undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire Cloud Drive Photos Rentrée scolaire nav-sa-clothing-shoes Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
58
4,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Au printemps 2002, deux albums allaient marquer l'opinion, dans des registres bien différents. Tout d'abord le retour très médiatique de Renaud après huit ans d'absence avec l'album "Boucan d'enfer". Et puis le premier essai d'un dénommé Vincent Delerm, inconnu au bataillon. Pourtant, ce jeune premier, poulain de "Tôt ou Tard" (label branché des années 90), nous entraîne en terrain connu, dans un univers plutôt familier. La voix monocorde et mal assurée nous rappelle celle de Miossec, l'ambiance musicale (piano et cordes) fait songer à Thomas Fersen et William Sheller. Et puis le patronyme, évidemment... Le jeune chanteur n'est autre que le fiston de l'écrivain Philippe Delerm, poursuivant ainsi la longue tradition des "fils de" (Souchon, Chedid, Higelin), liste qui ne cessera de s'allonger au fil des années, jusqu'à la nausée. L'écriture, enfin, empreinte d'une sensibilité post-adolescente, allie la technique du name dropping à une certaine culture littéraire (comme Alain Souchon et Yves Simon avant lui). Rien de très original, me direz-vous. Pourtant, la conjoncture fera de ce disque un vrai phénomène générationnel, et les trentenaires bobos cultivés qui vivent encore chez leurs parents se reconnaîtront sans problème dans les chroniques douces-amères du fils Delerm. Le premier titre, "Fanny Ardant et moi", ragtime assez irrésistible, plante le décor parisien, étudiant et cinéphile du jeune garçon, très marqué par la Nouvelle vague. Un univers cohérent, décliné tout au long du disque, à travers des histoires de garçons et de filles oisifs qui se séduisent dans des chambres d'étudiants ("L'heure du thé"), pendant une pièce de théâtre ("Le monologue Shakespearien"), ou devisent dans des cafés chics ("Slalom géant"). Mais ce qui fait la différence, c'est cette acuité dont fait preuve Vincent Delerm quand il croque la société d'aujourd'hui, celle des parents anciens soixante-huitards qui se mettent au diapason de leurs grands enfants ("Tes parents"), ou ces portraits de vieux ados un peu paumés qui n'arrivent pas à grandir ("Catégorie Bukowski"). Enfin, et surtout, il faut avouer que la narration de ces petites chroniques fait souvent preuve d'une grande originalité: le dialogue de "La vipère du Gabon", le duo de "Cosmopolitan", ou la lettre de "Chatenay-Malabry" donnent un relief supplémentaire à des textes déjà très aboutis.
Difficile d'évoluer quand on a d'emblée trouvé son style. Vincent Delerm en fera l'amer constat avec ses albums suivants, où il ne fera que décliner une recette très vite éculée. Mais son premier disque n'en demeure pas moins un petit bijou qui a marqué son époque. Et comme dirait maître Souchon, c'est déjà ça...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2002
Vincent etait deja tres bon sur scene (jusqu'a fin mai a l'Europeen) : son album sort enfin, pour notre plus grand plaisir. Il continue a nous emouvoir avec sa voix fragile, et ses textes, droles, justes. Ajoutons des arrangements riches et accordes a l'ensemble...
A ecouter, reecouter... et a voir en concert !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2003
Il est rare quand on achète un CD au hasard, que celui-ci soit une vraie révélation, et pourtant, Vincent Delerm, dont j'ai acheté l'album après n'avoir entendu qu'une fois Le Monologue Shakespearien, est de ces artistes dont on ne lasse jamais... Magique, poète, tendre et drôle, un album qu'on écoute et réécoute sans jamais se lasser... Une vraie future star, un parolier de génie, qui malgré l'accueil déplorable du public place du champ de mars le 21 juin dernier a su rester grand. A acheter d'urgence, et à écouter (en boucle) autant que vous voudrez!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2003
Je faisais écouter ( à l'aveugle comme on déguste le vin) à une amie qui ne connaissait Vincent Delerm que de nom les paroles mélancoliques de Chatenay Malabry, et elle a eu la même réflexion que moi en écoutant ses chansons pour la première fois: une reconnaissance immédiate, instinctive, dans les chansons du fils des traits de son père: la mélancolie bien sûr, l'humour, et le talent. Exemple unique à ma connaissance de transmission chromosomique d'un rare bonheur avec les mots.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 février 2005
Que dire à part que les deux album sont géniaux, que j'aime autant la musique que les paroles. Certaines me font mourire de rire et d'autre me font pleurer à chaque fois que je les ecoute... Vraiment s'il y a bien un chanteur francais de la nouvelle génération qui merite une place d'honneur c'est bien Vincent Delerm!!!! franchement cette voix... douce et envoutante me fais vibrer à tout les coups. A quand le prochain???? merci en tout cas de nous aporter autant d'émotions.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2002
Vincent etait deja tres bon sur scene (jusqu'a fin mai a l'Europeen) : son album sort enfin, pour notre plus grand plaisir. Il continue a nous
emouvoir avec sa voix fragile, et ses textes, droles, justes. Ajoutons des arrangements riches et accordes a l'ensemble...
A ecouter, reecouter... et a voir en concert !
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2002
Post Valérie Lemercier, Vincent Delerm, avec humour, dans un album concept sans prétention mais ex-centrique au sens strict de ce mot, nous emmène de son salon à Avignon, et on ne fera pas faux bond au dénouement delermien, ça non. Fabienne J., musicienne anonyme déclarait récemment, bien installée, les pieds sous la table: "la musique c'est en avoir plein les mains, c'est une sensualité ancestrale qui ne supporte pas les apports technologiques." Delerm joue du piano, point c'est tout.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2003
J ái découvert VD par les commentaires sur amazon.fr, parce qu`il est absolument innconnu ici (peut-etre ca changera?). Certainement de la musique très francaise, mais aussi géniale dans sa production pas exagérée, les compositions élaborées et les paroles. La voix et fragile et très agréable, comme un couvert de velours. En tout cas un disque unique et très très bon.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2004
On ne se lasse pas des melodies rythmees retro, des orchestrations si pertinentes, et surtout pas de ses textes d'un humour et d'une delicatesse exquise : a ecouter en boucle, pour s'en sursaturer
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2002
ce disque est un veritable présent, une offrande de Delerm aux mots, à la Musique, et aux silences aussi. Des mélodies veloutées, douce-ameres a mes oreilles, des textes a l'humour fin, caustique... quelques notes que les musiciens, les poètes et tous les autres pourront apprecier à leur juste valeur. Un seul défaut à cet 'ouvrage' : trop court !!
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,00 €
9,46 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici