undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles
10
3,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,79 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Malgré les commentaires peu encourageant sur ce 6éme album de ozzy,ce "rest for the wicked" est géant!Aprés 2 disques (excéllents)plus "fm" dans l'approche musicale,ce skeud est un retour au heavy pur et dur.Au revoir les ballades(méme si une n'aurait pas dépareillée),bonjour la claque qui vous met à terre au cours des 9titres(11 avec les bonus) de ce pavé.On sent ozzy remonté comme un coucou suisse,et l'arrivé du killer ZAKK wylde n'est surement pas étrangére au coté trés "in your'face" du disque.Quelques classiques sonts aux rendez vous:"miracle man""crazy babies""breakin'all the rules"et le fantastique "fire in the sky".Mais les autres morceaux sonts tout aussi bons,et remplis de riffs plombés et heavy à souhait.à noter une pochette bien ténébreuse comme on aime chez le "madman" et qui pour moi donne le ton de l'album.Alors certe la prod' n'est pas au top...mais on s'en fout!Quand la musique est bonne c'est l'éssentiel...et elle l'est!Un album génial qui 26ans aprés sa sortie mériterait plus de considérations tant il déchire.Merci mr osbourne!!!
44 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2012
No Rest for the Wicked est le genre d'album qui laisse une impression mitigée ; d'abord, le son n'est pas terrible. C'est pas inaudible, mais à une époque où les productions US étaient super léchées, le mixage ici, est franchement raté.
Et puis dans l'ensemble, les compos ne sont pas extraordinaires, ca manque de fluidité, presque de maturité, on a souvent plus l'impression d'entendre le premier disque d'un jeune groupe que le énième album d'Ozzy et ses 20 ans de carrière ; le chant manque un peu d'inspiration et les amateurs de belles melodies n'y trouveront pas leur compte non plus. Pourtant, No Rest for the Wiked ne manque pas de bonnes idées, mais elles sont parfois utilisée de manière trop maladroite ou démonstrative.
Toutefois ce disque n'est pas du tout à jeter, ni même à oublier. On y fait la connaissance d'un jeune et fougueux guitariste dont l'usage abusif et jouissif des harmoniques est déjà sa marque de fabrique ; sans parler de ses riffs, pour certain géniaux et solos endiablé. La section rythmique est bien bonne, on est ici dans du Heavy pur et dur, ça ne rigole pas. Claviers et effets sont plutôt bons et n'ont pas si mal viellis (on retrouvait les mêmes chez plein de groupe de black, 10 ou 15 ans après). Et puis rien que pour certain morceaux comme Crazy Babies et son super riff, cet album mérite d'être écouté. Ok c'est pas le meilleur, mais il n'est pas mauvais non plus, donc faut pas se priver.
13/20
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2016
Quel bonheur aujourd'hui, de réécouter ce No Rest for the Wicked, toujours magistral après vingt-deux ans d'écoutes. A sa sortie, celui-ci fut pourtant descendu par la presse généraliste, laquelle considérait le Madman comme un artiste fini. Etonnant quand on sait à quel point ce brulôt a préparé le terrain des succès gigantesques des 90's; vous savez l'ère de No More Tears et des Ozzfest!

Si Jake E.Lee, six-cordiste du groupe n'a jamais démérité, force est d'admettre qu'après Bark at the Moon, le clan Osbourne s'est retranché dans une routine dangereuse. Comme le dit l'adage: ce qui n'avance pas...
Pour remédier à cet état de fait, Ozzy auditionne quelques guitaristes et déniche la perle rare: un certain Jeffrey Phillip Wielandt alors agé de vingt ans. L'inconnu se fera désormais connaître sous le nom de Zakk Wylde: une légende est en marche.

La formation comprend donc Ozzy, Wylde, l'inoxydable Bob Daisley à la basse, Randy Castillo (1950-2002 R.I.P) derrière les futs et John Sinclair aux claviers. L'ensemble des compos est composé collégialement et c'est sans doute le point fort de cette délicieuse galette: l'audace du jeune gratteux est parfaitement encadré par cette équipe de cadors, tous vétérans chevronnés partis enregistré à Los Angeles.

N'étant pas musicien, il est difficile pour moi d'exprimer ce qui me semble être un des atouts majeur de ce disque. Si seulement je pouvais vous parler phrasé, reverb, écho et compagnie, j'approcherais probablement plus de la réalité. Toujours est-il qu'à moins d'être sourd comme trois pots de chambre, il me semble évident qu'on assiste à la révélation d'un des plus authentiques guitar-Heroes portés par notre époque! Quel toucher, quelle science du riff!! Le doigté du guitariste, d'une précision millimétrique, est au service d'un renouveau, d'une oeuvre profondément originale, ne se contentant nullement de singer les Monstres Sacrés Tony Iommi et Randy Rhoads.

Ozzy n'est pas en reste et il semble bien que sa voix est un peu mieux "préservée" qu'à l'habitude. Tout ou presque frise la perfection sur ce disque inattendu, voire inespéré. Bien sur, on peut discuter sur l'intérêt du titre bonus Hero qui manque un peu de pêche, arguer qu'un Fire In The Sky aurait davantage convenu sur The Ultimate Sin, l'album précédent. Ce serait faire fi du niveau d'interprétation de ce line-up qui se met réellement en quatre pour nous faire partager son envie. Pas l'ombre d'une balade, où est le problème? Il y en aura d'énormes sur le prochain album!

J'ai écrit qu'il s'agit d'un brulôt; bien, bien, je me répète. La créativité, la vitesse, l'esprit Rock'n'Roll rencontrés ici me laisse tantôt pantois, tantôt ... sur mon séant! Miracle Man ouvre les hostilités avec un lot de promesses bientôt tenues haut-la-main: production assassine, riff de plomb, mix vocaux tournés vers la modernité, solo exceptionnel, tout y passe. Le classique Crazy Babies ne déroge pas à cette approche. Il n'y a pas vraiment de baisse de régime au sein de cette oeuvre vraiment intense. Le superbe et démoniaque Bloodbath In Paradise -quel joli titre!- s'ouvre sur une incantation méphitique bien délirante, tellement typique du Madman. Autre exemple des qualités décrites ci-dessus, le fulgurant Tatooed Dancer, le titre le plus rapide du répertoire d'Ozzy, je ne sais?

Osbourne a en tout cas sorti sa plus belle plume pour nous sortir des textes, souvent clichés (Devil's Daughter), mais animés d'une sincère envie de partager ses convictions. Ainsi, Miracle Man balance ses vérités à la face d'une Amérique spectatrice du "télévangélisme". Demon Alcohol évoque le dépassement du stade Suicide Solution, grâce à son épouse Sharon.

No Rest for the Wicked est le maillon qui rallie Ozzy à son passé glorieux, tout en le tournant vers un avenir prometteur. Zakk Wylde et ses soli impétueux y sont assurément pour quelque chose, cela ne fait pas l'ombre d'un doute. Pour ma part, j'invite tout les férus de Metal à essayer ce trésor, qu'ils apprécient ou non Ozzy. Il s'agit tout simplement d'un monument.

Nota bene: Sur le clip de Miracle Man, vous pouvez voir Geezer Butler tenir la basse. Il est également présent sur la session de photo promotionelle. Il n'a pas du tout participé à l'enregistrement et à l'écriture mais est simplement venu remplacer Bob Daisley pour la tournée.

Par choahardoc pour Spirit of Metal
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2016
l' une de mes plus grandes joies, pour ce qui concerne le heavy rock, le hard rock, nommons le comme on voudra, fut le départ d'ozzy Osbourne de BLACK SABBATH... Je ne le supporte pas. Le personnage ridicule egorgeur de colombes ou de chauves souris, sa voix miaulante à la limite (je suis gentil) du faux... Etc... Ses premiers albums solos aux pochettes plus ridicules les unes que les autres ne m' ont pas poussé à chercher plus loin... Les critiques non plus...car j' ai toujours l' impression, quand je lis une chronique de l' un de ses disques, qu' on parle de tout (les compositeurs, la musique, le talent fou des requins de musiciens qui l' accompagnent, le son...) sauf d' Ozzy lui même !? Je le concède, Osbourne a toujours eu la chance d' être entouré de monstres sacrés... Le regretté et diabolique Randy rhoads , en tête !
J' avoue avoir eu un coup de cœur, plus tard, pour "no more tears " et "ozzmosis "... Mais certainement pas pour Ozzy, quoique moins irritant sur ces deux disques...
Le pompon du mauvais revient a "under cover ", album de reprises massacrant tout ce qui bouge, de King crimson a Lennon, et surtout les stones, sur un pitoyable "sympathy for the devil "... Et ce "no rest for the wicked"...
Je le réécoute aujourd'hui, et je crois que j' ai rarement entendu quelque chose d'aussi mal produit et... Carrément mauvais... Pourtant, j' avais été appâté, a l' époque , par l' arrivée de ZAKK WILDE... Dont la presse vantait tant les mérites guitaristiques... Le nouveau Randy rhoads, qu' ils disaient !
Le nouveau blondinet est bon, c'est sur... Mais pourquoi ce surdoué en fait il des kilos à la seconde ??? Les morceaux ne sont déjà pas bons, là ça devient inaudible !!! Strident !!!
Heureusement pour les fans, il se rattrapera... Et surtout ailleurs que chez Ozzy !!! Ouf !
Je respecte Ozzy... Je n' aime pas mais je respecte... Mais pas ici !!! Album naze ! Des années après, ça ne s' est pas bonifié ! Désolé !
Note ? À quoi bon ? Je laisse celles et ceux qui aiment Ozzy (voire cet album...) l' évaluer... Je ne suis pas assez objectif. Mais j' avais quand même envie de dire ce que j' éprouve sur le sujet !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sorti il y a 20 ans, "No Rest for the Wicked" est une étape importante dans la carrière de notre cher Ozzy et je l'affectionne tout particulièrement. Faisant suite à deux albums "Bark at the Moon" et "The Ultimate Sin" plus inégaux (malgré la présence de quelques titres forts devenus des classiques), ce disque marque de par son côté plus sombre et heavy.

Cela est certainement dû à l'arrivée d'un jeune prodige de la guitare, inconnu à l'époque du haut de ses 21 ans, j'ai nommé Mr. Zakk Wylde. C'est simple, cet album est une succession de riffs et soli absolument monstrueux comme on n'en avait pas entendu depuis la disparition tragique de Randy Rhoads. Aujourd'hui, Zakk est toujours présent quand le père Ozzy arrive à rassembler ses forces pour se rendre en studio ou sur la route. Le reste du groupe se défend pas mal non plus avec Geezer Butler, ancien compère du madman lors des années Black Sabbath, à la basse et Randy Castillo à la batterie.

Les titres font mouche et on se prend une série d'uppercuts bien sentis avec "Miracle Man", "Devil's Daughter", "Bloodbath in Paradise" ou "Demon Alcohol". Au final, l'un des albums les plus rythmés et heavy du mangeur de chauve-souris. Notons tout de même que la production n'est cependant pas à la hauteur... le son est un peu pateux, il manque de relief et de puissance, dommage. Cette faute sera rattrapée avec l'album suivant, le supérieur et impeccable "No More Tears" qui marquera l'apogée de la collaboration Ozzy/Zakk Wylde. Mais ceci est une autre histoire...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
no rest for the wicked est un album qui contient pas mal de classiques dont miracle man, bloodbath in paradise et hole in the sky, entr'autres (je dois oublier un ou deux autres titres) mais le point noir de ce disque, c'est le chant approximatif d'ozzy par moment, et surtout la façon dont il est mixé sur l'album.
le chant est un peu trop fort et mal fondu dans le mix global, et quand on est rentré dans la discographie d'ozzy par le grandiose no more tears (la meilleure porte d'entrée qui soit!), la comparaison n'est guère flatteuse pour no rest for the wicked.
toutefois, après quelques écoutes, ce disque moins immédiat et moins "bombastic" que son glorieux successeur, se laisse apprivoiser et apprécier. il faut juste s'acclimater au chant d'ozzy qui varie en qualité parfois au sein du même morceau.
bon, ozzy n'est pas (re)connu pour la justesse de son chant mais pour son timbre unique en son genre, et surtout...
surtout il y a le groupe qui assure derrière, dont zakk wylde qui illumine no rest for the wicked de sa classe de guitar hero.
au final, un album pas mal qui vaut bien un 3,5/5
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juillet 2007
NO REST FOR THE WICKED est sorti en 1989 et marque l'arrivée du grand guitariste ZAKK WYLDE qui signe de son emprunte si particulière cet album. C'est après avoir essayé plusieurs guitaristes pour tenter de remplacer RANDY RHOADS qu'OZZY a déniché la perle rare et ne s'en ai jamais séparé. Les titres sonnent très brut et sont de qualité inégale. Les riffs de WYLDE sont puissants (CRAZY BABIES, MIRACLE MAN ) et la voix d'OZZY toujours si géniale.C'est un très bon album à redécouvrir pour les nouveaux fans et pour les autres.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J avais alors 15 quand je découvre cet album, j ecoute déjà du metal depuis 5 ans les grands, les classiques, et Ozzy m impressionne avec ses tubes heavy et que dire de ce soliste fou un peu comme Steve vai sur eam t smile, la claque un truc de dingue, et maintenant avec mes 38 ans et mes 500 et quelques album je fais quelques retours en arrière, et c est le cas aujourd hui et quelle baffe toujours en 2011. Même avec un son moins bon l album déchire tout a toutes époques. Un must.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ozzy a beau renier "Ultimat sin", il ne me fera pas dire que "No rest for the Wicked" lui est supérieur.
Pour commencer, Ozzy reconnaissait lui même, à la sortie de ce disque, qu'il avait dû s'y reprendre à deux fois pour sortir cet album (le travail de production effectué sur celui ci ayant été complètement foiré). Du coup, même après avoir reconfié les bandes à Keith Olsen, le producteur, s'il réussit a sauver cet album d'une mort immédiate (en nettoyant les pistes du mieux qu'il put), ne parvint pas a rendre le mixage final moins brouillon qu'il ne l'est.
Du côté des morceaux, là non plus le compte n'y est pas. Ce n'est pas faute d'avoir recruté un très bon guitariste. Mais justement ! Cet inconnu de 21 ans, devant cette chance inespérée d'endosser le rôle si convoité de guitariste d'Ozzy, commet l'erreur du débutant: En faire (presque) des tonnes. Sur des morceaux truffés de bonnes idées, mais qui sont elles aussi souvent mal exploitées, ce disque a le mérite d'au moins une chose: La découverte d'un guitariste en devenir. Zakk Wylde le bien nommé.

10,5/20
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2013
"No rest for the wicked" est donc le premier album de l'ère Zakk Wylde.
Le résultat de la prestation est satisfaisant dès l'entame de "Miracle man", un titre du madman comme on les aime avec un solo digne de la tradition des illustres prédécesseurs que sont Randy Rhoades et Jack E. Lee.
Néanmoins, si la nouvelle recrue s'est parfaitement adaptée , c'est plutôt du côté des compositions qu'il se trouve un moins bien.
En effet, les mélodies sont moins présentes et certains titres ont un côté répétitif assez lassant, ("Crazy babies" par exemple et son "walk that talk" dans le refrain assez désuet).
Du coup, l'ensemble y perd dans le côté émotionnel qui subsistait dans la plupart des titres des albums précédents, seuls "Breaking all the rules" et "Fire in the sky" sont dans cet esprit.
"No rest for the wicked" n'est pas un mauvais album d'ozzy (Dieu sait qu'il pourra faire bien pire après), mais annonce pour moi un déclin qui ne fera que se confirmer par la suite avec une série d'oeuvres qui prendront largement moins aux tripes que la période Randy Rhoades et Jack E. Lee.
Ajoutons pour l'anecdote l'apparition de Geezer Butler dans les photos et le clip "Miracle man" mais qui pourtant ne figure pas dans les crédits, Bob Daisley y tenant le poste.

Mes titres préférés : "Miracle man", "Breaking all the rules".

Note : 13/20
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
9,97 €
15,60 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)