undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
42
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1984-1986-1988. Incontestablement, les trois glorieuses années d'Iron Maiden. Sous une formation stabilisée (et quelle formation !) avec Dickinson au chant, Harris à la basse, Smith et Murray aux guitares, et McBrain aux fûts, et malgré quelques tensions qui apparaissent notamment en raison de l'ampleur cyclopéenne des tournées du groupe qui vrillent autant les corps que les âmes, Iron Maiden sort coup sur coup Powerslave, Somewhere in Time, et Seventh Son of a Seventh Son. Autant dire trois des meilleurs albums de heavy metal, et ceux de la discographie de la vierge gritchienne qui explorent le plus profondément le sillon progressif. Autant dire la sainte trinité.

Chacun de ces trois albums expérimente quelque chose de nouveau. Somewhere in Time se distingue par une approche à résolument moderne et en décalage. A propos de cet album, on a bien sûr beaucoup parlé de l'utilisation des guitares synthés. Sacrée prise de risque pour un groupe de heavy à cette époque. Rappelons que la même année Metallica sort Master of Puppets, à des années lumières du son proposé par Iron Maiden sur Somewhere. En même temps, le tempo des titres sur Somewhere se fait très rapide, parmi les plus rapides chez Iron Maiden, et on peut même y déceler une influence speed metal dans les riffs et les solos de guitare qui sont très techniques. Avec tout cela, Somewhere in Time se révèle être un des albums les plus mélodiques du groupe. Et Iron Maiden se distingue toujours par des paroles inspirées de la littérature, et ses morceaux épiques. Sur Somewhere, ce titre sera Alexander the Great.

On ne saurait oublier la superbe pochette, sans doute la plus travaillée de toutes avec ses multiples références à la science fiction et à la discographie du groupe, avec sa thématique futuriste. C'est personnellement un de mes pochettes préférées d'Iron Maiden.

Somewhere in Time est sans doute l'album le plus aventureux d'Iron Maiden. Il constitue avec Powerslave et Seventh Son, un des joyaux de la couronne. A mettre entre toutes les mains !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2016
Deux ans se sont écoulés depuis la sortie du phénoménal " Powerslave " et à peine remis de nos émotions , Iron Maiden nous ressort une nouvelle perle de heavy metal dont eux seuls avaient le secret durant cette magnifique période où ils débordaient de génie ...
Petite surprise lors du premier passage sur ma platine , les claviers faisaient maintenant partie du paysage musical de la vierge de fer . Même si cela pouvait paraître surprenant , ils ne faisaient qu'embellir les compos du groupe et franchement , les titres étaient magnifiques .
Le titre le plus connu de cet album " Wasted Years " sorti en single est peut être celui que j'apprécie le moins malgré sa belle intro a la guitare , peut être un peu trop commercial ....
Celui que j'aime le plus est certainement " Stranger in a strange land " avec " Sea of madness " .
Comment ne pas parler de la sublime pochette du vinyle qui regorge de clins d'œil et de références aux albums précédents ...
Deux ans plus tard , sortira le digne successeur de ce merveilleux disque et démontrera qu'Iron Maiden est bel et bien le plus grand groupe de heavy metal de tous les temps pour ceux qui en doutaient encore ....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2015
Llego rápido y perfecto. Que decir de esta espectacular colección de vinilos de Maiden? imprescindibles, estoy muy contento. Buen producto y vendedor.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Moins éclatant c'est vrai que "Powerslave" ce disque n'en reste pas moins un des meilleurs albums de Maiden et un des plus réussis des années 80.
Le groupe est maintenant parfaitement rodé et cette équipe de choc qui est aussi une réunion de virtuoses (ce qui est assez rare dans le HR des 80's) nous offre certainement son album le plus étonnant et le plus moderne.
L'album est dominé par trois pièces maitresses composées par Steve Harris : "Caught Somewhere in Time", "The Loneliness of the Long Distance Runner" et "Alexander The Great", trois morceaux longs et emphatiques qui font la part belle aux guitares de Dave Murray et d'Adrian Smith qui ont encore progressé, leurs passes d'armes, chorus en harmonie et duels effrénés sont certainement ce qui se fait de mieux à l'époque, on croirait entendre du Whisbone Ash, la touche moderne étant apportée par quelques nappes discrètes de guitares-synthés.
Mais Harris doit maintenant partager son rôle de compositeur avec Adrian Smith qui compose lui aussi trois morceaux, peut être moins fondamentaux mais qui apportent un peu de sang neuf dans le groupe.
Est il besoin de préciser que Bruce Dickinson est encore une fois parfait (il le sera moins sur le prochain) et Nicko Mc Brain impérial.
Voici un disque somptueux, toujours produit de main de maitre par sa seigneurie Martin Birch, un album lyrique, aux climats changeants et à l'atmosphère très particulière, qui s'éloigne doucement du hard rock tempétueux des débuts du groupe pour une musique plus aboutie, pas si éloignée que cela d'un Yes ou d'un Marillion, preuve de l'ouverture musicale du groupe.
Avec cet album Iron maiden n'est plus seulement LE plus grand groupe de heavy metal de son époque, il est devenu un très grand groupe de rock tout court.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 octobre 2005
Etant fan de Iron Maiden à fond, il est difficile de dire lequel est le meilleur des albums du groupe...
Mais avec le recul, cela s'avère être "Somewhere in time" : chef-d'oeuvre grandiose d'abnégation et de force, 8 morceaux légendaires (bref, 8 hits phénoménaux), de quoi se réjouir à fond les balons !
Des guitares qui crachent la mort, des sons hyper futuristes, des compositions monstrueuses, un Bruce Dickinson visiblement sous extasie, du rythme comme on en entend rarement... un album à posséder pour tous les amoureux du groupe Iron Maiden, du Rock... ou de la musique en général !
Up The Irons !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2008
Le génie conjugué de leur bassiste et d'un de leur guitariste procure au groupe un album de très haut niveau.
Toutes les intros sont à vous clouer sur place (je pense particulièrement à Wasted Years ou Heaven Can Wait).
Les solos sont des envolées lyriques exquises avec le style bien marqué de chacun des guitaristes.
L'enchevêtrement des lignes est très travaillé et révèle la puissance de chacun des instruments.
Les thèmes abordés sont excellemment suppléés et par le chant et par la musique, essayé de courir avec Loneliness of the Long Distance Runner dans les oreilles, vous verrez vos performances ! Stranger In A Strange Land ne vous procurera pas des sensations inconnues si un jour vous avez vécu loin de votre culture ... Déjà Vu pour ceux qui vivent des moments qu'ils leur semblent avoir déjà vécu et enfin un peu d'Histoire avec la vie d'un Très Grand Roi, Alexander The Great.
Un summum d'Iron Maiden.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 8 février 2001
De retour de l'harassante tournée "World Slavery Tour" d'où est issu le fameux "Live After Death", Iron Maiden est au bord de la séparation. Les tensions accumulées durant la tournée, notamment entre Bruce Dickinson et Steve Harris ont failli avoir raison du quintette londonien, Bruce ayant même envisagé d'écrire un album acoustique ! Les esprits finîrent par se calmer, ce qui n'empêcha cependant pas Maiden d'écrire un album assez différent des précédents. 1986 marque un tournant dans la musique du groupe qui laisse apparaître des influences très progressives, probablement dûes à l'énorme travail de composition du guitariste Adrian Smith (les deux singles Wasted Years et Stranger In A Strange Land)et à l'utilisation de guitares synthétiques qui donnent à "Somewhere In Time" un son particulier. Il en résulte un album déroutant pour les fans de la première heure mais terriblement intéressant, prouvant si besoin en était que Maiden possède un registre musical étendu. On retrouve toutefois des chansons très maideniennes comme "Sea Of Madness" ou le traditionnel titre épique de fin d'album : "Alexander The Great". Iron Maiden vient de s'engager dans une nouvelle voie musicale qui sera encore plus marquée sur l'album suivant : "Seventh Son Of A Seventh Son".
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2008
Le génie conjugué de leur bassiste et d'un de leur guitariste procure au groupe un album de très haut niveau.
Toutes les intros sont à vous clouer sur place (je pense particulièrement à Wasted Years ou Heaven Can Wait).
Les solos sont des envolées lyriques exquises avec le style bien marqué de chacun des guitaristes.
L'enchevêtrement des lignes est très travaillé et révèle la puissance de chacun des instruments.
Les thèmes abordés sont excellemment suppléés et par le chant et par la musique, essayé de courir avec Loneliness of the Long Distance Runner dans les oreilles, vous verrez vos performances ! Stranger In A Strange Land ne vous procurera pas des sensations inconnues si un jour vous avez vécu loin de votre culture ... Déjà Vu pour ceux qui vivent des moments qu'ils leur semblent avoir déjà vécu et enfin un peu d'Histoire avec la vie d'un Très Grand Roi, Alexander The Great.
Un summum d'Iron Maiden.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juillet 2004
après l'album live, Maiden s'offre un virage vers le progressif sous l'impulsion de Steve Harris qui propose des morceaux longs et alambiqués, comme ce "Alexander The Great", tandis que les autres compositions, signées par Adrian Smith, sont plus rock, orientées radio comme le single "Wasted Years". la nouvelle orientation est très réussie et l'on note l'apparition des claviers pour la première fois dans le groupe, afin d'apporter des harmonies nécessaires. un superbe album.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2011
J'ai longtemps considéré Powerslave comme le meilleur album du groupe, mais après de nombreuses écoute de Somewhere In Time l'évidence se fait entendre à mes oreilles et je peut vous certifiez que Somewhere In Time est le meilleur album du groupe. Certes moins accessibles que Powerslave, mais mieux travaillé que ce dernier.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici