undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Nous voici avec trois enregistrements de cantates "célèbres" dont évidemment la célébrissime BWV 147, "que ma joie demeure". Plus originale dans ce type de compilation, la présence de la BWV 4 et surtout la 202 dite cantate du mariage.
La valeur de ces trois enregistrements tient naturellement à la direction d'un Karl Richter tout particulièrement inspiré à la tête d'une formation munichoise, mais surtout à la présence toujours électrisante de Maria Stader. Ces enregistrements des années 60 sont antérieurs à l'ère des "baroqueux", les formations musicales sont scrupuleuses et la métrique harmonique est respectée dans une vision quasi philharmonique de la cantate, ce qui convient fort bien à la 147, un peu moins à la 4 qui exigerait davantage d'intimité pour mieux refléter son intention funèbre.
Les voix sont le vrai point fort de ces prises de grande qualité acoustique. Dans la 4 c'est Dietrich Fisher Diskau qui donne à merveille la dimension tragique à la cantate, quant à Maria Stader, elle brille un nouvelle fois de mille feux, surtout dans l'air "sich üben im Lieben", empli d'une joyeuse tonalité nuptiale. Cette interprétation très articulée et tonique est à comparer avec celle de Kathleen Battle sous la Baguette de J Levine dans un enregistrement de 1992 qui à mon avis est supérieur.

Evidemment ces cantates ne sont surtout pas à comparer aux versions de Koopman, Leohnard, Suzuki ou Rilling avec leurs approches baroques très différentes.

Un petit gag : l'éditeur s'est fourvoyé dans la jaquette et présente les cantates 51.56 et 140 en lieu et place des 147,4 et 202 que contient le coffret.

Pour finir, à petit prix, ce CD est vraiment un "must have".
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2006
De célèbres enregistrements qui n'ont plus à faire leur preuve ! L'exceptionnelle prestation de Maria Stader sur la 202 et ce prix doux de réédition en font un incontournable à posséder sans se priver. Bien que ces derniers se font vieux, la qualité du son (ADD) n'a pas à rougir des dernières sorties. Karl Richter signe ici, avec une phalange européenne prestigieuse, une des références qui rend hommage à Bach.
0Commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2013
Un enregistrement d'avant la période des baroqueux. Une vision "kolossal". Bach comme on ne l'écoute plus souvent actuellement. Et, comment dire, un peu estomaqué par l'interprétation de l'introduction de la BWV 4. A certain moment, on croirait entendre du Malher. Troublant.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,79 €
9,98 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)