undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav_WSHT16 Cloud Drive Photos Cliquez ici RentreeLitteraire Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 septembre 2008
Lorsque ce disque est sorti, Alan disait qu'il s'était agi là d'un exercice difficile pour lui : adapter de la poésie en musique (il l'avait pourtant déjà fait un peu sur Reflets en 1970). Il a choisi quelques extraits du plus beau florilège des poèmes bretons, à commencer par "Stok ouzh an enez" (en vue de l'île), dont la magie est renforcée par la merveilleuse musique d'Alan. Le noyau dur de l'album reste "Hommes liges des talus en transe" (morceaux choisis, mais pas moins de dix-sept minutes !). Alan chante, parle, murmure, crie... Allant parfois s'accompagner d'une nappe de synthétiseur.

La deuxième partie est plus confidentielle, les morceaux y étant moins évidents. Deux d'entre eux ont été composés par Jord, le père d'Alan à qui celui-ci rend hommage (il est décédé deux ans plus tôt). Il y a la "Negro song", sur laquelle Alan utilise sa harpe comme une guitare blues. La guitare, quant à elle, la vraie, celle de Dan, intervient sur le somptueux (bien que trop court) "Ar chas donv'yelo da ouez".

Un exercice difficile certes, mais complètement réussi.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2006
Si j'avais à emporter un cd sur "mon île déserte", je crois que cela serait un disque d'Alan Stivell.

Non point que je considère qu'il est le meilleur musicien du monde ou simplement celui que je préfère, quelle question ! - comme "l'île déserte" - mais plus que l'un de mes autres artistes préférés la harpe celtique et le chant me semble plus en accord avec l'intemporel.

Sonorités simples et non simplistes, tout à la fois cristallines et vibrantes, surgit le sentiment que cela est depuis toujours et ne se perdra pas, comme l'univers.

Cela est valable pour presque tous les disques d'Alan notamment "Renaissance de la harpe celtique" ou "Au delà des mots" alors pourquoi "Trema'n inis" - vers l'ïle - ?.

N'y aurait t-il que "stok ouzh an enez" - et d'autres morçeaux sur ce disque sont excellents - que cela me suffirait.

Tout y est : voix et harpe : aérien, mélodique, cristallin, suspendu, vibrant.

Quoi d'autre : magique, surnaturel, immortel, ouf!.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)