undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Dogma
  • Commentaires client

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
26
4,1 sur 5 étoiles
Prix:11,65 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 mai 2011
De ce film, vous tirerez le message que vous voudrez. Pour ma part, je l'ai pris comme une critique des cultes, des religions telles que je les ressens, des dogmes et autres règles base de l'histoire.
Une série de personnages tous plus loufoques, des dialogues hilarants, des idées scénaristique à foison, un film culte dans ma vidéothèque.
Seul petit reproche, quelques longueurs sur la fin.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2003
La bataille éternelle entre le Bien et le Mal a lieu dans le New Yersey à la fin du 20 siècle. Anges, démons, apôtres et prophètes dans un voyage à travers une Amérique cynique. Dogma n’est pas une comédie habituelle : dans cette fable surréaliste, ces personnages fantastiques et amusants sont prisonniers des absurdités de l’univers des humains. Achetez ce DVD et regardez-le en VO ! Un bon film, pas aussi connu qu'il devrait l'être.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 29 novembre 2008
Une version rock'n'roll des thèmes bibliques, avec des acteurs excellents.
Un film tordant qu'on a envie de revoir.
A noter, l'apparition d'Alanis Morrissette dans un rôle... improbable.
A voir et à revoir!!!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2003
C'est clair ce film utilise la religion pour en tirer une aventure délirante. Et surtout gloire au prophètes ... L'essentiel du film est basée sur le jeu des acteurs (avec un Alan Rickman fabuleux comme toujours dans son role de raleur) et sur les dialogues... Et le pire, c'est que le film réussit à nous prouver tout ça ! Un dernier point : Je crois que pour certains films, la VO est obligatoire afin de faire resentir l'intégralité du jeu des acteurs et des dialogues. Un vrai moment de spiritualité .
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dogma, from the Greek word meaning opinion. Imagine that!
According to the Oxford Dictionary of the Christian Church, `The original meaning of the word was "that which seems good", and hence it was applied by classical authors as a technical term either to the distinctive tenets of the various philosophical schools or to the decrees of public authorities.'
So, what does this have to do with the movie? Ironic as it seems for such a bizarre film, it all turns on a minor dogmatic point -- accepting that Roman Catholic dogma is the operative framework for the entire existence of the universe (something even I have yet to meet ANYONE who holds true), a logical inconsistency would render the universe inoperative, and thus it would blink out of existence.
--The Fallen Angels--
Enter the fallen angels. Ben Affleck and Matt Damon star as Bartleby and Loki, the angels who rebelled against God (not in the major, Satan-ic way, but in rather more minor work-stoppage way). They have been banned from heaven, and spend most of their time watching cartoons and hanging out in airports people-watching.
--The Dogmatic Hat-Trick--
In an attempt to 'update and popularise' Catholicism, a bishop in New Jersey (George Carlin, of all people) introduces a new campaign that includes a papal indulgence, which will absolve those who walk through the archway of a particular church. The angels discover this, and are determined to exploit this papal pronouncement to their benefit -- in dogmatic terms, whatever the pope says on earth is binding in heaven (not quite, but that's what the movie presents) -- and thus God cannot refuse them re-entry. This sets up the logical problem.
--The Last Scion--
The heavens charge a particular woman Bethany, (Linda Fiorentino), who turns out to be the last descendent of Jesus Christ's family (of course, the Bible left out the details of his family), with stopping the angels from reaching the church. In the course of her charge, she encounters the Voice of God (Alan Rickman) who appears as a flaming, burning-bush type of phenomenon, and promptly uses a fire-extinguisher to put out the flames.
--The Hellish Plot--
Azrael (Jason Lee), a minor leader of demons, has command of agents to try to stop the Last Scion from stopping the angels. Why? Well, I cannot tell you. This would give away too much of the film. But, suffice it to say, the forces of evil seem to want the angels to prove God wrong (or, at least some of the forces of evil want this). By the way, I am inclined to agree with this demon on at least one point -- central air conditioning is one of the greatest things in creation!
--The Prophets--
Yes, this being a View Askew production, we could hardly do without a visit from the guys from Clerks, Jay and Silent Bob, who turn out to be the Prophets (actually, perhaps it is spelled 'profits'). Unlikely prophets (as, in fact, most prophets are), but basically good at heart.
--The Apostle--
Rufus (Chris Rock), the thirteenth apostle (also left out of the Bible, because of his race) appears to the Last Scion and the Prophets to help them in their quest.
--The Golden Calf--
Loki and Bartelby stop for a moment to pay a visit on a Disney-esque corporation for one last fling as vengeance and destruction angels. The icon of this corporation is a Golden Cow (or Calf), and their crime is encouraging the worshipping of false idols. Hmmmm... Perhaps not all of this movie is so off base.
--Seredipity--
'You people don't celebrate your religion, you mourn it', she says. Serendipity, once a concept, is now personified (in the actress of Salma Hayek), and joins the quest. She is the one who realises that the bishop's golf club, because it is blessed, is thus holy, and can be used against a demon (another piece of dogmatic finery - hmmm, perhaps I should bless my tennis racket!).
--The Conclusion--
Bartleby, who had normally been the voice of reason against Loki's brash fire-and-brimstone approach (well, he was the Angel of Death, after all), becomes upset at the efforts being used to stop them, and turns into a Satan-esque figure bent on opposing God.
But, where is God? We find out that God is missing (something that many in many religions can relate to much of the time, alas), only to discover that God likes to take the occasional holiday. The angels and the choirs of heaven are worried that Bartleby and Loki will succeed in destroying the universe while God is away from his(her) desk.
Oh, ye of little faith. God in the end, in the form of Alanis Morrisette, does show up to save the day, in more ways than one.
--The Priestly Commentary--
Lots of people were very offended at this film (just as some might be offended by this writing!). It does poke fun (scathing, caustic wit is more like it, in truth) at religion in general, Christianity in specific, and the Roman Catholic church in particular. As a priest, I thought there were some questionable scenes and would have preferred a little less foul language; but overall, I thought the premise and the storyline were creative and inventive. I'm quite surprised, actually, that it became a controversy -- I would never use this film for a catechism class, but my fellow seminarians and I had quite productive discussions talking about the topics brought up in the film.
Beware of the language and a few offensive scenes. But make a list of theological questions. See how many theological points that weren't in Charleton Heston films you don't know! We can have a productive discussion later.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mars 2003
Gloire a Dieu !!! L'essentiel du film est basée sur le jeu des acteurs (avec un Alan Rickman fabuleux comme toujours dans son role de raleur) et sur les dialogues... Ce film est absolument génial. Sinon regardez ce film et vous risquez de vous taper une grosse rigolade! Un film qui passe tout seul , comme Clerks et les autres de la serie ... Achetez le DVD et regardez-le en VO !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2010
Bon, autant le dire tout de suite, ce film fut pour moi une relative déception. J'adore Kevin Smith et sa manière de dépeindre une certaine génération. Dans ce film, Jay est toujours aussi crétin et Silent Bob toujours aussi cool. Les acteurs qui entourent le duo sont très bons, un vrai casting de rêve. C'est l'histoire de religion autour qui m'a déçue. Kevin Smith est fan de la série de comics iconoclastes Preacher. Celle-ci crée une vision du christianisme tout en combats divins et lui créé une mythologie violente proche des croyances antiques avec brio. On sent que c'est une inspiration majeure pour Dogma. Malheureusement, dans un film on ne peut pas développer autant que dans une série de comics et l'intrigue paraît ici brouillonne. On ne saisit pas toujours très bien les enjeux.

Aux États-Unis, cette vision de la religion a, paraît-il, fait couler beaucoup d'encre mais ici, avec moi en tout cas, cela choque beaucoup moins. Une fois la provoc désamorcée, donc, il ne reste qu'une farce grotesque dont on se serait bien passé. Le combat des méchants anges et des gentils, l'arche du pardon qui risque bien d'ennuyer un peu Dieu, et blablabla. "' ...", comme dirait Bob.

Kevin Smith est connu pour ses dialogues décalés et irrévérencieux. Il y en a toujours dans Dogma mais ils sont cette fois noyés entre de longs discours qui tentent de nous faire comprendre qui-est-qui au royaume des cieux et quels sont les enjeux de chacun, dont on se fout un peu. Après la vision de Dogma, on se rappelle qu'il n'y avait pour ainsi dire pas d'histoire dans Clerks... et ce n'était pas plus mal.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2000
C'est clair ce film utilise la religion pour en tirer une aventure délirante. J'en ai retenu davantage pendant ces 2H qu'en allant au catéchisme! Le casting est fabuleux... L'histoire est inconventionnelle et nous conte les anecdotes que fournirait la religion si celle-ci était vérifiée... L'essentiel du film est basée sur le jeu des acteurs (avec un Alan Rickman fabuleux comme toujours dans son role de raleur) et sur les dialogues... Alors si vous préférez Rambo à Pulp Fiction passez votre chemin... Sinon regardez ce film et vous risquez de vous taper une grosse rigolade! Un dernier point : Je crois que pour certains films, la VO est obligatoire afin de faire resentir l'intégralité du jeu des acteurs et des dialogues. Hors ce film est énormément basé sur le jeu des acteurs et les dialogues! Donc... Achetez le DVD et regardez-le en VO !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2003
Il s'avère important de commencer une critique d'un film mettant en scène Jay and Silent Bob par les précautions d'usage. Mettez votre esprit rigoureux et logique dans une poche, votre conception de la politesse et du civisme dans l'autre et laissez-vous aller, n'ayez en tête aucune envie particulière qui pourrait vous distraire une seconde ou deux de l'écran. Fixez-le, ne le lâchez plus du regard. Laissez pénétrer l'humour potache, laissez votre cerveau s'imprégner de cet horrible amas de gros mots, parfois tellement inintelligibles que votre culture générale en prend un sérieux coup, de silences qui oscillent entre effets de cirque et démonstrations de mimiques expressives plus ou moins intenses. Jay and Silent Bob sont de retour, bousculés dans leur oisiveté par des producteurs sévèrement critiques et des internautes qui font tout concurrencer l'incroyable post-adolescent hyperactif.
Dogma n'est pas le meilleur de Kevin Smith loin s'en faut mais il aura au moins la grâce d'ouvrir les yeux des spectateurs européens sur ce génial auteur-réalisateur. Humour potache, sens de la polémique qui pousse les plus rigides à l'apoplexie, ce film a eu son lot de désagréments mais surtout la chance de voir les rangs des fans gonfler.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2006
We start out with an old man in front of a skeeball location getting the snot beat out of him, then a flash to the story. Evidently two ejected angels sent to Wisconsin for the duration have found a loophole that will allow them to return to Heaven unscathed. Seems that no one from above or below really wants this to happen. So several beings with their own agenda are coercing Bethany Sloane (Linda Fiorentino) to do their dirty work as she unknowingly is the only one qualified.

Will Bethany be able to stop the two angels before it is too late? Or is there a sinister unnamed force helping the fallen angels to succeed?

Some of the actors are just coasting through the movie (probably to pick up some spending cash). But Alan Rickman is excellent as usual and plays the indignant part to the hilt. See him again in "Galaxy Quest" made the same year.

Defiantly designed for certain genre tastes (sort of a cross between Ghost Busters and Monty Python with a little Arthur Miller tossed in.) I personally found it a tad too potty mouthed and over obsessed with sex. Other than that it brings up good premises and a few eternal questions. This is defiantly on of those films that need to be viewed more than once to pick up on the nuances'

The Creation of the World and Other Business.

January 18, 2006
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles