undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 juillet 2005
Cet album regroupe les faces parus à l'époque en 78 tours puis en vinyl dans les années 50. On ne decrira plus l'exceptionnel qualité de ces sessions, il y a eu un avant et un apres BOTC.

Mais la grande nouveauté de cette RVG edition, c'est l'utilisation des bandes masters recemment retrouvé par Rudy Van Gelder, qui apporte au son une présence, des aigus enfin retrouvés et une dynamique nouvelle (Toutes les autres editions provenait du repiquage du 33 tours qui lui même provenait des 78 tours...).

Si vous n'avez pas cette édition, vous n'avez pas Birth of the Cool !
0Commentaire| 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Birth of the Cool marque d'une certaine manière la naissance officielle, à la fin des années 1940, d'un nouveau style de musique, le Cool Jazz. Si Miles Davis n'en est sans doute pas l'inventeur (Lee Konitz considérait que l'inventeur du mouvement était le pianiste Lennie Tristano), avec la complicité de son ami Gil Evans (qui ne figure pas dans le personnel, mais a fortement inspiré son ami et signe d'ailleurs les arrangements de Moon dreams et Boplicity), il avait eu l'idée de créer un nonet comportant, outre une section rythmique, une importante section de cuivres (saxophones, tuba, trombone, etc.). Le cool jazz, étiquette attribuée par la critique, se caractérisait par la volonté de prendre le contre-pied du bee-bop, à l'essor duquel Miles Davis avait pourtant participé aux côtés de Charlie Parker, mais qui tombait parfois dans une technicité et une virtuosité excessives, dans lesquelles Miles ne se reconnaissait pas ' peut-être par défaut de technique (mais on voit MD plus tard participer au mouvement hard-bop). Mais au-delà de ce choix esthétique de l'époque, c'est la recherche d'un son propre qui motive le trompettiste, ce son si délicat, sans vibrato, à la fois clair et fragile et le goût de Miles Davis pour une recherche constante d'une musique nouvelle qui l'a conduit à se renouveler sans cesse et à la révolution électrique en 1969
Cet album constitue en réalité une compilation d'enregistrements qui s'étalent sur plusieurs mois et qui sont sortis en leur temps sous forme de plusieurs galettes successives. Trois sessions sont ici réunies. L'une du 21 janvier 1949 avec Kay Xinding : trombone, Junior Collins : french horn, John Barber : tuba, Lee Konitz : saxo alto, Gerry Mulligan : saxo baryton, Al Haig : piano, Joe Shulman : basse et Max Roach : batterie. La deuxième le 22 avril 1949 avec : J. J. Johnson : trombone, Sandy Siegelstein : french horn, John Barber : tuba, Lee Konitz : saxo alto, Gerry Mulligan : Saxo baryton, John Lewis : piano, Nelson Boyd : basse et Kenny Clarke : batterie. La dernière du 9 mars 1950 avec : J. J. Johnson : trombone, Gunther Schuller : french horn, John Barber : tuba, Lee konitz : saxo alto, Gerry Mulligan : saxo baryton, Al McKibbon : basse, Max Roach : batterie, et Kenny Hagood : voix.
Miles Davis s'est par la suite assez rapidement tourné vers d'autres recherches. Mais même lorsqu'il a abandonné le cool jazz, ce genre n'est pas mort pour autant et a donné au contraire naissance au mouvement West Coast Jazz qui s'est développé sur la côte ouest des Etats-Unis, grâce à des musiciens dont certains avaient participé aux sessions de The birth of the Cool, que ce soit Gerry Mulligan, John Lewis ou Lee Konitz.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mars 2015
C'est le genre de CD dont on ne craint qu'une chose, c'est que cela finisse! Les morceaux sont courts (certains étaient sortis sur 78 tr/mn). La combinaison des timbres des 6 instruments à vent différents dans une petite formation ne me semble pas fréquente dans le jazz.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2016
Même si Konitz joue dans cet album, on le trouve sous l'étiquette de Miles Davis. Disque qui a changé le cours du jazz.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2009
Évaluer un tel album et l'affubler d'une cotation consumériste est en soi une opération dérisoire va-t-on "étoiler" la Ronde de Nuit" "Antigone" ou les "quatuors de Beethoven?"
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2013
c'est Miles Davis avec son son particulier , très bonne ambiance sur ce disque !
tout à fait le genre de disque que l'on se doit de posséder
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
12,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)