Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos Learn more nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
26
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:19,00 €+ 2,49 € expédition


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 décembre 2010
Scorpions est au sommet de son art et LOVE AT FIRST STING mérite hautement son nom !!! A part trois titres plus en retrait {le pêchu et rapide The same thrill , le quasi militaire et pacifiste Crossfire (oui , je reconnais que ces adorables voyous font ...du bruit!) et As soon as the good time roll}, tous les autres sont des grands classiques du groupe , avec deux immenses tubes: ROCK YOU LIKE A HURRICANE , l'énergique au riff incomparable et fantastique et STILL LOVING YOU où l'un des plus beaux slows au monde! ( la N°3 de Scorps dans mon coeur!).Imaginez le nombre de gens qui se sont aimés et de mecs qui se sont fait pardonner avec SLY !trop fort ce Klaus! : j'ai trahi ta fierté (traduire: je t'ai trompée) mais c'est toi que j'aime bla bla et le tour est joué!! Irrésistible le cri d'amour "I'm still loving you" qui arrive en fin de titre (tiens , comme We'll burn the sky...) pour cette chanson la plus vendue en France en 1984 ! Et dire que Rudolf avait composé ce joyau en 1979 et qu' il est resté de côté !! Ca ne doit pas faire oublier le superbe speed COMING HOME à la malicieuse intro toute douce , le mélodique aux sublimes guitares BIG CITY NIGHTS et les efficaces BAD BOYS RUNNING WILD et I'M LEAVING YOU . Compos très inspirées , vrais et beaux solos de guitares , voix envoutante , énergie "d'ouragan" , Scorpions est tout charme , toute classe et tout talent dehors et , sans l'ombre d'un doute je peux affirmer que vous examinez un des meilleurs albums de hard rock mélodique de tous les temps !!!
22 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C''est à partir de ce disque que les fans de la première heure et les accros de « Tokyo Tapes » ont commencé à se méfier. Pourtant avec le recul des ans, on s''aperçoit que « Love ...' » n''est pas le premier d''une longue série d''enregistrements pas terribles, mais plutôt le dernier d''une série de bons disques du groupe.

Car ce Cd réussit sur le fil du rasoir un improbable équilibre entre la tentation FM (avec en ligne de mire le succès aux USA) et la pression vraiment hard. Les morceaux sont mélodiques, les guitares omniprésentes et le vieux complice Dieter Dierks réalise des prodiges tout au long d''une production impeccable.

Et puis il y a bien sûr « Still loving you », la meilleure ballade des Scorpions qui cette année-là (1984) disputera le titre de slow de l''année à rien moins que le « Purple rain » de Prince.

Le succés de « Love ...' » sera colossal, boosté par une tournée mondiale exceptionnelle. Non, vraiment , avec « Love at first sting », les Scorpions n''avaient pas encore « trahi ».
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2009
Pour beaucoup, "Love at First Sting" restera l'album qui aura sceller l'Age d'or (78-84) du groupe Allemand. De cette période, peut-on affirmer pour autant qu'il s'agit là de leur meilleur album ? Je ne le pense pas. Toujours est-il qu'en cette année de 1984, Scorpions est le N°1 incontesté (incontestable) dans sa catégorie (Hard Rock). Et ce, à l'échelle internationale.
Véritable exploit pour un groupe de cette nationalité, sachant qu'auparavant, la presse et les moyens de communications étaient bien loin de ce qu'ils sont aujourd'hui. Mais revenons à l'album.

Toujours produit par Dieter Dierks, "Love at First Sting" est d'abord illustré d'une photo signé par un photographe d'équivalente notoriété que celle du groupe: Helmut Newton. Rien que ça !

De plus en plus soucieux d'offrir le meilleur à ses Fans, "Love at First Sting" est aussi habillé d'une production nettement plus soignée que ces albums passés. Bien que la Basse de Francis Bucholz soit toujours aussi peu mise en avant.
Quant au contenu lui même... S'en est presque écœurant. Le disque s'ouvre sur un très court Chorus guitare de Mathias Jabs en intro de "Bad Boys Running Wild", aussitôt reléguer par le riff assassin de "Mister Big moustache", Monsieur "Rythmique d'acier": Rudolf Schenker. Ou la science absolue de la rythmique qui fait mouche à tous les coups.
Pour le reste, il n'y a cas écouter Klaus Meine poser sa voix sur l'introduction de "Coming Home" pour s'apercevoir que ce gars là est encore capable de nous faire passer pour le jeune c** d'amoureux transit (et boutonneux), à celui de méchant Hardos (pas forcément craignos), le tout en l'espace d'une petite minute.
Reste pour moi à vous énumérer la triplette de Classiques issue de cet album phare des Allemands: "Rock You Like a Hurricane", "Big City Nights", et la ballade qui a sans doute fait grimper les courbes de natalité (mais pas seulement) un peu partout dans le monde en cette année de 1984. "Still Loving You" évidemment. Euuh ! personnellement ça fait un baille que j'en peux plus moi de ce Still Lovin' iouuuuuuu !! M'enfin puisqu'il y est...
Le reste est loin de faire figure de remplissage, a commencer par "I'm Leaving You" et "As Soon as Good Time Roll". Sans oublier "The Same Thrill", qui nous rappel, si besoin était, que Scorpions c'est bel et bien du Hard velu.

17/20
1111 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2013
Lorsque "Love At First Sting" paraît début '84, deux ans après un "Blackout" de folie, c'est bien à cause du succès de cet album de la consécration. La dernière tournée des Scorpions étant la plus importante jamais réalisée par un hard-rock band Allemand.
Les Scorpions qui ont atteint des sommets, vont rencontrer quelques difficultés en réalisant ce nouvel album. D'abord côté musiciens, le succès éreintant a laissé quelques traces au sein du groupe, ce fêtard d'Herman Rarebell incapable de tenir sa batterie cédera sa place à Bobby Rondinelli, Francis Buchholz lui se verra contesté par un Dieter Dierks dépassant son rôle de producteur, et sera remplacé par Jimmy Bain, jusqu'à ce que tout rentre finalement dans l'ordre. Dierks leur mentor et producteur attitré depuis pratiquement une décennie, impose de plus en plus ses directives et va transformer les sessions en d'interminables séances en studio, la production plus lisse de ce neuvième album, réalisée en digital, ne satisfaisant même que peu le leader du groupe. Le travail réalisé par le tandem Schenker/Meine est pourtant encore phénoménal, et les parties lead de Matthias Jabs y sont géniales. "Coming Home" qui aurait pu faire office d'introduction à l'album, "Bad Boys Running Wild", "Rock You Like A Hurricane" ou un "Big City Nights" encore plus efficace en concert, sont de très bons morceaux. Avec cette production de plus en plus ciblée grand public, le speed "The Same Thrill" n'a pas le même impact qu'un "Now!" sur "Blackout". Les autres titres moins fulgurants développent d'autres facettes, presque pop sur "I'm Leaving You" ou enivrante sur les mélodiques "As Soon As The Good Times Roll" et "Crossfire", qui précèdent le fameux slow "Still Loving You" un de leur plus gros succès, qui leur fait décrocher la timbale dans le monde entier.
Aidé de ses illustres prédécesseurs, "Love At First Sting" bat à nouveau tous les records, des pluies de disques d'or s'abattant sur des Scorpions qui sillonnent désormais la planète rock entière.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce ne sont plus des jeunots, eux qui ont sorti leur premier opus 11 ans plus tôt, c'est pourtant bien ici que les allemands de Scorpions deviennent des stars internationales d'un hard rock mélodique et accrocheur qui n'en finira plus de truster les charts des années 80. Il faut dire que Love at First Sting est une galette particulièrement bien troussée.
Dans les faits, l'album n'est pas très différent de ce que le quintet s'est mis en tête d'accomplir depuis le départ de leur soliste mystique et hendrixien, Uli Jon Roth, soit un hard rock mettant en avant des qualités mélodiques destinées à plaire au plus grand nombre sans, pour autant, trahir des bases établies dans les années 70. La différence ? Les compositions, bien-sûr !, parce que Scorpions n'a jamais été aussi immédiatement accrocheur qu'ici, jamais aussi accessible à un public à priori rétif à cette musique de chevelus houblonnés. Pour ce faire, toujours sous la direction de l'ex-"krauteux" Dieter Dierks, leur producteur attribué depuis In Trance en 1975 soit une 7ème collaboration studio consécutive qui se concluera avec l'album suivant, le décevant Savage Amusement. Bref, l'équipe est bien rôdée d'autant que le "petit dernier", Matthias Jabs, est là depuis 1979 et Lovedrive (où il était largement supplanté par un Michael Schenker revenant, comme chacun sait). Et puis les problèmes vocaux de Klaus Meine, qui dut se faire opérer avant les sessions du prédécesseur du présent, Blackout, sont bel et bien résolus entérinant un salutaire retour à la normal en plus d'une confiance retrouvée.
Et de sacrées chansons, donc, avec, en tête de gondole, les singles particulièrement savoureux que sont, dans l'ordre de l'album, Bad Boys Running Wild, Rock You Like a Hurricane, Big City Nights et, évidemment !, la trippante power-ballad qui fonctionnera si bien chez nous, Still Loving You. L'air de rien, c'est de quasiment la moitié de l'album dont il s'agit. Comme en plus les autres titres fonctionnent parfaitement d'un Coming Home au riff cousin de celui du Beat It de Michael Jackson, à un Coming Home démarrant tout en douceur mais s'énervant juste ce qu'il faut pour bien percuter l'auditeur, à un furieux hard-rocker tel que The Same Thrill, à un rocker mid-tempo de compétition tel que As Soon As the Good Times Roll, à, enfin, un Crossfire atypique et réussi avec sa rythmique en marche (heureusement pas trop) militaire, il n'y a plus qu'à applaudir une performance d'ensemble, d'une mise en son d'une remarquable clarté à une performance instrumentale d'ensemble pas exactement spectaculaire, Scorpions ne cherchant clairement pas à faire dans la démonstration, mais idéale pour le style de musique pratiqué.
Love at First Sting, n'en déplaise aux mauvais chagrins qui n'ont de cesse de débiner le Scorpions des années 80, est une sacrée galette qui, en plus, n'a pas pris une ride, par un groupe sûr de son fait et totalement à son aise.

1. Bad Boys Running Wild 3:54
2. Rock You Like a Hurricane 4:11
3. I'm Leaving You 4:16
4. Coming Home 4:58
5. The Same Thrill 3:30
6. Big City Nights 4:08
7. As Soon as the Good Times Roll 5:01
8. Crossfire 4:31
9. Still Loving You 6:26

Klaus Meine – lead vocals
Matthias Jabs – lead guitar, rhythm guitar (on tracks 6,7 and 9)
Rudolf Schenker – rhythm guitar, lead guitar (on tracks 6,7 and 9), backing vocals
Francis Buchholz – bass, moog taurus
Herman Rarebell – drums
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
THE album de légende du groupe, avec : "Rock you like a Hurricane", "Crossfire", "Coming home", etc. ; et le slow qui a poussé le monde entier dans une gigantesque transe de bonheur : "Still loving you".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2009
Scorpions s'ouvrait le monde avec trois hits sur cet album : "Rock You Like A Hurricane", "Big City Nights" et surtout "Still Loving You". Le son est plus polissé, les compositions moins rageuses même si elles gardent un certain mordant. Un album qui fait figure de classique pour le hard-rock des années 80!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 novembre 2016
Une fois de plus,un indispensable du heavy metal des 80's!Si bien sur "love at first sting" comporte "sly"(pour les intimes!),qui reste son plus gros succès à ce jour (2 millions de 45 t vendus en france!),ce disque n'en reste pas moins rock en diable!
Chant hautement maitrisé,duels de guitares,mélodies imparables et énergie contagieuse sont en somme tout ce que comporte ce classique.
Toutes les recettes du vrai metal en somme combiné sur un disque,pour un résultat imparable.
Même si le propos est déjà moins rageur que sur les albums antérieurs,il n'en reste pas moins un classique pour headbanguer,frissonner et se prendre une grande leçon de musique.Ni plus,ni moins.
Pas le meilleur,mais il est parfait à n'en pas douter!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2016
J'aime beaucoup cette nouvelle réédition de cet album. Il comprend le CD de celui-ci + en bonus un second CD LIVE et un DVD VIDEO. C'est vraiment génial. Emballage ok. Merci pour cette belle présentation. Je le recommanderai à beaucoup de monde. Cordialement. Yves
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2016
Que dire sur cet album ? 32 ans après sa parution, il n'a pas pris une ride et le son remastérisé le rend encore meilleur.
Les bonus sont intéressants, notamment le concert au Madison Square Garden.
Un classique de Scorpions à posséder absolument !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,87 €
16,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)