undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_W10 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
11
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 juin 2003
Je sais que nombre de commentateurs ont été plutôt déçus de ce laser, lequel se devait de succéder aux trois diamants bruts produits par E et Butch. Oubliez à la limite tout du passé de ce duo de génie et vous devriez réaliser après nombre d'écoutes que le ... génie est toujours là. Les guitares sont de temps en temps plus agressives que par le passé, mais c'est toujours soucieux de l'originalité et de style propre (cfr "That's not really funny"). Les mois ont beau s'écouler, c'est toujours avec un grand plaisir que j'insère cette galette dans le lecteur. Pourquoi diable, de nouveau nous priver de faces-B (même en titres cachés), alors que cet album gravite autour des 40 minutes ??? 5 étoiles est à mes yeux le strict minimum pour un tel effort-studio.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2011
Aprés avoir découvert récemment le 1er EELS, excellentissime -j'ai acheté et aprécié plus ou moins Electro Shock Blues et Daisy of the Galaxy. Mais la tout en gardant toujours en ligne de mire l'expérimentation, on découvert des morceaux trés rock ( tel Souljacker ou Dog faced boy )et cet impression de nouveauté est lancé également par une bosa nova sur That not really funny. Meme Woman driving men sleeping, a un brin de news sur un air de ballade. Bref un album qui comme Beautiful freak va user mes enceintes.UNE REUSSITE
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2014
Alors tout d'abord, il faut reconstruire ma (re)découverte des Eels. Je connaissais comme tout le monde le morceau Novocaine for the soul que j'adorais mais je ne m'étais pas vraiement jeté à la découverte du groupe.
Puis un beau jour j'achète un Rock & Folk et je découvre un morceau de l'album Wonderfull Glorious, que j'achète et adore immédiatement, puis j'achète le premier album de Eels (pas de E) sur le quel figure Novocaine for the soul et idem scotchage immédiat, puis le dernier album en date magnifiquement dépriment (the tales blabla), alors je me dis que je suis bien parti pour tous me le faire et je trouve Souljacker sur Amazon pour 1 cent d'occaz (2.49 de frais de port) et là que dire...
et bien je regrette d'avoir perdu tant d'année à ne pas écouter Eels, et je bave déjà à ma prochaine acquisition de leur oeuvre; Cet album est une pure merveille avec une mention spéciale pour "that's not really funny", je crois bien n'avoir jamais entendu un morceau pareil, on a l'impression d'écouter une musique de James Bond sous LSD et la voix maintenant bien connu de E colle parfaitement à ce genre d'orchestration.
J'approuve, j'adhère, je milite !!!! Eels est le groupe le plus accomplie (mené par le chanteur Everett et son batteur Butch, le reste du groupê change à chaque album, certainement la clé d'une telle diversité, et je n'ai pas écouté la moitié de leur oeuvre).
Achetez et écoutez les yeux fermés.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si Souljacker est le 4ème album de Mark Oliver Everett sous le nom de Eels, c'est aussi le premier album de Eels en tant que vrai (presque) groupe avec, certes, un vrai patron à la barre mais aussi de créatifs lieutenants en particulier John Parish (repéré précédemment chez P.J. Harvey ou Goldfrapp) également coproducteur de l'exercice, mais aussi de Kool G Murder, compagnon de toujours du barbu au petit chien blanc dans son entreprise poissonneuse, bref, une première chez nos Anguilles électroacoustiques d'habitude si E-centrées. La conséquence de cet élargissement sur le son des indie-rockers ? Un son globalement plus lourd et gras que jamais avant, sans qu'on perde de vue le groupe d'avant parce que les maniérismes mélodiques d'Everett continuent de constituer l'élément décisif du groupe. Mais tout de même, avec un Dog Faced Boy tout en saturation et fuzz, un That's Not Really Funny, un Souljacker Part 1, un Teenage Witch, un Jungle Telegraph, ou la saillie finale, What Is This Note?, jamais Eels n'avait été aussi affreux sale et méchant. Mais que les fans de monsieur E se rassurent, le reste est nettement plus voisinant de leurs habitudes auditives, et tout aussi réussi !, avec une influence Tom Waits reconduite et même étendue (on valide, il le fait bien !) et toujours cette recherche constante de la petite surprise d'arrangement qui enrichit tellement le propos et cet art de pondre de la chanson douce entêtante et maline (Fresh Feeling ici). On notera aussi que Souljacker est, et restera longtemps, l'album le plus franchement optimiste d'Everett, et pas sa moindre réussite... Recommandé.

1. Dog Faced Boy 3:17
2. That's Not Really Funny 3:19
3. Fresh Feeling 3:37
4. Woman Driving, Man Sleeping 3:30
5. Souljacker part I 3:15
6. Friendly Ghost 3:22
7. Teenage Witch 4:44
8. Bus Stop Boxer 3:42
9. Jungle Telegraph 3:39
10. World of Shit 3:29
11. Souljacker part II 1:58
12. What Is This Note? 2:28

Butch – Drums and percussion
E – Vocals, guitar, baritone guitar, piano, clavinet, Mellotron, and Wurlitzer organ
Joe Gore – Guitar
Koool G Murder – Synthesizer, bass guitar, guitar, clavinet
John Parish – Guitar, percussion, drums, keyboards, melodica, and stylophone
Adam Siegel – Bass guitar
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mai 2002
."Souljacker" est donc le nom de ce nouvel opus ,qui s’annonçait ,à entendre les rumeurs ,plus rock. Mais le premier choc ne vint pas de la musique mais plutôt de la pochette de l'album. On y voit en effet un Mr E méconnaissable en barbu hirsute, tenant dans ses bras un petit chient. On aurait bien imaginé une telle image en affiche de film mais pas en pochette d'album, et encore moins celui de Eels. En effet le groupe nous avait habitué à des pochettes plus "enfantines" et disons-le , plus jolies . E dévoile ainsi ouvertement ses intentions. Il veut changer de cap musical ,ce que pourtant E s'était déjà attelé a faire durant ses 3 précédents albums. Cependant ici ,le changement a l'air encore plus radicale (à l'image de la pochette) et l'écoute des premières notes de "Dog faced boy" (morceau d'ouverture) ne nous contredirons pas. Autant le dire tout de suite on peine à reconnaître Eels, ayant même plutôt tendance à penser à un PJ Harvey (l'aide de J.Parish se fait ainsi sentir… ) seule la voix de E nous rassures, en partie du moins. Alors que les chansons défilent, trop rapidement d'ailleur , E étant toujours fidèle au fait que ses chansons soit concises, on à encore du mal à retrouver Eels. L'influence de Beck n'a jamais été aussi flagrante(" Teenage witch","Jungle telegraph"). Même le fait que les chansons se suivent et ne se ressemblent pas, devient ici un défaut. L'album souffre d'un manque de liant évident, on aurait en effet beaucoup de mal à donner une couleur précise à cet album ,ce qui est d'autant plus frustrant que les chansons de l'albums sont (quasiment) toutes excellentes. Chaque chanson à son caractère ,du trip-pop rêveur d'un "bus stop boxer",en passant par l’énergique "That's not really funny" ou le déjà classique "Woman driving,man sleeping" (rappelant les premières productions de E). C'est alors que l'on redécouvre enfin, la légendaire poésie de E lors d'un entêtant et non moins superbe "Fresh feeling" ou lors du touchant « Souljacker part 2 » . Même si l'album reste profondément sombre, E apparait plus radieux que jamais et cela s’entends pour la première fois sur album, il s’amuse enfin (« Souljacker part1 »). Effectivement que ce soit sur les guitares débordantes et ultra saturées de « What is this note ? »,ou les notes limpides d’un « Frendly ghost » ,E reste inventif et émouvant. La qualité des titres n'est donc pas à mettre en cause, mais il manque tout de même quelque chose à cet album pour ne pas décevoir. « Souljacker » risque donc de dérouter certains fans ,mais aussi de ralier à sa cause de nouveaux adeptes. Eels est entré dans une nouvelle phase , laissons leur simplement le temps de s’adapter ,le meilleur est assurément à avenir.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2001
Eels est un groupe à l'histoire mouvementée, mais au talent bien réel. De la révélation avec Beautiful Freak, à la confirmation avec Daisies of the galaxy, eels est un groupe au style unique : Mélangeant sons hip hop, sons rock, fanfares...C'est étonnant.
Ce que je préfére avec eels, c'est les découvertes sonores que je fais après 10 écoutes, tant ils soignent les détails.
Si vous ne les connaissez pas, laissez vous tenter, vous ne devriez pas être déçu par se voyage mélodieux.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2005
Après les magnifiques albums "Electro-shock blues" et "Daisies of the galaxy", Eels nous revient avec le détonnant "Souljacker".
Beaucoup plus rock que les précédents opus, le morceau "dog faced boy" ouvre les hostilités. "That's no really funny", "Souljacker part 1" ou encore "What is this note?" sont patuclièrement bouillonnants! De vrais petits bijoux! Le chanteur et principal compositeur de Eels, Mark Oliver Everet, nous fait profiter à la fois de sa verve rock'n roll, et de son génie mélodique avec des titres tels que "Bus stop boxer" et "fresh feeling". Les fans de Eels seront peut-être décontenancés à la première écoute, puisque les albums précédents sont beaucoup plus calmes! Un bol d'air frais qui prouve que ce groupe mériterait un succès largement à la hauteur de groupes tels que Radiohead ou les mecs agaçants de Muse.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2014
Albul très décevant pour ce groupe qui nous a fait rever avec l'album novocaine for the soul, mais totalement a l'opposé, dans un genre musical qui ne sied pas au groupe
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2001
Top, rien d'autre a dire, comme d'hab avec Eels ! Merci butch, merci E, et vivement le prochain !!!!
PS: achetez aussi les autres, vous ne serez pas déçu !!!
PPS: Si vous pouvez voir Eels en concert n'hesitez pas un seul instant, je reviens justement de celui pour la sortie de "Souljacker" et c comme d'hab aussi, ils sont vraiment inégalables et se donnent à fond ! Juste une petite preuve : 5 rappels en tout et pour tout (bien que les deux derniers n'aient été que pour la moitié du public, celle qui continuait a leur crier de revenir tandis que d'autres sortaient ! ;-) )
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2001
j'adore!!! quel mélange!! super album, le groupe est trop fort!!! yééééééé
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)