undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 février 2008
Autant le dire d'emblée : jamais Variations Goldberg n'ont sonné avec autant de naturel que sous les doigts agiles et souples de Céline Frisch (à mon sens.) La claveciniste française entretient tout le long de l'oeuvre une véritable chorégraphie sonore : les notes rebondissent avec alacrité et absence totale d'ostentation, la musique s'exprime le plus justement possible sans que jamais le phrasé ne se raidisse. Cette conception très poétique et en même temps très pensée dans ses contrastes, ses transitions et la déduction logique des tempos est un modèle du genre. L'Aria est exposé avec noblesse et intériorité et, dès la première variation, Frisch nous emmène dans son univers à la fois personnel et rigoureux. Elle nous raconte une histoire très éloquente, chatoyante au gré des variations, où l'émotion n'est jamais absente (superbes varitions 15 21 25 et Aria) ni l'élan (variations 4 19 20 26 par exemple) ou encore l'humour et surtout le rebond et la noblesse de l'expression. Cette version très équilibrée est idéale pour découvrir l'oeuvre au clavecin. Les compléments ne sont pas sans intérêt : les 14 canons sont un exercice assez rébarbatif (pour les auditeurs) mais les deux chansons allemandes sont exquises d'humour (excellent Dominique Visse !) et ont une énergie contagieuse. On a l'impression d'être dans les rues d'un village à l'époque médiévale. Un disque splendide à découvrir !
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2010
Je pensais avec l'interprétation de Glenn Gould avoir touché à l'essence des "Goldberg", mais petit à petit, je dirai presque insidieusement, la version de Céline Frisch s'impose. La simplicité et l'évidence, alliées à une douceur infinie, m'entraînent à la méditation et au rêve. N'était-ce point l'objectif premier de Bach?

Une qualité de prise de son rare, un livret inspiré, un magnifique coffret, en bref LA version de référence.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2010
D'une des oeuvres les plus savantes de Bach, pure exaltation du contrepoint, Céline Frisch nous donne une restitution d'un naturel, d'une simplicité, d'une évidence absolument confondants.
Elle ne sollicite jamais le texte et balaie tout ce que cette oeuvre peut avoir d'austère grâce à un jeu d'une grande fluidité et un sens aigu de la courbe mélodique. Il n'est pas vraiment évident de faire chanter cette musique, or Céline Frisch y parvient au plus haut point.
Son jeu n'est jamais ni forcé ni démonstratif, âgée seulement de 26 ans au moment de l'enregistrement, elle a déjà atteint la liberté et la simplicité qui sont l'apanage des grands maîtres. Son parcours discographique depuis cet enregistrement des Goldberg n'a fait que confirmer l'immensité de son talent.
Du très grand art en vérité.
Elle touche un clavecin allemand d'Antony Sidey qui est une pure merveille et dont elle tire des sonorités de rêve.
Enfin ce disque est surtout le résultat d'un vrai projet artistique puisqu'en complément des Goldberg, l'éditeur nous propose les 14 canons BWV 1087 sur les notes de basse de l'Aria des Goldberg ainsi que des chansons liés au quodlibet des Goldberg, le tout interprété par les musiciens du Café Zimmermann.
Si l'on ajoute que le texte de présentation est remarquable et l'iconographie superbe, on comprend que ce coffret est une totale réussite et constitue un achat prioritaire pour qui s'intéresse à l'oeuvre de Bach.
Une très grande version des Goldberg, peut-être même LA version.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 janvier 2014
Un clavecin magnifique, au son riche et chatoyant, une interprète virtuose mais qui ici ose des tempi assez méditatifs qui laissent l'oeuvre s'épanouir, à première vue cela promet, et d'ailleurs cet enregistrement fut encensé par la critique autorisée lors de sa sortie. Mais la recherche maniériste des ornements "à la française", qui pourtant ne parvient pas à animer réellement certains mouvements clefs joués de façon bien linéaire (variation 5 par exemple), ainsi qu'une prise de son très réverbérée (la mode absurde d'enregistrer cette musique intimiste dans une acoustique d'église a encore frappé) peuvent lasser. Ce Bach brille de mille feux, mais est-ce bien la raison d'être des variations Goldberg? On peut en douter.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,99 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)