undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_Hercules Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • III
  • Commentaires client

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
15
4,7 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:10,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 juillet 2003
3ème album de Santana, ce CD est tout simplement génial.
Du début à la fin le groupe nous transporte avec leur alliance de Jazz, Salsa et incantations religieuses. Cet album constitue le point final d'une trilogie merveilleuse composée par Santana, Abraxas et ce CD.
Rien que l'enchainement Taboo et Toussaint l'overture constituent des arguments irréfutables pour l'achat de ce CD.
Une merveille tout simplement.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2014
CHRONIQUE DE ALAIN DISTER MAGAZINE ROCK&FOLK DECEMBRE 1971 N°59 Page 78/79
3° Album 1971 33T Réf : CBS S64390
Et ils remettent ça ! La sauce latine nous est resservie ici encore plus étoffée que dans Abraxas. Son caractère s'est nettement affirmé ; la recette doit être bonne. On l'affirme d'ailleurs dès l'entrée. "Batuka" commence avec le clapotis des doigts sur un bongo, tisse la trame, donne le ton ? Bientôt, des rythmes plus complexes le rejoignent. Congas puis batterie. Et enfin, comme un éclair qui zèbre d'un grand trait de couleurs le canevas en place, les guitares s'enflamment et montent dans un crescendo rapide pour finir très loin dans l'espace, comme des fusées perdues, alors que doucement s'enchaîne le morceau suivant. Et c'est comme ça tout le long du disque ; pas de coupures entre les différents thèmes. Plutôt une suite subtilement raccordée, où alternent les temps forts, musclés et rayonnants (Batuka, Taboo, Jungle Strut) et les passages "latinisants", calmes et tranquilles comme une sieste. Histoire de bien marquer la continuité, l'aspect "fils spirituels" d'Abraxas, Santana ressort des petites phrases, des accords, des images déjà servies dans le second album. On se demande même parfois s'ils n'ont pas eu des problèmes de renouvellement. (No One To Depend On, Guajira). Il est certain que le groupe est encore à la recherche de son identité : américain ou mexicain ou les deux (Chicano ?). La composition du groupe est la même, d'où émerge l'impétuosité de jeune bluesman blanc de Neil Schon (Batuka). Sans lui, nous n'aurions affaire qu'à un bon groupe de rumba. Ils revendiquent d'ailleurs ce titre dans leur dernier morceau (Para Los Rumberos). Très enlevé, dans un battement accéléré de toutes les percussions, il semble que c'est dans cette direction qu'ils pourront donner le meilleur d'eux-mêmes. Cela ressort très bien si l'on écoute à la suite les trois albums de Santana. D'abord bluesman américain blanc, c'est à dire pour lui, musique d'emprunt, musique du milieu dans lequel il a grandi. Puis Abraxas, prise de conscience de ses origines, de son véritable sens culturel, et partant, recherche d'une identité latino-mexicaine encore proche de l'expérience nord-américaine. Enfin, Third Album, et affirmation plus solide de cette identité avec la montée des rythmes et l'utilisation plus fréquente de la langue espagnole. Avec un hommage discret, en passant, à l'un des premiers libérateurs des Caraïbes, Toussaint l'Overture. Il y a actuellement des centaines de milliers de travailleurs mexicains aux États-Unis, qui tendent à confondre leurs origines avec celles de leurs patrons fermiers. Ils ont un front d'action, dirigé par Carlos Reyes Tijerina, qui soutient - entres autres - les grévistes des vignobles de Californie (conditions de travail insalubres et sous rémunérées). Il manque une voix à tous ces Chicanos, une voix qui puisse atteindre les gens chez eux, à travers leurs media. C'est une idée comme ça que peut-être Santana a quelque chose à voir là-dedans. Que sa manière de se dégager de l'emprise de la culture anglo-saxonne-nord-américaine peut avoir une signification dans l'ensemble des luttes pour la recherche d'une identité des groupes minoritaires aux États-Unis, Noirs, Indiens, Chicanos, Porto-Ricains. Et que sans doute, dans cette optique, la musique de Santana est aussi importante que celle de Pharaoh Sanders (1). Vamos Santana.

(1) saxophoniste de jazz
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 septembre 2012
Sorti en 1971, ce Santana III clôture de manière brillante la trilogie après les excellents "I" et "Abraxas". Ensuite, à partir de "Caravanserai", le groupe explorera d'autres voies.
Que dire du "III" sinon qu'il est aussi bon que les 2 premiers albums. Mélangeant toujours musique sud-américaine (soul, salsa, jazz) et rock pour un résultat époustouflant, cet album n'a aucun point faible: tous les titres sont inspirés, énergiques et exécutés avec maestria avec en prime l'orgue et la voie superbe de Gregg Rolie et la guitare magique du maitre!
Si vous ne possédez pas encore ce disque culte, il est toujours temps!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après le succès de l'album éponyme de 1969 et celui, dans l'année qui suit, d'Abraxas, Santana, en 1971, y va d'un troisième LP, baptisé sobrement Santana III (cette précision n'apparaît pas sur la pochette très psychédélique, alors pas de confusion avec le Santana de 69) clôturant ainsi une trilogie historique et une époque avec un changement de style et de line-up à venir. Moins connu que ces illustres devanciers, cet album, enregistré dans les studios Columbia de Frisco, donne l'occasion au guitariste Neal Schon de rejoindre le groupe, pour une courte période cependant. C'est une réussite totale : riche, cohérent, varié, plein de vivacité. Servi par des musiciens fantastiques et au diapason, Santana III marie la musique latino, au rock, au jazz, à la salsa, à la soul, au blues. Vous ne pouvez pas imaginer un seul instant le plaisir que j'ai à écouter ce disque. De Batuka à Para Los Rumberos, ce sont 9 titres jubilatoires, inspirés et vivifiants. Le point d'orgue (il en faut), revient à l'instrumental poignant et anthologique qu'est Toussaint l'Overture (esclave français, devenu gouverneur de Saint-Domingue, qui a lutté pour la libération de l'esclavagisme haïtien). Ce titre est la pièce maîtresse d'un l'album, peut-être supérieur aux deux autres, de par son grand côté technique. Il nous confirme que Gregg Rolie, à l'orgue et au chant, est un sacré client. Pour vous en convaincre, écoutez Tabou et Everything's Coming Our Way. N'ayons pas peur des mots : ce Santana III est absolument prodigieux. Et ça te fout une pêche ! Si je vous dis que Carlos Santana n'était pas satisfait de ce disque exceptionnel, vous ne me croiriez pas ?
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dernier album de la formation originale (déjà), SANTANA III (initialement titré SANTANA tout court) voit le groupe monter d’un cran en qualités techniques. L’arrivée d’un deuxième guitariste, le prodige Neal Schon (17 ans !), n’y est pas pour rien et va aider à l’enrichissement des compos du groupe. C’est simple, tout est TROP sur ce disque : trop speed, trop de solos, trop d’énergie ! A tel point que l’on ressort lessivé de la première écoute.
Mené sur des tempos frénétiques du début à la fin (même la ballade EVERYTHING'S COMING OUR WAY s’emballe par moments), SANTANA III ne peut qu’époustoufler par son indéniable technicité, mais pêche par certaines redondances (JUNGLE STRUT) qu’avait réussi à éviter ABRAXAS. Néanmoins, il est impossible de rester de marbre devant les nombreuses prouesses que contient cet album : NO ONE TO DEPEND ON (fantastique David Brown à la basse) et son mélange de cha-cha et de breaks hard rock ponctués d’un mémorable solo de Schon (eh non, ce n’est pas Carlos !), l’hispanisant TOUSSAINT L'OVERTURE et ses accents de flamenco irradiés dans l’électricité, GUAJIRA et sa diabolique accélération rythmique, sans oublier EVERYBODY'S EVERYTHING, implacable fournaise funky renforcée de cuivres (une première) qui sera le hit du disque. Tout est énorme et fait regretter qu’il s’agit là de l’ultime communion d’un groupe qui n’a fait que promettre toujours plus à chaque nouvel album.
Tops : NO ONE TO DEPEND ON, EVERYBODY'S EVERYTHING, TOUSSAINT L'OVERTURE, EVERYTHING'S COMING OUR WAY
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juillet 2016
La critique n'est pas crédible de prétendre qu'Abraxas est le chef-d'œuvre, l'album culte de Santana, même si c'est un excellent album et le plus vendu, il n'égale certainement pas celui-ci !
Pour cause, écoutez cette rythmique d'enfer, ces compositions inspirées du début jusqu'à la fin sans une moindre baisse de tension.
Santana s'est entouré des meilleurs musiciens, le meilleur groupe de sa carrière, Greg Rolie à l'orgue, Neal Schon à la guitare, le jeune prodige qui vient seconder le leader avec une efficacité redoutable.
Santana 3 est un pur joyau de musique, faisant partie d'une série d'albums majeurs avec Santana ; Abraxas ; Santana 3 et surtout Cravanserai qui en est l'apogée, dont peu de groupes ne peuvent s'enorgueillir d'avoir fait quatre chefs-d'œuvre qui auront définitivement marqué toute la musique Rock.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On reprend la meme equipe (1er line up de santana) avec en plus un 2eme guitariste neal schon et on recommence,un 3eme essai plutot reussi surtout derriere "abraxas" avec encore de grands moments comme "taboo" "batuka" "toussaint l'overture""jungle strut" et "no on to depend on",sur certains titres on pourra remarquer l'ajout de cuivres "everybody's everything" qui donne encore du punch et une coloration differente a la musique de santana.
Dernier disque de la 1ere formation,par la suite santana ira a la rencontre de d'autres musiciens plus proche de la musique jazz en general pour experimenter d'autres univers musicaux tout en essayant de garder tout de meme son identite et son amour pour les rythmes latins.pascal49
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2012
... d'une belle série d'albums (commencée avec le I, puis Abraxas). Le III est nettement plus agressif, plus de guitares( 1 guitariste en plus), des compos qui balancent, ce disque est magnifique de bout en bout.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2012
Magnifique
la trilogie Santana, Abraxas et Third achève un cycle de 3 chef d'oeuvres.
Suivront mais dans un autre style Caravanseraï et Borboletta, magnifiques eux aussi
Indispensable
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2014
le concert proposé sur le CD 2 est exceptionnel enregistré en 1971 toute la puissance du groupe se déploie avec un super son
disque
incontournable pour les amateurs
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)