undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
7
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,63 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Philip Glass ne s'est jamais inscrit dans un dogmatisme ou enfermé dans une école avec des adeptes-courtisans.
Je ne suis pas forcément un inconditionnel du style répétitif hyper minimaliste comme dans l'opéra Einstein on the Beach, et encore, il faudra que je travaille le sujet... en profondeur.

Dans Metamorphosis, le compositeur a fait évoluer son style dans une approche moins théorique et plus émotionnelle. Si la main gauche assure la cohésion rythmique et obsessionnelle de chaque pièce (et encore pas en continue), la main droite développe des phrases mélodiques délicates, une forme de clair-obscur. Ce n'est ni triste ni gai, mais étrange, poétique et secret. Il faut préciser que les pièces 3 et 4 ont été écrites pour accompagner une mise en scène théâtrale des métamorphoses de Kafka.
Écoutées trop distraitement, ces mélodies sembleraient-elles lancinantes ? Elles ne le sont absolument pas. Le discours semble toujours vouloir suivre son cours métronomique, mais celui-ci est régulièrement interrompu par des phrases inattendues et rêveuses. Bien entendu, le fait que le compositeur, excellent pianiste, interprète sa musique est un atout. Qui mieux que lui peut descendre au fond de l'âme de cette onde sonore, de ces lumières brumeuses.
Tous ceux ou celles qui aiment les musiques un rien nostalgiques, mais dépourvues de gravité, devraient à mon sens aimer ce cycle d'une trentaine de minutes découpé en 5 parties. C'est tout sauf lugubre, mais alors vraiment pas !! Idéal pour méditer..

Mad Rush qui complète l'album est une longue pièce méditative écrite à l'origine pour l'orgue, puis transcrite au piano. Elle a été écrite à l'occasion d'un discours prononcé par le Dalaï Lama à New York en 1979. On y retrouve le style des metamorphosis.

Enfin Wichita Sutra Vortex, la pièce qui clôt cet album est une musique destinée à accompagner un texte du poète et ami Allen Ginsberg. Un musique très virtuose voire halluciné dans le développement central. Glass adaptera le long poème "Plutonium Ode" dans sa symphonie N° 6 éponyme pour soliste et grand Orchestre, une œuvre plus ambitieuse montant les liens étroits entre l'écrivain et le compositeur.

La soirée de février 2011 avec Patti Smith récitant des textes de Ginsberg accompagné par Philip Glass et Lenny Kaye, Salle Pleyel, reste un grand moment de mélomane de ces dernières années.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Grand fan de musique pop, il était peu probable que mes pas me mènent vers les œuvres de Philip Glass. C'était sans compter sur la série Battlestar Galactica, grand monument pop, qui sort au détour d'un épisode de la saison 2 le début des Metamorphosis du compositeur qui nous intéresse ici.
Totalement pris par cette musique, je me suis rué sur internet pour en découvrir l'interprète de ce que je pensais être le début d'une fantastique chanson pop. Car oui, je n'ai pas vu en Philip Glass un compositeur classique, mais un auteur de pop mélancolique. Après la surprise qui consista à me rendre compte que cette musique ne s'accompagnait pas de chants, je me rendis compte que la musique était de nature répétitive et sujet à des divagations diverses et variées, avec des intensités dans les sons et dans l'approche rythmique tout à fait hallucinante. Faite de mélodies simples et revenant à intervalles réguliers, la musique de cet album se construit comme une chanson pop couplet-refrain, avec des montées magistrales.
On découvre cette musique comme on découvre la Pyramid Song de Radiohead, avec émerveillement et des frissons dans le dos. Rarement musique est allée autant à l'essentiel, en se dépouillant des notes en trop, en en ajoutant quand cela s'avère nécessaire et en donnant un rythme vital.
A part dans la fin de l'incroyable série Six Feet Under, jamais mélancolie n'a autant rimé avec vie.
Une fois passé le choc Metamorphosis, c'est le splendide MadRush qui vient à bout des réserves lacrymales de l'auditeur qui ne peut qu'être totalement envouté par cette musique qui semble si facile d'écoute et qui se révèle pourtant si complexe. Enfin, c'est sur Wichita Sutra Vortex, musique écrite pour servir de fond à la lecture d'un texte d'Allen Ginsberg, c'est sur cette musique que s'achève ce chef d'œuvre (n'ayons pas peur des mots) de la musique moderne, à la fois classique et pop et en même temps ni classique, ni pop, avec pied dans la beat generation de Ginsberg.
A écouter en boucle pour en découvrir les méandres.
0Commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour qui veut découvrir progressivement la musique de Philip Glass, cet album est délicieux, une merveille à écouter. C'est une musique intimiste qui touche droit au coeur et à l'âme humaine. Rien n'est comparable à cet égard que la beauté du morceau "Metamorphosis two". Ce morceau, comme d'autres de cet album, apporteront à l'auditeur un bonheur rare. Heureux l'auditeur qui s'apprête à l'écouter pour la première fois. Cette musique, apparemment répétitive, faussement simple, se métamorphose avec délicatesse. Après plusieurs écoutes, on ne s'en lasse aucunement et on aspire simplement à la réentendre comme la première fois.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Philip Glass (1937…) Solo Piano/Philip Glass : Métamorphoses/Mad Rush/Wichita Sutra Vortex
Né à Baltimore, Philip Glass est un musicien et compositeur de musique contemporaine. Il est à l’origine avec d’autres compositeurs du mouvement appelé « répétitif ». Sa musique minimaliste nous offre un bel exemple de l’envoûtant étirement d’un temps immobile.
Philip Glass a par la suite fait évoluer son style pour des compositions plus classiques alliant l’harmonie et le contrepoint. Il a composé des opéras, des symphonies, des concertos et des musiques de film.
Une musique intimiste.
Metamorphosis fut composé en 1988 pour accompagner l’œuvre de Kafka mise en scène en théâtre.
Mad Rush fut composé à l’occasion de la visite du Dalaï Lama en 1981 à New York puis joué pour accompagner le ballet Mad Rush.
Wichita Sutra vortex évoque le souvenir d’une rencontre avec le poète Allen Gingsberg.
La musique de Glass au style très personnel peut lasser au bout d’un certain temps d’écoute d’où l’intérêt de l’écouter par petite dose pour l’apprécier vraiment.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour cet album en solo, le compositeur américain Philip Glass nous offre quelques « Métamorphoses ». Variations simples et envoûtantes, ces mélodies font résonner le coffre magique du piano de tonalités intimes, jouant sur les antagonismes entre musique sérielle et lyrisme.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2012
Ce disque est intéressant quand on veut l'idee de l'oeuvre
à jouer avant de travailler le morceau
mais Glass ne sera pas le meilleur pianiste
à jouer ses propres oeuvres,
j'oserai dire tout comme Rachmaninov les siennes !!
et j'aime beaucoup la musique de Glass.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2015
Un peu hypnotique, très caractéristique des œuvres de Philip Glass. Piano seul, une sonorité qui nous transporte vers la méditation.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,43 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)