undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
14
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
10
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: DVD|Modifier
Prix:16,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il en va du SALAIRE DE LA PEUR, comme de LA MORT AUX TROUSSES, ou de RIO BRAVO... Même visionnés dix fois, quand on les commence, on est foutu ! Le récit nous séduit, nous attire, on est happé, coincé, et on reste jusqu'au bout !

On aurait pu citer aussi la HORDE SAUVAGE, dans le même genre, d'autant que le sublime western de Peckimpah commence par le même plan que le film de Clouzot : gros plans sur des cloportes, agacés par le bâton d'un enfant. Il y a d'autres points communs entre les deux films. Des héros fatigués fuyant la justice qui tentent le dernier coup pour gagner gros, le réalisme cru des dialogues... Les deux réalisateurs, des forts en gueule, n'étaient pas tendres avec le genre humain.

LE SALAIRE DE LA PEUR a connu un grand succès, et rapporté de nombreuses récompenses (Cannes, 1953). Dans un bled paumé d'Amérique du Sud, écrasé sous le soleil, des aventuriers ou repris de justice pitoyables, boivent à crédit en attendant du boulot. Quand un puit de pétrole s'enflamme, à 500 km de là, et qu'il faut convoyer de la nitroglycérine à travers la jungle, les vrais durs vont pouvoir se remonter les manches...

LE SALAIRE DE LA PEUR nous prend aux tripes immédiatement. Pourtant, pendant presque une heure, pas de camion ou d'aventures, mais seulement des types assis à boire, qui crachent leur haine de l'humanité et de la vie. Clouzot filme un homme lancer des pierres sur un chien, et dans le plan suivant, filme une femme à quatre pattes (Vera Clouzot), le décolleté ouvert, entrain de lessiver le sol, puis venant se frotter le visage à la main pendante de son amant, comme une chienne lèche la main de son maître. Flatteuse comparaison, mais Clouzot, on le sait, n'était pas un tendre.

La seconde partie du film, la plus célèbre, permet de suivre l'acheminement de la nitro, dans deux camions, jusqu'au puit de pétrole. Le rythme est lent (et pour cause !) et pourtant, chaque seconde est tendue, passionnante, crispante. Entre les virages à négocier, les précipices, les éboulements, le périple est plein d'imprévus, et la tension monte entre les chauffeurs, les caractères se découvrent, les haines, les rancoeurs explosent. Encore une fois, HG Clouzot se déchaîne contre ses personnages, concentrés de cruauté. Le film culmine avec cette scène éprouvante, dans une mare de pétrole, avec un Vanel noir et poisseux qui guide un Montand carnassier au volant.

LE SALAIRE DE LA PEUR, est un chef d'oeuvre, réalisé par un de nos metteurs en scène les plus virulents, qui a toujours su allier action (aventures, polar, espionnage) avec une vision extrêmement noire, désabusée, pessimiste de l'humanité. Ce film là est sans doute le plus cru, le sec, le plus cruel. Charles Vanel est impérial, passant du dur de dur à la lavette avec le même bonheur, il compose le tout et son inverse. Yves Montand est parfait aussi, bien que débutant encore comme comédien. Citons Dario Morenno dans le rôle du cafetier concupiscent. Souvent diffusé à la télévision, LE SALAIRE DE LA PEUR est un classique, qui n'a pas pris une ride, comme les autres grandes réalisations de Clouzot (LES DIABOLIQUES, QUAI DES ORFEVRES, LE CORBEAU)

PS : Le film a été colorisé. Les arbres et les treillis sont désormais d'un même ton verdâtre, les visages sont jaunes, comme les rochers, les contrastes ont disparu... Un massacre. Prenez votre télé commande et retirez ses couleurs délavées, pour retrouver le superbe noir et blanc d'origine.
1515 commentaires| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2010
Quatres hommes doivent transporter de la nitroglycérine dans deux camions et essayer d'arriver "entier" à destination. Si il y a cela va de soi un risque d'explosion durant toute l'expédition, c'est d'un tout autre genre d'explosions dont il est ici question. Surtout celle des sentiments entre des gens caractériellement différent qui surgissent à tout moment. Cocktail très serré de tensions avérées dans les endroits les plus risqués, un des poids lourd se trouvant même à un moment de parcours au bord de la route. Empoignades musclées quand l'énervement est à son firmament. Et la boue et le pétrole qui viennent s'en mêler et souiller les corps après les esprits échauffés. Aucun temps mort. Superbes déclinaisons des comportements du genre humain qui se révèlent à leurs vrais jours quand la terreur est au rendez vous. Mais aussi de la fraternité qui apparaît quand le plus terrible semble se dessiner. Mise en scène totalement impliqué et concentré et acteurs formidablements talentueux et concernés. Le film n'offre point de répits, c'est du suspens et de l'adrénalines à n'en plus finir. Du cinéma de la plus haute repectabilité quand il sait à ce point manier l'action, la psychologie et la réflexion. L'un des meilleurs cru de Clouzot.
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quand on voit la qualité des précédents commentaires on se dit qu'il va être difficile d'être à la hauteur.
Essayons quand même :
Notons d'abord que c'est un film que l'on prend plaisir à regarder une nouvelle fois, ou l'on découvre certains aspects qui nous avait échappé les premières fois. Yves Montand est splendide, impressionnant. Il offre un contraste avec Charles Vanel trahis par ses nerfs.

Comme les autres commentateurs l'ont remarqué c'est la deuxième partie du film qui est la plus palpitante avec le déplacement des camions chargés de nitroglycérine. La scène de la destruction du rocher bloquant la route est un moment fort du film. Le scénario du film est invraisemblable, la nitroglycérine à ma connaissance n'a jamais été massivement transportée à l'état liquide, car très tôt a été découvert le moyen de la stabiliser (ce qui a donné la dynamite). (Si je me trompe dites le moi)

Henri-Georges Clouzot ne présente pas dans ce film des super héros aux nerfs d'acier, aux réflexes de laser mais des êtres humains en chair et en os qui s'enfuient, qui tremblent, qui sont malades, qui sont écrasés par la peur, qui transpirent, qui sont mal habillés, qui s'emportent. Cette peur les acteurs nous la transmettent ainsi et l'on peut s'identifier à eux, ils sont humains, on tremble avec eux car on sent que ce ne sont pas des super-héros qui ne peuvent que s'en sortir.

Un sacré film ou l'on voit l'être humain dans toutes ses souffrances, ses faiblesses et sa grandeur.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2015
Une réussite captant parfaitement le contenu médiocre et crasseux d'un site misérable pourvu d'une poubelle humaine en fin de parcours attendant sous une chaleur accablante l'apparition d'une opportunité.
Une condamnation éternelle à tuer le temps dans un espace gigantesque, sans barreaux complètement démuni avec la faim, la lèpre, et les fièvres comme relationnel quotidien.
Constat alarmant sur un état dont l'occasion de l'anéantir s'avère encore plus négatif.
On quitte la perversité et l'oisiveté pour la lâcheté et la terreur sans espoir de découvrir la fin des tourments.
Un film exemplaire sur la misère intellectuelle et les incontournables transformations caractérielles d'esprits déchus de toute luminosité se débattant furieusement dans des évasions impossibles.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2002
Sans le sous et sans emploi, quatre hommes decident de conduire deux camions remplient de nitroglycerine vers un chantier de forage ou un puit de petrole est en flamme. Seul le chargement extremement explosif peut y mettre fin et avec le depart des camions debute un film captivant et dur ou les personages nous sont montres avec vigueur. Un film a voir sans faute pour les mordus de films cultes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2014
Très heureux d'avoir retrouvé ce merveilleux film en version DVD. Ce film est un monument du cinéma français où se rencontrent ces deux grandes pointures qu'étaient Yves Montand et Charles Vanel dans une histoire qui prend aux tripes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2013
un grand classique du genre, sur le comportement humain pour se sortir de la panade
MONTANT et VANEL sont au meilleur de leur forme.
A voir et à revoir
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2015
Objet performant et correspondant bien à la description et à l'usage que je comptais en faire. Cadeau apprécié par un collectionneur du genre.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2013
50 ans presque sans rides
l'intrique est toujours aussi palpitante et les décors dans le gard n'ont pas changé
j'habite à deux pas de l'endroit de tournage et c'est enchanteur.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce film est d'une si rare beauté qu'il participe à l'éducation de la vie.

Film éducatif ? Quelle niaiserie a priori ! Et pourtant. Ce qui est exceptionnel, outre le jeu grandiose des acteurs Yves Montant et Charles Vanel pour ne citer qu'eux, c'est bien l'attitude de l'homme face au risque, qui disséquée nous éduque.

Ce film est humaniste ! Bigre, déraillerais-je ? Je l'affirme cependant car l'homme qui veut progresser doit ne pas craindre affronter le risque et plus précisément, doit apprendre à maîtriser sa peur face au risque.

Faire passer un camion chargé de nitroglycérine qui transpire (explosif hautement instable) sur un pont en bois dont les planches craquent vous donnera la mesure de mon propos.

C'est pourquoi "Le salaire de la peur" est un film sur la vie.

Exceptionnel.
33 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici