undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Selon moi, Arthur Rubinstein explora plus profondément le paysage affectif de ces "Polonaises" qui ne sont pas que terrain de bruits de guerre et de climats révoltés.

Malgré des ressources poétiques me semblant moins évidentes, la fulgurance de Pollini cristallise les épanchements martiaux par une transparence instrumentale qui leur évite la trivialité.
La main gauche érige des fondations ou fabrique des grondements qui restent toujours lisibles (tel l'opus 40 n° 2). La droite se montre attentive à galber les lignes de chant.
Pousser le clavier à l'éloquence sans alourdir l'expression : éclatante démonstration dans la célèbre « la bémol majeur ».

Pour compléter sa compréhension des "Polonaises", il est nécessaire de faire infidélité à ce disque : avec S. François, A. Harasiewicz, S. Askenaze ou A. Brendel (si si, chez Vanguard) pour citer quelques approches complémentaires.
Mais on doit admettre tout aussi nécessairement que l'éclairante maîtrise polyphonique du pianiste italien ne fut guère égalée depuis trente ans que nous admirons cet anthologique récital, qui méritait bien un report en SACD.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

36,65 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)