undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:13,44 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

L'intérêt de cet album est d'entendre Chet BAKER interpréter uniquement des compositions du pianiste Duke JORDAN. Enregistré en Octobre 1979, le trompettiste et le pianiste sont accompagnés de NIELS-HENNING ORSTED PEDERSON (NHOP) à la basse et de Norman FERGUSSON à la batterie.
L'album commence fort brillamment par une splendide version de « No problem », une des compositions les mieux connues du pianiste, et est suivi par un morceau plus intimiste « Sultry eye » où le trompettiste intervient à la trompette bouchée : on croirait entendre le Miles Davis des premiers albums...
Les deux airs suivants me paraissent être les plus intéressants de cet album (avec « No problem ») : il s'agit d'abord de « Glad I met Pat », une belle ritournelle que l'on jurerai avoir déjà entendu, puis de « Kiss of Spain », une petite merveille avec le jeu de basse exceptionnel de NHOP qui supporte la ligne rythmique tout au long du morceau, où Chet intervient une nouvelle fois à la trompette bouchée : un morceau vraiment fascinant que je me suis surpris à repasser plusieurs fois de suite...
Après « Fuzz », à mon avis, le morceau le plus faible, on découvre une belle ballade au tempo lent « My queen is home to stay » et l'album se termine plus mollement par un « Jealous blues » chanté ou plutôt scatté par Chet...
En résumé, un album attachant à l'atmosphère très décontractée où Chet est excellent et qui a l'avantage de nous faire découvrir l'univers musical d'un pianiste-compositeur (qui m'était relativement inconnu), auquel on finit par devenir accro, au fur et à mesure des écoutes : ne serait-ce pas finalement ce qui importe le plus ?
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,80 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici