Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. Des centaines d'ebooks inclus dans Amazon Prime Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici. nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
17
Who Do We Think We Are
Format: CD|Modifier
Prix:5,43 €+ 2,49 € expédition


TEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 30 janvier 2010
Je viens de racheter "Who do we think we are" pour parfaire mon intégrale purpurine, et j'avais le souvenir d'un album bancal, mou de la patte, en demi- teintes... Que nenni! Avec le temps, c'est devenu un beau coucher de soleil sur le pourpre mark II!

Comme un vieux cognac muri en chêne merrain, il a pris de la bouteille et des parfums subtils. Si "Machine head" était taillé à la tronçonneuse dans un bloc d'inox , "who do we think we are" sent bon les douces effluves du vieux cuir et du bois précieux d'une vieille Jaguar (Mk II?) des années soixante.

"Woman from Tokyo" qui débute l'album aurait pu figurer dans "Machine Head" sans dépareiller. Charley,grosse caisse (où tom basse?) partie de ping-pong à trois (guitare,basse ,hammond),puis un bon riff saignant. Dommage que la partie vocale ne commence pas sur le riff, mais sur son changement de tonalité, celà nuit un peu à la concision du morceau, mais c'est un détail... Puis un petit pont "thepiperathegatesofdawnesque" où l'on voit ressurgir le fantôme de Syd Barrett,sympa et qui rend la reprise du riff encore plus jouissive! Final en boogie au piano par Jon Lord, plus quelques petits licks de Blackmore, sublime!

"Mary long" nous offre un très beau solo de Blackmore, comme à son habitude, la voix de Guillan ressemble par moments à celle de Paul Rodgers de Free.

"Super Trooper" archétype du Purple MkII,abusant un peu du phasing, mais riff efficace et sans bavure!

"Smooth dancer", semblant tout droit sorti d'"In Rock", super bouillant, Guillan éructe, joli refrain doublé à la guitare,Lord nous sort un solo d'Hammond de derrière les fagots, difficile de rester assis en l'écoutant.

"Rat Bat Blues",funky en diable,section rythmique impeccable. Rendons hommage à ce fantastique bassiste qu'est Roger Glover: saurez vous reconnaître dans chaque morceau où est la Ricken et où est la Fender? Vous donnez votre langue au chat? La réponse chez Maître Cappellobrutor! Lord nous fait un petit numéro de Bach sous speed avec un son de clavecin acidulé.

"Place in line",riff repris à "Mannish boy", Guillan fait son petit John Lee Hooker, beau final boogie avec un Blackmore impérial et un Lord à fond les manettes de percussions sur l'Hammond, que du bonheur!

"Our Lady",je ne dirai pas que c'est le morceau faible de l'album , de peur de heurter Luc B. Good, des choeurs Beatlessiens, harmonies Floydiennes (ou Uriah Heep?), Purple lorgne un peu vers le progressif?

"Who do we think we are" a été très peu joué sur scène, c'est peut-être pour cela qu'il fait un peu mauvais élève dans la discographie du Pourpe,mais je le trouve presque supérieur à "Fireball". Le son remasterisé est excellent,il faut écouter l'album très fort pour pleinement en profiter.

De nombreux bonus-tracks,"Woman from Tokyo" à rallonge très interessant,"Painted Horse" exclu de la sélection sur l'album,Blackmore à la slide,harmonica...

Ian Paice est toujours aussi efficace, mais un peu moins démonstratif que sur d'autres albums.

Un grand album à redécouvrir!
9 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 16 mai 2014
un album qui ne déchaine pas la passion deep purplelienne, mais quand on aime on se doit de le connaitre , on sens le changement d'orientation musicale, un plus pour le titre "place in the line" avec de forte connotations de blues
|0Commentaire|Signaler un abus
le 17 janvier 2003
Cet album est rapidement tombé aux oubliettes après sa sortie en 73, en raison des départs prématurés du groupe de GILLAN et GLOVER quelques mois après, et l'absence de promotion live (sauf pour le tire Woman from tokyo). Un sort injuste, de l'aveu même des musiciens de l'époque. Car des titres comme "RAT BAT BLUE" et sa rythmique syncopée, "OUR LADY" une ballade flower power de l'époque (tendance URIAH HEEP) ou bien encore "SMOOTH DANCER" et son refrain boogiesque, mérite bien une écoute plus attentive aujourd'hui. San oublier les bonus tracks et ce titre de 11 minutes d'une jam improvisée entre LORD PAICE ET...BLACKMORE à la basse (!) en attendant l'arrivée de GLOVER, perdu dans les rues de FRANCFORT, lieu d'enregistrement. Bref, que du bonheur, dont tout fan, mais également amoureux de la VRAI musique, se doit de posséder dans sa CDthèque.
10 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 28 mai 2010
Oui ! la maladie d'Alzheimer , pour tout ceux , qui comme-moi , on négligés se disque !
Ceux qui l'avaient achetés à l'époque (les rares) furent déscendus par leurs propres amis , comme étant des fans
trop fanatiques qui n'osaient se plier aux critiques !!!
Alors , à la réecoute de cette galette , je me demande vraiment se que les décideurs pouvaient lui reprocher !
VRAIMENT , UN SUPER SUPER ALBUM !!!
4 personnes ont trouvé cela utile
|1111 commentaires|Signaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 23 janvier 2013
Il y a encore Gillan aux feulements et Glover à la basse mais plus pour très longtemps, ils seront bientôt remplacés par Coverdale et Hughes pour un 3ème souffle bienvenu (avec l'indispensable Burn).

Parce qu'il faut bien le concéder, pour fan du Pourpre Profond que l'on soit, si Who Do We Think We Are n'est pas le ratage que certains se plaisent à dépeindre, ce n'est pas non plus la brillante réussite à laquelle nous étions habitués avec les précédents albums du quintet (Machine Head,Fireball,In Rock... excusez du peu !).

Côté chansons, on ressortira Woman from Tokyo au refrain certes un peu facile mais à l'énergie communicative et à la mélodie bien trouvée, le boogie presque sudiste et tempéré qu'est Mary Long (et en particulier les diverses intervention d'un Blackmore ici particulièrement en verve), Rat Bat Blue et son shufflin' groove irrésistible, le bluesy et presque tranquille Place in Line et le final, Our Lady, mid-tempo aux douces effluves de patchouli. Pas des classiques mais de bonnes chansons ce n'est déjà pas si mal même si, encore une fois, on a connu Deep Purple plus décisif.

Un total bien rehaussé, sur le présent remaster, de bonus pas exactement essentiels mais permettant de prendre l'air de la formation en cet an de grâce 1973, notamment au travers de deux inédits (Painted Horse et une jam en studio de plus de 10 minutes) et deux courts « cuts » des sessions. Ont également été ajouté des remixes d'Our Lady, Rat Bat Blue et, bien sûr, Woman from Tokyo où un décrassage sonore significatif semble inviter quelques jeunes pousses à gouter la soupe de ce vieux chaudron.

En clair, Who Do We Think We Are n'est aucunement, ultime avertissement !, le meilleur album du Deep Purple Mark II, ça n'en demeure pas moins une agréable galette, absolument obligatoire pour les fans de la formation, évidemment, mais pas inutile à tous les autres qui y découvriront un groupe humain jusque dans ses failles créatives.

Personnel:
- Ritchie Blackmore: guitare
- Ian Gillan: chant
- Roger Glover: basse
- Jon Lord: claviers, orgue
- Ian Paice: batterie, percussions
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 25 juillet 2009
Il y a eu le puissant Machine Head, fallait-il suivre cette même inspiration ? En 1973, Deep Purple semble ne semble pas suivre le tempo avec Who Do We Think We Are, septième album du groupe. En effet, s'il n'est pas mauvais, on est loin de la puissance et du génie qui émane du précédent opus mais pour autant, on reste globalement dans la même veine musicale, du coup assez prévisible. Pourtant, ça commence très fort avec "Woman From Tokyo", efficace et typique du Purple qui reste, avec "Smooth Dancer", l'un des rares titres phares du disque, mais la suite n'est malheureusement pas du même acabit. Il manque ce petit je-ne-sais-quoi pour captiver, le fait est que le Deep Purple version Mark II bat de l'aile puisque deux clans se sont formés avec d'un côté le caractériel Ritchie Blackmore et de l'autre le duo Gillian/Glover. Reste cet album, un bon disque de hard rock 70's, sans plus. A noter 7 "bonus tracks" dans la version remasterisée, en fait des reprises de titres d'origine et un long instrumental jazzy "first day jam" ou Jon Lord a la part belle.
|11 commentaire|Signaler un abus
le 13 novembre 2011
Comment dire qu'a l'époque ont s'écoutaient du "Made in Japan" au p'tit dej,a midi c'était du "Machine head" et ont finissaient de refaire le monde sur "In Rock".....et lui(Who do we think we are)et arrivé....ben...il n'a bousculé notre quotidien,et maintenant que je l'ai a nouveau il faut bien avouer qu'il y a du tres bon dans cet album....ont a seulement pas su le déchiffrer a l'époque;de plus cet version comporte un titre instrumental qui dure 11 mn ou toute la magie des Pourpres fait son apparition;c'est du pur Blues et Jon Lord y est majestueux comme d'habitude.
Donc un album a posseder.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 20 décembre 2012
C'est vrai de cet album n'apparait pas comme un must du groupe. Pourtant, il y a de très bonnes compos.
"My woman from Tokyo" ouvre l'album de façon assez rageuse (comme souvent) mais est un peu trop répétitif.
Par contre "Mary Long" est très bon et "Place in line" est excellent. Mention aussi à "Super trouper".Les bonus sont interessants.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 18 octobre 2005
"Who do we think we are" est le dernier album du Deep Mark 2, celui qui a engendré des bombes telles que le génialissime "In Rock", l'explosif "Fireball" et le cultissime "Machine Head". Pierre angulaire du rock lourd, génial ouvreur du bal heavy, la bande est déjà aux sommets en 1973. Mais les luttes intestines ballotent la formation. On sent effectivement ici légèrement l'impact des "scènes conjugales" de Sir Blackmore et Sir Gillian. Pourtant, cet album n'en est pas moins une petite merveille. La musique est plus posée, les mélodies plus douces et cela donne un petit quelque chose bien appréciable. Comment ne pas fondre pour le tubesque "Woman from Tokyo" qui démarre fort et termine sur une partie de clavier légèrement aérienne. En conclusion, un album en deçà de Deep vaut tout les meilleurs d'aujourd'hui, et puis avec le vide musical ambiant actuel qu'il y'a parfois ( à part des très prometteurs comme Muse... )
4 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 7 avril 2009
Dernier album de la formation mythique mark II
L'adieu est magnifique.
On cloture la période légendaire 1970-1973
Tous les titres de cet album sont des classiques. Pas la peine de les citer. Acheté en vynile il y a 35 ans, le son était déjà prodigieux, puissant, mélodique, très riche, à la fois brut et sophistiqué.
Il se dégage de "Who do we think we are" une atmosphère unique, caractériqtique des grandes oeuvres.
A l'époque, Deep purple venait de spliter.
Et "made in japan" qui allait sortir quelques mois plus tard, après la séparation....et éclipser "who do we think we are" !
Eh oui, deux chefs d'oeuvre à quelques mois d'intervalle, c'est beaucoup trop !
5 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Machine Head
3,75 €
Made in Japan
14,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici