajan a enregistre plusieurs fois la Missa Solemnis et que l'on peut certainement trouver ses autres versions meilleures ou moins bien. En outre, j'imagine bien que d'autres grands chefs l'ont interpetree avec des degres de qualite differents.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2015
Délai très long ; expédié des E.U. mais livré d'Allemagne.
Rien à dire concernant la gravure : pas de défaut du son.
Mais du n'importe quoi pour la dénomination des pistes du disque 1.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)