Cliquez ici Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
16
Exodus (Coffret Deluxe 2 CD)
Format: CD|Modifier
Prix:48,00 €+ 2,49 € expédition

TEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 10 février 2016
Il fait indéniablement partie de ceux qu'on ne vend pas parce que, c'est entendu, la carrière de Bob Marley, avec ou sans les deux autres vrais Wailers, Bunny et Peter, présentement absents depuis deux albums, est entrée au Panthéon des grands classiques. On n'en viendrait presque à oublier l'étrangeté de l'accession à la "staritude" internationale d'un petit gars de la Jamaïque avec une drôle de coiffure et de drôles de cigarettes chantant sur un drôle de rythme chaloupé des paroles spirituelles ou revendicatrices. Bob Marley, première star de la "world music", évidemment, est donc seul capitaine à bord de son groupe et tout va bien, les albums s'enchainent et le succès ne fait que croître et personne ne trouve rien à y redire parce qu'il est mérité. Il faut dire qu'en 1977, loin du punk sauf à considérer une communion d'âme avec les plus politisés des britishs énervés, Bob est non seulement au sommet de sa gloire mais aussi une mine à grandes chansons. De fait, Exodus, un épatant déroulé de sa verve, est une galette sans faux-pas qui, d'un Natural Mystic impeccablement planant, où la performance du guitariste Junior Marvin est particulièrement remarquée, à l'excellent chant de paix clôturant l'opus originel (One Love/People Get Ready qui hommage au passage Curtis Mayfield), il n'y a rien à jeter. Evidemment, certaines sont plus connues du grand public (celui qui a Legend), mais le reste, du pur roots reggae de compétition, mérite autant l'attention de l'auditeur (en particulier l'excellente ballade Turn Your Lights Down). Deluxe oblige, il y a une sacrée quantité de matériau bonus à la belle réussite d'époque, un inédit de qualité et quelques versions alternatives ou dubs sur la première galette, et sur la deuxième un excellent live au Rainbow de Londres et de précieuses sessions avec Lee Perry pour les essentiels Punky Reggae Party et Keep On Moving et leur dubs respectifs (une spécialité du démoniaque Scratch, c'est dire la qualité). Parfait. Bien remasterisé, excellemment bonussé, Exodus est un essentiel de toute collection qui se respecte, point barre.

CD 1
1. Natural Mystic 3:28
2. So Much Things to Say 3:08
3. Guiltiness 3:19
4. The Heathen 2:32
5. Exodus 7:40
6. Jamming 3:31
7. Waiting in Vain 4:16
8. Turn Your Lights Down Low 3:39
9. Three Little Birds 3:00
10. One Love/People Get Ready 2:52
Bonus
11. Roots (b-side of "Waiting in Vain") 3:42
12. Waiting in Vain (alternative version) 4:43
13. Jamming (long version) 5:52
14. Jamming (Version) 3:04
15. Exodus (Version) 3:08

CD 2
Exodus tour (Live at the Rainbow Theatre, London, 4 June 1977)
1. The Heathen 6:48
2. Crazy Baldhead/Running Away 9:21
3. War/No More Trouble 7:44
4. Jamming 7:07
5. Exodus 11:46
Sessions with Lee Perry, July / August 1977
6. Punky Reggae Party 9:18
7. Punky Reggae Party (dub) 8:47
8. Keep on Moving 6:25
9. Keep on Moving (dub) 6:15
10. Exodus/Waiting in Vain (advertisement) 1:07

Bob Marley – lead vocal, rhythm guitar, acoustic guitar, percussion
Aston "Family Man" Barrett – Fender bass, guitar, percussion
Carlton Barrett – drums, percussion
Tyrone Downie – keyboards, percussion, backing vocals
Alvin "Seeco" Patterson – percussion
Julian (Junior) Marvin – lead guitar
I Threes (Rita Marley, Marcia Griffiths, Judy Mowatt) – backing vocals
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 12 novembre 2017
Sûrement l'un des meilleurs albums de Bob Marley avec les Wailers, que des morceaux excellent avec notamment une très bonne version longue de Exodus. Un must-have pour tous les amateurs de Reggae !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 11 septembre 2015
j'ai apprècié l'écouté un peu de nostalgie livraison rapide je le conseil au amoureux de bob marley il y a d'autre album avec les meme titre niveau qualité c'était intéressant
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 15 avril 2014
JAHHHH MONSIEUR MARLEY
LE MEILLEUR DE VOTRE DISCOGRAPHIE
VOUS AVEZ TELLEMENT FAIT DE TUBES MAIS
CET ALBUM M'A FAIT ENTRER DANS VOTRE MUSIQUE
LE PREMIER MORCEAU NATURAL MYSTIC ENORME
CETTE GUITARE OUAHHH
ET PUIS TOUS LE RESTE ET EXODUS LE MORCEAU
BONNE ECOUTE AVEC LE MAITRE DU REGGAE ET CES WAILERS
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 21 janvier 2013
Un CD de référence. Toujours autant d'émotions à l'écouter sur une très bonne chaine Hi-fi de préférence. Un des meilleurs albums de Bob Marley.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 7 juillet 2017
CHRONIQUE DE CYRIL DELUERMOZ MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 087
BOB MARLEY
"Exodus"
[1977]
En 1977, Bob Marley a déjà enregistré cinq albums pour Island, sa renommée étant devenue planétaire avec des titres de la trempe de "I Shot The Sheriff" ou "No Woman No Cry". Victime d'une tentative d'assassinat qui l'a forcé à quitter la Jamaïque, il n'en continue pas moins sa croisade rasta avec des Wailers sensiblement remaniés qui accueillent le guitariste Julian "Junior" Marvin, le percussionniste Alvin "Seeco" Patterson et Tyrone Downie aux claviers. Complété par les frères Barrett à la rythmique, un trio de cuivres et les I-Threes aux chœurs, ce personnel parfaitement huilé permet à Marley d'enregistrer l'un des meilleurs disques de sa carrière. Recelant une poignée de tubes universels, "Exodus" est également remarquable par la qualité de certains morceaux qui paient moins de mine au premier abord. On pense au revendicatif "The Heathen" et à "Turn Your Hearts Down Low", moments intenses de poésie amoureuse. Si Bob Marley a adouci son discours et son reggae, il n'en reste pas moins un superbe compositeur lorsqu'il rend hommage sous forme d'une charmante comptine ("Three Little Birds") à ses choristes : sa femme Rita, la légendaire Marcia Griffiths et Judy Mowatt. Certains prétendent que ce morceau était en fait dédié à Cindy Breakespear, alors Miss Monde mais également maîtresse de Marley dont elle aura d'ailleurs un enfant... Ouvrant impeccablement "Exodus", "Natural Mystic" est aussi dépouillé de fioritures inutiles mais proprement envoûtant alors que "So Much Things To Say" est inondé des chœurs savoureux des I-Threes. Parfait exemple de ce reggae vintage qu'on produisait dans les années 70, "Jamming" et son tempo plus saccadé méritent d'être inscrits au panthéon de Marley tant ce hit irrésistible n'a pas pris une ride. Il en est de même pour "Waiting In Vain", chanson d'amour qui fait frémir de bonheur tant la voix du leader des Wailers est émouvante quand il évoque un amour impossible. Déjà enregistré en 1966 à l'époque où Bob Marley formait un trio vocal avec Peter Tosh et Bunny Wailer, "One Love/ People Get Ready" a fait fondre plusieurs générations de terriens, de Oulan-Bator à Djakarta via Brazzaville et Vancouver. Un titre au discours universel et d'une incroyable opulence mélodique qui voit un Marley au sommet de son art, jonglant avec charisme et langueur. Un must.

Dans ce numéro de R&F nous aurions aimé lire la (les) chronique(s) de (1977) :
AC/DC - Let There Be Rock
Barclay James Harvest - Gone to Earth
Carlos Santana - Moonflower
Fleetwood Mac - Rumours
Iggy Pop - Lust for Life
Kansas - Point of Know Return
Peter Gabriel - Peter Gabriel 1
Pink Floyd - Animals
Slade - Whatever Happened To Slade
Ted Nugent - Cat Scratch Fever
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 25 juillet 2015
Voici LE chef-d'œuvre de Bob Marley et de ses Wailers, quasi un best of à lui tout seul ! Exilé à Londres suite à un attentat auquel lui et sa femme viennent d'échapper, il enregistre là-bas son album le plus emblématique, en même temps que le plus grand disque de reggae de tous les temps : EXODUS.
Nouvellement épris d'une jeune blanche des beaux quartiers, il va consacrer chacune des faces de cet album à l'un de ses deux thèmes de prédilection : l'humanisme et l'amour ! Si la première allie consistance et haute teneur musicale (le morceau-titre et ses arrangements phénoménaux), dans une intensité jamais relâchée (THE HEATHEN, NATURAL MYSTIC), la seconde voit Marley franchir allègrement le pas en direction de l'authentique variété (THREE LITTLE BIRDS, WAITING IN VAIN), sans que quiconque n'y trouve à redire. La qualité mélodique ici est telle et la finesse dans le choix des arrangements si pertinente, qu'elle transforme la plus simple mélodie en hit imparable (JAMMING). Certains pleureront la perte de l'ancien Bob au profit d'un artiste plus crossover, mais le monde de la musique va y gagner une montagne de classiques ne pouvant plus désormais se résumer à un seul style (ni même à un seul artiste), mais vont offrir au monde la sensation d'un fond enfin commun, dépassant par là le simple succès pour toucher à l'immortalité.
Tops : EXODUS, JAMMING, THREE LITTLE BIRDS, THE HEATHEN, ONE LOVE / PEOPLE GET READY, WAITING IN VAIN
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 6 juin 2012
CHRONIQUE DE PATRICK COUTIN MAGAZINE ROCK&FOLK JUILLET 1977 N°126 Page 106
4° Album 1977 (Bob Marley And The Wailers) 33T Réf : Island 9123021
Jamaïca..... Vous en connaissez maintenant le frisson ... Les Wailers sont passés par la France, et tout le monde s'accorde pour dire que ce soir-là les vibrations furent différentes au Pavillon de Paris.
Peter Tosh et Bob Marley faisaient tous deux partie, en compagnie de Bunny Livinstone, des Wailers originaux, ceux qui en 1969 enregistrèrent "Soul Rebel" et "Soul Revolution" des albums que vous éviterez de rechercher tant ils sont introuvables. Peut être, avec un peu de bonheur, dénicherez-vous "Catch A fire" , "Burnin'" ou "African Herbsman", derniers fruit de la collaboration de nos trois Rasta. Puis Peter et Bunny s'en furent, et Marley resta seul maître des Wailers, produisant successivement "Natty Dread", "Live Wailers" et "Rastaman Vibration" : trois pures merveilles qui portèrent enfin le reggae au faîte de sa gloire.
"Exodus" s'ouvre sur une très belle composition tout en demi-teinte :"Natural Mystic". Bob dans ce rôle de prêcheur qu'il affectionne, serein, complice, porté par une fois inébranlable. Le discours religieux n' a que peu évolué, le thème n'est pas nouveau et Marley a l'aura d'un messie. La stature aussi. Mais si ce n'est là qu'un reggae traditionnel quant à ses formes, un léger mais néanmoins fort sensible changement apparaît, qui s'affirmera tout au long du disque. Un certain désordre, une manière typiquement jamaïcaine d'arranger les morceaux a disparu au profit d'un nettoyage impitoyable. Les sonorités sont d'une très parfaite beauté plastique, l'utilisation des échos, des phasings et autres gadgets de studio, le mixage, dénotent une influence accrue du ryththm and blues, en même temps que des méthodes de travail made in U.S.A. Si le climat est toujours celui d'une paresseuse journée tropicale, le luxe de cette musique surprend d'autant plus que toutes les chansons reçoivent le même traitement. La voix de Bob s'est faite plus douce encore, presque douloureuse parfois toujours retenue. On se retrouve à deux doigts du plus pur soul.
En un mot comme en mille, « Exodus » donne le sentiment que Monsieur Marley s'occidentalise ! Mais peut-on lui en tenir rigueur ? Le temps des boîtes enfumées de Trenchtown est passé depuis belle lurette, et Bob s'adresse aujourd'hui à un vaste public de races et de cultures fort diverses. Il semble naturel que ce dernier influence sa musique, et que peu à peu son caractère régional s'estompe. Je crois qu'il faut s'attendre de la part de Marley à un détachement progressif vis-à-vis de ce qui fit son premier succès pour sans doute, explorer des genres différents. A ce jeu, d'ailleurs, il possède plus d'un atout. D'abord ses talents de compositeur. S'il n'atteint pas l'extraordinaire intensité de celui de « Rastaman Vibration », le matériel proposé reste d'excellente qualité. « Natural Mystic « , « Exodus » et « Jamming », toutes dans un style semblable, sont du meilleure cru. Alors que « Turn Your Light Down Low », une chanson d'amour sensuelle, lente et douce, touche au sublime. Il est d'ailleurs paradoxal de voir que le titre le plus réussi de l'album (si l'on excepte « Exodus », qui va vous entrer dans l'oreille pour n'en plus sortir) n'a rien à voir avec un reggae ; c'est une ballade !.... Autre atout, la très grande classe des Wailers actuels. La rythmique des frères Barrett, bien qu'un peu sobre à mon goût, reste un vrai régal, et, derrière, les voix de miel des I Threes sont à vous rendre fou (d'amour, bien sûr). Le nouveau guitariste, Julian Marvin, se paie des interventions judicieuses (écoutez le solo de « Waiting In Vain ») tout au long du disque, dans un style très épuré, mélodique en diable, mais qui lui non plus n'a que peu de rapport avec ce quoi les solistes jamaïcains nous avaient habitués. Et puis il y a le personnage Marley, son charme, son magnétisme, cette immense facilité. Si « Exodus » manque un peu de souffle et de puissance, sa seule présence change tout. Parce qu'il a de la dimension, de l'envergure, de la vérité.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 19 mars 2011
Tout simplement le meilleur disque de Marley et des Wailers, et sans doute le plus grand disque de reggae jamais enregistré. Fait à Londres, en pleine année punk (les Clash apprécieront Marley, et ça sera réciproque), ce disque, avec sa première face engagée et sa deuxième face légère, est une pure merveille. Vous n'aimez pas le reggae ? Ecoutez quand même ce disque, il est tellement bon que même les réfractaires au reggae peuvent l'apprécier !
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 29 avril 2014
L'intérêt des versions DE LUXE que nous égrène de temps en temps Tuff Gong et Island réside essentiellement sur le second disque qui offre en général une version live, raccord dans le temps avec la version studio du CD1.
Pour ceux qui n'ont pas encore la version studio de "Exodus" sortie en 77, je conseille vivement de se reporter sur cette version DE LUXE car elle offre en prime (sur le CD2) l'extraordinaire prestations des Wailers enregistrée à Londres au Rainbow Theater, le 4 juin 1977. Malheureusement, nous n'avons là que 5 titres sur la totalité du concert et c'est vraiment regrettable tellement ce concert est fabuleux, et surtout extraordinairement bien enregistré !
Pour moi, cette version DE LUXE vaut déjà largement le surplus par rapport à l'album studio, uniquement pour ces 5 titres et pour profiter du meilleur enregistrement existant d'un live de Bob Marley (avec celui du Roxy en 76).
Pour le reste, quelques versions alternatives et remixées, sans grand intérêt à mon sens...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles

Legend
14,99 €
Survival
6,99 €
Exodus
22,99 €
Kaya
13,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)