Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici cliquez_ici. Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
11
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:13,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 septembre 2017
J'adore cet album avec lequel je découvre réellement ce groupe.
Du coup j'ai été un peu déçu pas Songs for deafs. Celui-ci est tellement excellent qu'il est difficile d'atteindre le même niveau par la suite.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2005
« Nicotine, valium, vicodin, marijuana, ecstasy and alcohol... co co co co co cocaine. » Voilà comment démarre ce deuxième album des Queens Of The Stone Age. Répétée inlassablement tel un leitmotiv près de trois minutes durant, cette simple « phrase » définie dès le départ l'ambiance à venir dudit disque. Un disque fait par des drogués, pour des dr... mélomanes avertis. Rien de glorieux ni de particulièrement honteux là-dedans, mais les faits sont là : les meilleurs albums sont biens souvent ceux ayant été écrits par des camés notoires. « R » ne déroge pas à la règle. Velouté, horriblement accrocheur, indéniablement sensuel, tantôt déjanté (bien souvent lorsque Oliveri s'empare du micro), tantôt posé, frais et original, « R » est tout ça à la fois. A tel point que l'on a bien souvent l'impression de se retrouver devant un monument du rock de ces dix dernières années (et peut-être plus), le genre de disque auquel on reviendra forcément, qu'importe ce qui sortira par la suite. Les grands moments sont là : « Feel good hit of the summer » et son ode à la défonce appuyée par les chœurs (anecdotiques) de Rob Halford, « The lost art of keeping a secret » et sa nonchalance ô combien sensuelle, « Auto pilot » sur lequel le chant d'Oliveri est aussi méconnaissable que génial, « In the fade » et l'arrivée de magic-Lanegan aux lead-vocals,... des grands moments il y en a trop sur ce « R ». Et même lorsque le groupe pille honteusement le « Freak » de Silverchair sur « I think I lost my headache », on n'arrive pas à lui en vouloir tant « R » est génial. Si bien que cinq années après sa sortie, sa (re)découverte en est proprement jouissive...
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 décembre 2000
Ce deuxième album de ces anciens musiciens de Kyuss est tout simplement superbe. Ils nous livrent un stoner expérimental d'une très grande variété avec des morceaux aux riffs bien carrés qui cotoient des ballades planantes.Sans oublier cette voix superbe de Josh Hommes qui n'en reste pas moins un excellent guitariste. Bref, cet album est tout simplement une vrai réussite
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Des trouvailles dans tous les coins grâce, notamment, aux formidables sons de guitares: chaque fois, l'instrument sonne différent, donnant une couleur unique à chaque morceau. L'album est puissant, va de l'avant avec quelques grandes compositions. Un grand disque, qu'on réécoute avec toujours autant de plaisir.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juillet 2003
QOTSA est certainement le groupe US le plus méconnu du monde. Ce groupe ne se soucie guère de son image et du marketing , il préfère livrer des albums de toute beauté! Pour construire un tel album il faut être grand , grand comme nirvana ou queen! Laissez vous portez pas cet album hallucinogène qui regorge de perles hard rock matinées des voix de josh homme et nick oliveri qui sont simplements hypnotiques. A bas le hard FM , oubliez linkin park , korn et tous les groupes néo pourris et faites place à un groupe sincère , qui ne profite pas de votre puberté pour vendre des albums.....
0Commentaire| 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il y a des fois, comme ça, des albums que l'on a envie d'acheter rien que pour une chanson. Et parfois cela pose vraiment un cas de conscience insupportable, car cette chanson c'est bien la seule potable de tout l'album ... Même après plusieurs écoutes...et beaucoup de compréhension !

Des exemples ? Il y en a de fameux !...la reprise de Black Betty de Leadbelly par Ram Jam. Le morceau est extraordinaire mais l'album dont il est tiré plutôt grotesque ! Plus près de nous, The Knack déboule avec un "My Sharona" d'anthologie, digne des meilleurs Who et puis plus rien...sauf un disque d'une fadeur déconcertante...

Les anglo-saxons appellent cette malédiction du hit unique : le one chord wonders.

Rien de tel avec le deuxième album de Queens of the Stone Age, paru en 2000. Lorsque je l'ai pris à l'origine, c'était uniquement pour le titre " The Lost art of keeping a secret". Vieux fan de Kyuss, je suis en effet longtemps resté faché avec QOTSA, à l'exception de ce morceau qui restera longtemps un des seuls que j'écoutais et qui demeure encore aujourd'hui un de mes préférés.

Avec le temps et au fil des productions du groupe, j'ai su évoluer et apprendre à apprécier leurs qualités indéniables, si bien que desormais je classe les morceaux de QOTSA en deux categories distinctes : ceux qui bourrinent dans un style proche de la tradition hardcore US et que je n'aime pas et ceux qui partent à l'aventure sur des mid tempo plombés, tricotant des mélodies, à la fois venimeuses et envoutantes, et qui fondent l'identité réelle du groupe, son coté vraiment original...

Sur "Rated R" cela donne à peu près ceci :

- Coté pile du bourrinage hardcore, on trouve "Feel good hit the Summer", "Quick and to the Pointless", "tension head"

- coté face de l'aventure métallo-cosmique il y a "The lost art of keeping a secret", "Leg of Lamb", "Auto Pilot" (avec son petit coté "in bloom' de Nirvana), "Better living Through chemistry", "Monsters in the parasol" (et son faux air de "paranoid" de Black Sabbath), "in the fade", "lightning Song" et " I Think I Lost my Headache"

Ce qui donne 8 titres sur 11, largement donc de quoi mériter 4 étoiles !
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2012
Ce deuxiéme album des"reines de l'age de pierre",reprend les choses là ou le premier album du gang les avaits laissés...sur du rock sévérement burné,planant,sombre et directement inspiré des meilleurs groupes des années 70(l'ombre d'un certain black sabbath plane sur le rock dur de qotsa),autrement dit vous avez droit avec ce disque à une déferlante de riffs plus lourds les uns que les autres,martelé par la basse vrombissante de nick oliveri("remercié"depuis...),qui accompagne une batterie qui claque comme une droite en pleine face...quand à la voie,rien à dire mais josh hommes est vraiment l'un des meilleurs chanteurs de sa génération,doublé d'un guitariste hors-pairs au charisme rock'n'roll de chez rock'n'roll!!!Quelques titres sortent du lot,et fonts maintenant partis des classiques du groupe "feel good hit of summer"(et ses paroles absolument terribles!!!)"lost art of keeping secret""auto-pilot",en passant par "monster in the parasol"(chanson sur le lsd),etc...mais tous l'album est bon de toutes façons.Alors si vous aimez les ambiances enfumées,que vous étes fan de groupes comme sabbath,stooges ou encore the doors...jetez vous sur queens of the stone age,l'un des tous meilleurs groupes de ces 15derniéres années...et un conseil si ils passent prés de chez vous,ne les ratez pas...c'est la tuerie absolue!!!!!18sur20!!!!rock'n'roll will never die!!!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2017
Le premier album des QOTSA me faisait douter de voir un jour ce groupe en haut de l'affiche.

Mais en 2000, avec ce deuxième opus, "Rated Restrited", mon opinion a changé : le groupe était prêt.
La musique n'était pas moins violente (voire un peu plus stoner que le premier, avec parfois un peu moins de mélodies que dans le disque éponyme), mais le style global était beaucoup plus sérieux, beaucoup moins loufoque, beaucoup plus profesionnel. Peut-être trop, car cette pochette bleu bardée d'une simple ligne blanche est un peu excessive, mais dans l'excés inverse du premier.
Les deux tubes "The Lost Art Of Keeping A Secret" et "Autopilot" sont magiques : le groupe n'est plus dans le potentiel, il est dans le réel !
Avec des titres comme "You Would Know" ou "You Can't Quit Me Baby" dans le premier opus, on était dans le <<Voila ce que peut faire QOTSA>>. Avec cet album, on est dans le <<Voila ce que fait QOTSA>> ... et cela change tout, et donne le succès !

Certains groupes sont plus fulgurants, mais le chemin suivi par QOTSA est le plus sûr, et pourtant pas vraiment plus lent : un disque de potentiel ("QOTSA"), un disque réussi, quelque part parfait ("Rated R").
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2005
Il est plus que temps d'arrêter de chialer sur les cendres de Kyuss, surtout lorsque le géniteur ultime du genre stoner tout entier accouche d'autant de géniales entités, Unida et Queens Of The Stone Age en tête. QOTSA, puisque c'est d'eux qu'il s'agit, proposait il y a moins de deux ans l'un des albums les plus originaux et excitants de la décennie. Brassant des dizaines d'influences musicales différentes, le trio/quatuor (selon les périodes) s'affirmait déjà comme un groupe hors norme bourré de talent (on hésite toujours à parler de génie…), alignant les performances scéniques de grande qualité. Manquait toutefois au groupe une confirmation discographique de ce talent, et il n'a pas fallu attendre longtemps pour cela, car voici déjà leur second méfait. Piétinant méchamment l'étiquette stoner, Josh Homme et ses acolytes se servent de leurs influences passées pour pondre un album rempli jusqu'à la gueule de chansons mémorables, de mélodies catchy cachées sous des riffs énormes, de paroles et de thèmes drôles et cyniques à souhait (il faut oser le "C-c-c-c-cocaïne" du refrain de 'Feel Good Hit of the summer', le morceau étant en fait un inventaire de toutes les drogues existantes en ce bas monde!). 11 chansons originales et différentes, qui s'agencent ensemble comme par magie pour former un album aussi énorme qu'indéfinissable. Car traiter du genre musical abordé est vain, chaque chanson apportant une tonalité différente à l'ensemble, tout en gardant le même son de guitare, de basse, etc… Ne parlons pas des invités musicaux, de Rob Halford aux Screaming Trees, leur apport est si naturel qu'on les remarque à peine. Si vous êtes scotchés sur un genre musical (quel qu'il soit), passez votre chemin, par contre, si vous pensez avoir l'esprit ouvert musicalement, vous ne pouvez décemment pas être déçu par cet album. Ne vous fiez pas au 'Restricted to everyone, everywhere, all the time' de la pochette, cet album est à écouter par tout le monde, partout, et tout le temps.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2002
Ce CD est simplement fantastique, si l'on ne devait possédait qu'un enregistrement de rock américain de l'ère post-Nirvana, ce doit être celui-là. On retrouve en effet sur Rated R toute l'énergie de l'alternatif contemporain plus des accès psychedelique comme le splendide "Better living thru chemistry" qui rappelle les Doors mais aussi le titre "Optimistic" sur le OKComputer de Radiohead. De l'energie en légereté, un cocktail unique qui a séduit la crème des musiciens américains (coome Dave Grohl) et ne peut laisser insensible.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles

10,53 €
9,68 €
5,48 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)