undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
7
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,52 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 février 2005
Il y eut l'avant et l'après ! Lemmy Kilminster décida ce jour-là de fermer la porte au passé et de poser avec fracas la pierre sacrée de la heavy music aux jeunes hardos de l'époque, celle qu'il serait vain d'essayer de surpasser. Tout est dit dans le premier morceau : Overkill. Plus un titre ne surpassera cette maxime-là en matière de déluge sonique, plus aucune intro ne fera vibrer avec autant de force les membranes de votre sono. Le reste de l'album n'est qu'une confirmation du morceau phare, les bonus quant à eux enfonceront le clou à travers vos tympans.
Personne ne sort indemne d'Overkill ou pour citer Lemmy : Nous sommes Motorhead et nous sommes ici pour vous botter le c... !
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2008
Don't sweat it, Get it back to you, Overkiiiiiiiiiiiiiiiil!!!! Mouahah Motörhead frappe très fort avec cette galette. Après un premier album plutôt bon, mais pas exceptionnel, Lemmy et sa bande font ici un bond de géant. Overkill arrache tout !

Cet album suinte le cambouis, les filles, l'alcool, bref l'ambiance très 70's du Rock. Car Motörhead, à l'instar d'AC/DC, est avant tout un groupe à l'esprit rock n' roll (mais bon je vous apprends rien...). On se complique pas la vie, pas de techniques excessives, on donne l'impression qu'il s'agit avant tout d'une bande de copains qui s'éclatent sur leur musique, la bière à la main. Très cliché certes, mais ça marche du tonnerre. La prod reste tout de même très pro. La batterie de Phil Taylor, très claire, ne semble jamais se calmer, les cymbales tremblent, les futs vibrent jusqu'au bout. La basse de Lemmy est évidemment présente, avec une bonne disto. Bref le rythme est bien mis en valeur sur ce disque. Mais Lemmy se distingue surtout par son chant. Peu académique au premier abord, ce type est le hard rock incarné (au coté d'Angus Young^^), sa voix éraillée n'est pas là pour vous séduire par sa justesse, mais plutôt pour vous faire headbanguer comme un fou. Un peu à l'image du disque, pas de démonstration, juste la musique. C'est l'essence du rock.

Bon déjà deux fois que je parle d'AC/DC, alors je continue. Le jeu d'Eddie Clark dans les solos ressemble beaucoup à celui d'Angus. Et comme la rythmique est entre de bonne main, pas besoin de beaucoup en rajouter. Il peut poser sa gratte sur cette base solide, et ça donne d'excellents moments, comme sur "Stay Clean" et son jeu wah-wah. Ainsi on peut avoir pas moins de 3 soli sur la chanson "Overkill", 2 sur "Damage Case",... et tous aussi bons et entraînants.

Au milieu de ce déluge électrique, on a heureusement quelques pauses. "Capricorn", mid-tempo plus sombre, moins rentre-dedans, tout est dans l'ambiance dans ce titre. Et aussi "Metropolis" un bon blues/rock reposant (enfin ça reste quand même fortement hard tout ça). Les autres sont plus classiques, mais toujours très accrocheurs, avec toujours ce riffs bien rock. On se rapproche du Heavy Metal à certains moments, où la batterie cogne comme jamais (le break d'"Overkill", celui de "No Class"). Une diversité appréciable qui permet de ne jamais s'ennuyer.

Edition remaster : Les remasters de Motörhead, comme ceux de Judas Priest, sont très bien fait. Quelques photos, un petit texte sur l'album et les paroles dans le livret. Les bonus sont plutôt pas mal. 2 B-sides des singles, "Too Late Too Late" et "Like A Nightmare", des morceaux qui auraient très bien pu figurer sur l'album. Deux versions de "Louie", avec une moins hard que l'autre (moins de disto, mais bon une seule version aurait suffi, tant les différences sont minimes). On a aussi "Tear Ya Down" en version instrumentale, sympathique, mais pas vraiment utile à mon avis. Le son est comme je l'ai dit excellent. Bref très bonne édition.

Donc ben vous l'aurez compris, un super disque à écouter sans se prendre la tête. Ca met une pêche d'enfer, tout en restant très pro. Un classique à juste titre de Motörhead, et du Heavy Metal !!!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1979, 15 ans au compteur, le lycée, les métaleux d'un côté, les punks de l'autre et les baba cool rock prog au milieu (+ tout ceux qui n'en n'ont rien à cirer de la musique et à qui la variété de la TV françaises et les émissions des Carpentiers conviennent parfaitement). Et là dessus arrive cette bombe de Motorhead intitulée "Overkill" !
Et tout d'un coup, les punks trouvent un album à écouter avec les métaleux et même avec certains babas qui se souviennent des années psychés de Lemmy dans Hawkwind et tapent leur frime dans la cour du bahut en balaçant leurs références. Et tout le monde de crier Overkiiiiiiiiilllllll à plein poumons.
Avant de cartonner vraiment avec leur futur "Ace of Spades", "Overkill" est le choc sonore qui tétanise tput le monde. L'album rock et violent de cette année. Le truc qui donne envie de faire exploser les enceintes dans sa chambre et d'emm***** les parent et tous ceux qui n'aiment pas cette musique. Certains achetant même les maxi 45ts du groupe pour dégotter des morceaux inédits !
Overkill est la puissance dévastatrice et furieuse du rock à l'état pur. Guitares fiévreuses à deux mille à l'heure, basse saturée vrombissante et batterie pieds au plancher, double martèlement des deux grosses caisses, bourdonnement rythmique permanent sur un chant digne d'un zombie en période de réveil. Le choc ultime qui réconcilie tout le monde à travers un chaos sonore bourré jusqu'à la gueule de mélodies (si, si, écoutez bien le presque mid tempo de "Stay Clean").
Cet album méritait une belle réédition, elle est disponible. Le premier CD reprend l'album original et quelques titres bonus par rapport au LP mais déjà réédités sur les précédentes éditions CD et se suffit à lui même avec ses morceaux emblématiques qui donnent l'impression de tous sortir de la même forge aux mains d'ouvriers hallucinés.
Le CD2 qui embarque les vrais bonus est à découper en trois parties : les morceaux extraits des singles et maxi enfin dispo avec des versions alternatives comprises (dont le "Louie Louie" -l'ouïe l'ouie !- de R. Berry), une Peel Session AOC très très contrôlée et enfin un concert de la BBC en forme d'éruption volcanique. Deux bonnes raisons live de constater la puissance de feu d'un groupe qui venait de trouver sa voie, plutôt inédite, en alliant la puissance du rock, la révolte du punk et une grande finesse (ben oui) sans doute issue des presque 20 ans (déjà) de carrière de Lemmy (et peut être aussi de la patte musicale de l'ancien producteur des Stones grande époque qui officie aux manettes de cet album).
Pas une ride en deux CD et un album dévastateur à ne pas mettre entre toutes les mains même en 2015 (il faut le savoir).
Écouter cette réédition sans éprouver le sentiment de révolte permanent qu'elle doit faire naître dans les oreilles de l'auditeur serait une faute de goût, mais il est nécessaire de se préparer à cette épreuve.
30 ans ont passé mais la lave est toujours en fusion dans cet "Overkill" à posséder absolument si l'on s'intéresse au Rock'N Roll.

Petit bémol de ce double CD, un prix quand même sacrément salé (presque 30€, ça fait tousser !) pour un album que certains comme moi doivent déjà posséder en version vinyl, CD avec quelques maxis d'époque...
Mais bon, que ne ferait-on pas pour assurer des vieux jours heureux à Lemmy et se prendre une telle version augmentée de cet "Overkill" primaire, viscéral, furieux et indispensable.
Après cet album, un truc aura changé et les petits durs du heavy-metal (ou du punk) qui suivront passeront toujours pour des gentils garçons sans grande imagination.
Et puis la suite de l'histoire assoiera définitivement la stature de Motorhead, donc rideau pour les autres !
11 commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2015
Overkill, sorti en mars 1979, est le deuxième album du groupe

Premier album de Motörhead pour Bronze Records produit par l'ancien producteur des Rolling Stones. Cet album marque le véritable départ du groupe et contient quelques grands classiques tels que Overkill, Stay Clean, Capricorn ou Damage Case (repris par Metallica).
Tous les titres de l'album ont été composés par les membres du groupe.
Castle Communications a réédité l'album sur CD en 1996 avec 5 titres supplémentaires ! ! !

dont le grandiose : Too Late, Too Late, inédit en album, était la face B du single Overkill !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2016
un des meilleur album de motorhead periode fast eddy clark des morceaux coup de poing qui vous rentre dans la tete sans ne plus y ressortir j'AI ENCORE LE POKER DE L'EPOQUE OVERKILL NO CLASS CAPRICORNE QUE LEMMY CREA CAR IL ETAIT DE CE SIGNE METROPOLIS MOTORHEAD LES JOURRA JUSQU4A LA MORT DE LEMMY.SI VOUS COMMERCER MOTORHEAD PRENER CELUI LA VOUS EN REDEMANDERER;
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Zim! Bam! Boum! Prend ça dans la tronche. Quand ils débarquent avec leur Overkill en 1979, Lemmy et ses deux nouveaux amis ont déjà un album dans les pattes, le "satisfaisant à défaut de mieux" éponyme, et une formule qui, assurément, promet, l'agression du punk et l'énergie communicative du rock'n'roll dans un hard rock franc du collier, qui trouve enfin sa concrétisation. Faut dire que les affreux, sales et méchants pistoléros de Motörhead nous attaquent carrément à la lampe à souder, ça passe ou ça casse pour que ça passe. 35 minutes en férocité avec un chanteur et bassiste possédé (je ne vous fais pas l'article...), un batteur digne de l'Animal des Muppets (mais en moins PC), et un guitariste presque plus sage avec ses vieux tours "à la Scotty Moore", qui envoie bien quand même mais contrebalance aussi savamment le déluge de ses deux camarades. Et des chansons, évidemment !, dont cinq qui seront de ces morceaux qui reviendront souvent, lors des frontales performances scéniques du trio, jusqu'à sa toute fin (Overkill, Stay Clean, Capricorn, No Class et Metropolis) et 5 autres qui ne déméritent absolument quand elles enfoncent le clou de ce rock particulièrement sans compromis où tout va plus vite, plus fort et plus salement que chez la concurrence chevelue contemporaine ne laissant, en somme, que les exactions instrumentalement plus approximatives de quelques punk-rockers pour tenter de rivaliser avec l'énergie de ces trois speed freaks notoires. Dans sa version standard, sans bonus donc, Overkill est déjà une absolue tuerie où, même quand le tempo se ralentit on a l'impression d'assister aux déboulé des panzers pendant la blitzkrieg alors, imaginez ce qu'il peut en être rallongé d'un second disque de savoureux bonus !, avec Louie Louie que Motörhead (Lemmy en particulier) reprend comme nul autre, avec les excellentes face B que sont Tear Ya Down, Too Late Too Late et Like a Nightmare, et des bonus en forme de sessions pour l'excellente BBC, et vous comprendrez que de supra-costaud on passe carrément à monumental ! Et dire que, un an plus tard, Ace of Spades fera presque aussi bien (voire mieux, les avis sont partagés), mais, vraiment, quand on en est à considérer l'entièreté de l’œuvre du regretté Lemmy et de son vaisseau amiral de groupe, Overkill est obligatoirement dans le trio de tête, et c'est mérité parce que du hard qui vous récure les cages à miel comme celui-ci, ça ne se trouve pas sous les sabots de la première rosse venue, ça se trouve même carrément si rarement que ça en devient légendaire, immanquable et, conséquemment, très chaudement recommandé à ceux, comment est-ce possible ?, qui ne l'auraient pas encore exploré et à qui on souhaite bien du plaisir, vraiment.

CD 1
Remastered Album
1. Overkill 5:12
2. Stay Clean 2:40
3. (I Won't) Pay Your Price 2:56
4. I'll Be Your Sister 2:51
5. Capricorn 4:06
6. No Class 2:39
7. Damage Case 2:59
8. Tear Ya Down 2:39
9. Metropolis 3:34
10. Limb from Limb 4:54

CD 2
Bonus Tracks
1. Louie Louie 2:47
2. Louie Louie (Alternative version)2:52
3. Louie Louie (Alternative version 2)2:45
4. Tear Ya Down 2:41
5. Tear Ya Down (Alternative version) 2:41
6. Tear Ya Down (Instrumental version) 2:39
7. Too Late Too Late 3:25
8. Like a Nightmare 4:13
9. Like a Nightmare (Alternative version) 4:27
BBC John Peel Session '78
10. Louie Louie 2:46
11. I'll Be Your Sister 3:15
12. Tear Ya Down 2:39
BBC In Concert '79
13. Stay Clean 3:03
14. No Class 2:43
15. I'll Be Your Sister 3:35
16. Too Late Too Late 3:24
17. (I Won't) Pay Your Price 3:19
18. Capricorn 4:14
19. Limb from Limb 5:26

Lemmy Kilmister – lead vocals, bass, second guitar solo on "Limb From Limb"
"Fast" Eddie Clarke – guitar, backing vocals
Phil "Philthy Animal" Taylor – drums
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2016
tres bel album avec quelques grand morceau a ecouter ou reecouter sans moderation! le deuxieme cd est tres interessant egalemant
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)