undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
10
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 mai 2007
décoiffant tout simplement , j adore be happy la neuvieme de cet album , je trouve que le jeu de mac laughin combiné avec jean luc ponty est réellement extraordinaire ! ce sont vraiment des cd a écouter lorsque l on veut s interesser au jazz rock
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2003
si vous ne connaissez pas ce groupe ENORME des années 70 en jazz rock alors vous vous devez d'écouter cet album qui changera à jamais votre écoute et votre approche du jazz et jazz rock...john est magistral et les musiciens vous donnent ce qui a de meilleur techniquement à l'époque.vous n'en sortirez pas indemme et john non plus !
indispensable
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2008
Ce disque est le symbole d'une époque tournée vers la recherche et la mixité des styles initiée par Miles DAVIS.
Rarement on a atteint une telle énergie dans cet exercice. Le rock et sa débauche sonore est bien là, le jazz aussi bien sûr dans l'écriture et dans certaines phrases des chorus, également la musique classique notamment dans la voix de Gayle MORAN et certaines plages musicale et le choix d'instruments à cordes, le funk aussi pointe souvent le bout de son nez (can't stand your funk). Michael WALDEN prend le suite de Billy COBHAM à la batterie, à l'époque en pensait le défis impossible à relever, et bien croyez moi WALDEN est un tueur, sur scène il jouait derrière un paravent en Plexiglas.
jean Luc PONTY n'a jamais été aussi virevoltant (ne l'oublions pas chez Zappa également).
Comme c'est bon d'entendre John McLaughlin avec un son de guitare aussi électrique (plus proche de Jimi HENDRIX que de Barney KESSEL). Il faut absolument posséder ce disque, témoin du deuxième groupe très électrique du MAHAVISHNU, vous pouvez concernant l'équipe précédente, ajouter le magnifique BIRDS OF FIRE à l'ambiance plus sombre, mais fabuleux aussi.
Après coup ce genre de musique a muté en "fusion" souvent beaucoup plus "emmerdifiant"...
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juillet 2002
Un album qui marque dès la première écoute : intensité du jeu, profondeur des mélodies, rythmique élaborée et expérimentations "électriques" font de cet opus un disque magique et déroutant mais tellement captivant !
Le meilleur album de Mahavishnu Orchestra.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 8 septembre 2011
Après deux albums et un live qui sont autant de jalons/précurseurs du "jazz-rock", John McLaughlin (après le split de la formation première en 1973) revient en 1974 avec un tout nouveau groupe : exit Jan Hammer, Jerry Goodman, Rick Laird et Billy Cobham (ce dernier reviendra en 1984 pour l'album "Mahavishnu"), bonjour Jean-Luc Ponty au violon (le violon, élément fondamental du son Mahavishnu avec les guitares), Ralph Armstrong à la basse, Michael Walden à la batterie, et Gayle Moran aux claviers (essentiellement piano) et au chant, accompagnés d'un orchestre symphonique (le LSO, excusez du peu, sous la direction de Michael Tilson Thomas) pour "Apocalypse" (1974) et de musiciens additionnels (un trio à cordes et un duo d'instruments à vent, trompettes, flugelhorn, flûte, saxophones) pour "Visions of the Emerald Beyond" en 1975.
La musique est toujours autant "fusionnelle", explorant de nouveaux territoires et mélangeant diverses cultures musicales (occidentales, orientales, classique, jazz, rock), rythmée, chatoyante, toujours entre calme et violence, plus étoffée que les deux premiers albums à l'instrumentation beaucoup plus dépouillée et à la facture nettement plus virulente dans l'ensemble. De montagnes hymalaiennes en vallées traversées de fleuves tranquilles, ces "visions" (qui font intervenir les voix sur certains morceaux, voix plutôt éthérées, souvent sans paroles) constituent après les deux premiers albums ce que MO a produit de mieux et plus encore que les albums précités le symbole en musique de l'état d'esprit et de la spiritualité vivante de leur dépositaire, monsieur John McLaughlin (heureusement toujours en activité à l'heure actuelle).
66 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2014
CHRONIQUE DE CLAUDE ALVAREZ-PEREYRE MAGAZINE ROCK&FOLK AVRIL 1975 N°99 Page 93
5° Album 1975 33T Réf : CBS 69108
Les musiciens changent .... Et voilà à nouveau un disque splendide, dont l'aspect orchestral allégé rendra l'approche plus immédiate. Un véritable résumé en forme de l'histoire musicale de deux siècles. A ma connaissance, seul Keith Jarret offre une musique aussi complète. Dommage, d'un certain côté, que le titre choisi pour l'album n'ait pas été ce "Can't Stand Your Funk", tant il est vrai que ce funk soutient l'album de bout en bout. A chaque disque du Mahavishnu, on assiste à une extension du son dont le départ et l'horizon restent la guitare. Et c'est avec plaisir que l'on trouve, à côté des références traditionnelles du guitariste, de fréquents rappels (puisque ni citations ni vraiment influences directes) de Santana, Zappa et surtout Hendrix (ce dernier encore plus présent dans les concerts). Le disque témoigne aussi de la progression de McLaughlin dans les recherches harmoniques et sonores (ring modulator sur "Pegasus", et de manière générale une pureté croissante du son de la guitare).
On trouve sur ce disque, plus clairement que sur le précédent, dans lequel l'orchestre noyait par moments les éléments de la musique, la palette de thèmes, de phrases mélodiques chaleureuses ou speedées entre lesquelles oscille le groupe, de ces arpèges de douze cordes qui dégénèrent en délire de funk "Faith" ou cette superposition de deux thèmes aux rythmes différents, formule que le Mahavishnu affectionne au point de la réutiliser régulièrement depuis "Dance Of Maya" (sur "Inner Mounting Flame").
Les claviers n'ont pas encore disparu de la formation (sur scène Jean Luc Ponty sur un morceau et la violoniste Carol Shive sur "Cosmic Strit" jouent respectivement de l'orgue et du piano électrique), et le rôle des cuivres et cordes s'en trouve partiellement réduit. Créateurs de climats, lyrisme classique pour les seconds, utilisation rhythm'n blues empreinte d'une certaine ironie pour les premiers ("Can't Strand Your Funk" ou "Cosmic Strut"). Il n'y a que dans "If I Could See", remarquablement chanté, que le son grand orchestre réapparaît, préparant par sa grandeur le dialogue parfois unisson de McLaughlin et Ponty.
Les fans de Ponty risquent d'être un petit peu déçus, eux qui auront pris un super-pied aux concerts de Pleyel. Non parce que Ponty est moins bon, mais parce qu'on l'entend finalement assez peu. Assez cependant pour être saisi par les mutations qu'il fait subir à ses deux violons (le baryton ayant un registre plus grave et une sonorité plus chaude) ; tour à tour sax, guitare, moog, étiré en un écho savamment calculé , plié aux sons extrêmes d'innombrables pédales et gadgets, archet magique qui prend parfois la guitare à son propre jeu et ajoute des nuances inédites à l'ensemble.
Monde complet dont les frontières reculent, mais qui, par un subtil jeu de rappels et d'audaces (cf. le son très "Yes" de "On The Way Home To Earth", ouvre des perspectives d'autres mondes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2013
Mon premier disque de Jazz(-rock). Ce fut stupéfiant mais l'acquisition de ce disque me permit de faire (en douceur) la transition entre la Pop et le Rock (dont je m'abreuvais depuis des années) avec le Jazz.
Pour en revenir au disque, celui-ci est le deuxième album du "nouveau" Mahavishnu (avec J-L Ponty notamment), moins rock que le précédent groupe (avec Jan Hamer et Cobham notamment), mais davantage Funk et Folk.
Ce Mahavishnu élargi (avec quatuor à cordes et section de cuivres sur certaines plages) conserve donc quelques velléités du précédent opus "Apocalypse" (pur joyau immortalisé avec l'Orchestre Symphonique de Londres) mais les formats sont plus brefs et diversifiés. Une vraie réussite, la tension ne retombe jamais, nourrie d'idées inépuisables ("Lila's dance", "Faith"...), de moments plus introspectifs ("Pastoral"), sombres ou mélancoliques ("Opus 1", Earth Ship") ou funky ("Cosmic Strut") avec toujours en toile de fond cette interrogation sur l'univers, Dieu etc. Un disque toujours aussi rafraîchissant à écouter.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE #1le 17 septembre 2001
Les amateurs de jazz modernes matiné de coloration pré-world music se doivent d'écouter ce monument élevé à la gloire de la musique. C'est le meilleur album du MJO. Ecoutez-le et méditez.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Enregistre avec quasi la meme formation du mahavishnu que l'album precedent,soit l'excellent "apocalypse",la direction musicale sonne plus rock voir funk sur certains titres "cosmic strut" ou "can't stand your funk" mais il y a tout de meme de belles envolees de la part de mac laughlin ou le sublime jean luc ponty au violon,"lila's dance" est un des titres qui se rapproche le plus des 1er albums,il y a aussi la formidable intro en 2 parties avec un super riff de guitare rejoint plus tard avec les choeurs "eternity's breath".
A conseiller pour ceux qui veulent approfondir le sujet.pascal49
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2013
Je suis fort satisfaite. Trebail très intéressant, une bonne interprétation et une bonne enregistrement. Aussi un dessin très curieux et singular.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

16,14 €
8,00 €