Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici TopNYP Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
70
4,7 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:22,26 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 septembre 2017
Le much est de qualité correcte mais n'a rien à voir avec celui de la photo. Dominante blanche et logo complètement diffèrent et noir. Déçue par cet achat car non conforme à l'article présenté.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tous les superlatifs ne suffisent pas à décrire cette pierre angulaire du rock, qui n'a pas pris une ride 30 ans après... Ce disque est un enchainement de hits imparables d'un bout à l'autre : depuis le légendaire "Hell's Bells" en passant par "Back In Black", jusqu'à l'imposant "Have a drink on me", cet album est à mon goût le meilleur AC/DC à ce jour. Rythmiques marteau-piqueur, riffs de génie à la fois simples et évidents, vocaux énervés d'un Brian Johnson qui reprend-là le flambeau mythique du regretté Bon Scott : un défi relevé avec brio. Back in Black est une pure merveille de Hard Rock'n Roll... ni violent ni mou, on est dans le renouveau d'un groupe-phénix qui renait de ses cendres alors que tout le monde le donnait pour mort... Préparez votre pied à taper dur, ça groove sévère !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2015
j'ai le vrai en 33 tours de l'époque le son est bon en cd
donc je vous le recommande vraiment .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2017
CHRONIQUE DE THIERRY CHATAIN MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 107
Dans le troisième chapitre, verset 24, des tables de la loi rock telles que le Créateur les a transmises à Elvis, il est écrit en lettres de feu : C'est dans l'adversité que l'on distingue les hommes, les vrais. Peu de groupes mieux qu'AC/DC ont su vérifier la justesse de cette maxime impitoyable. Lorsque les Australo-Ecossais s'envolent pour les Bahamas en avril 1980 afin de mettre en boîte, aux studios Compass Point, le successeur du fameux Highway To Hell, le moral n'y est pas. Bon Scott, leur gargouille chantante, vient en effet de passer l'arme à gauche quelques semaines auparavant en s'étouffant dans son vomi, ivre mort. Assez d'excès : décès, pensent les mauvaises langues, croyant être débarrassées du groupe. D'autant que le nom du nouveau vocaliste n'incite pas à l'optimisme. Brian Johnson n’a pour toute référence qu'un modeste passé de leader de Geordie (dur, dur, d'être un clone au rabais de Slade). Pourtant, quand paraît Back In Black, il faut se rendre à l'évidence. Le coup du sort qui a frappé le quintette, loin de l'affaiblir, lui a donné une maturité nouvelle, une densité inattendue. Et l'album apparaît à la fois comme un hommage évident à Bon Scott, du titre au tocsin funèbre qui ouvre Hells Bells, prolongement post-mortem à Highway To Hell, en passant par la pochette noire et gaie comme un faire-part, mais également comme un exorcisme. Brian Johnson, sur la sellette, prolonge le style vocal rugueux de son prédécesseur, sans originalité excessive certes, mais sans démériter non plus. Les chansons du groupe, moins joyeuses et insouciantes qu'à l'accoutumée, sont empreintes d'une tristesse sourde et dopées par une hargne qu'on peut identifier comme l'énergie du désespoir. Surtout, Angus se fend de quelques-uns de ses chorus les plus échevelés, sur une trame qui n'est pas sans évoquer parfois les Who de Live at Leeds (il suffit d'écouter le pont de Shoot To Thrill). Quant à la production carnassière de Robert Mutt Lange, elle inciterait presque à lui pardonner sa collaboration avec Billy Océan, roitelet du faux funk sirupeux. Le benjamin des frères Young peut bien continuer à revêtir ses culottes courtes de collégien anglo-saxon, nul ne peut plus le prendre pour un gamin après l'état de grâce de Back In Black.

Vous avez aimé ce disque ? Ces titres pourraient vous intéresser :
1976 - High Voltage
1976 - Dirty Deeds Done Dirt Cheap
1977 - Let There Be Rock
1978 - Powerage
1978 - If You Want Blood, You've Got It
1979 - Highway To Hell
1982 - For Those About To Rock, We Salute You

Dans ce numéro de R&F nous aurions aimé lire la (les) chronique(s) de (1980) :
Bernard Lavilliers - O'gringo
Black Sabbath - Heaven And Hell
Fleetwood Mac - Live
Rory Gallagher - Top Priority
Ted Nugent - Scream Dream
Thin Lizzy - Black Rose
UFO - Strangers In The Night
Whitesnake - Live...In The Heart Of The City
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2014
Back In Black, sorti en 1980, est le premier album avec le « nouveau » chanteur, Brian Johnson. Celui-ci a déjà eu l’occasion de se faire connaître au travers de son précédent groupe Geordie (que je recommande si vous aimez son style). Back In Black est le premier album sorti au lendemain de la mort de Bon Scott… Et quel meilleur remède pour ACDC que de se remettre au boulot ? Surtout quand on est accompagné de « Mutt » Lange, encore une fois !

Et ça commence fort avec « Hells Bells ». Avec sa monstrueuse cloche en introduction, ce titre n’est ni plus ni moins qu’un bulldozer. Efficace, mélodique, rock’n’rollesque à mort, « Hells Bells » reste un monument qui s’apprécie tout aussi bien en live.
« Shoot To Thrill » enchaîne, tambour battant. Ce titre, sans grande prétention, arrive quand même à nous faire aisément taper du pied tout au long de ses 5 minutes. Et on a même un petit break basse-batterie sur lequel les guitares rentrent chacune leur tour pour boucler le morceau en beauté.
Le troisième titre « What Do You Do For Money Honey » perd en originalité. Le riff semble directement inspiré d’« High Voltage » et avec son refrain un peu trop appuyé, l’ensemble n’est pas vraiment terrible.
« Give The Dog A Bone » est le quatrième titre. Tout comme le précédent, il ne présente que peu d’intérêt.
« Let Me Put My Love In You » et son riff mid-tempo est l’une des surprises du titre. Avec ses paroles (on ne va pas vous faire un dessin ) et sa guitare intelligemment placée, un refrain avenant, on lorgne plutôt du côté de Whitesnake. C’est en tout cas l’impression que j’ai à chaque fois : David Coverdale et son groupe aurait-il été une source d’influence à cette époque ?
Puis vinrent l’éclair et le tonnerre : « Back In Black », ce monument de musique, ne se discute pas. Aussi efficace sur ce disque qu’en live, il est de loin le titre le plus réussi et le plus performant de l’album. Point.
Le titre suivant « You Shook Me All Night Long » n’est pas vraiment le titre auquel on pense le plus lorsqu’on évoque AC/DC. Mais dans le rôle des seconds couteaux, il est dans le haut du panier. Une efficacité incontestable, une production et un mixage à l’avenant, un bon titre pour chauffer le banc. Et puis on retrouve toujours ce second degré dans des paroles très… sous la ceinture !
« Have A Drink On Me » est le titre un peu bluesy du lot. Le reste du titre n’en fait malheureusement pas un standard… Passable.
« Shake A Leg » souffre des mêmes maux que les troisième et quatrième titre. Manque d’originalité, manque d’efficacité. Le titre le plus mauvais de l’album pour moi.
Le dernier titre « Rock’n’Roll Ain’t Noise Pollution » début bluesy, lui aussi. Sans arriver à la cheville de « The Jack » ou « Ride On » (on n’a pas du tout le même son ni la même structure), il laisse augurer de bonnes choses. Puis le soufflet retombe et on a le droit à un titre efficace AC/DCesque, pur jus. Un titre auquel on pourra reprocher un manque d’originalité.

« Back In Black » n’est pas vraiment une seconde naissance pour AC/DC. On est plutôt dans une certaine cohérence, une certaine continuité musicale. Les années 80 arrivant, on comprend aujourd’hui mieux la direction prise à l’époque (grosse production, chœurs mis en avant, surmixage de la batterie qui sonne encore bien live tout de même…) et le poids dont a pesé le génial « Mutt » Lange sur la musique des Australiens. On trouve dans cet album de très très bonnes choses. Mais pas que.
Avec son lot de mauvais titre, dont certains pour moi vraiment faiblard, on comprend mieux comment les Australiens ont pu connaître une traversée du désert dont ils ne sortiront (pour moi) qu’en 1990 avec « Razor’s Edge »…
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2016
Back in Black est certainement l'un des albums les plus connus de toute l'histoire du rock. Tout d'abord parce que c'est le premier album après la mort du charismatique chanteur Bon Scott et le premier de Brian Johnson mais aussi parce que c'est le second album le plus vendu de tout les temps. Alors cet album mérite-il ses lettres de noblesses? Probablement que non. C'est un album très basique et il est clairement moins riche et a moins de qualités que d'autres albums du hard rock qui se sont très bien vendu comme "Led Zeppelin IV" ou le bijoux des Guns: "Appetite for Destruction". Ce n'est même pas le meilleur album d'AC-DC, je préfère par exemple son prédécesseur: "Highway To Hell".
Cependant je comprend pourquoi cet album a plu car à moi aussi il m'a plu. C'est certes un hard rock très classique mais en même temps c'est du AC-DC. Il n'y a certes pas de grands morceaux à part Hells Bells, mais il n'y a pas de mauvais morceaux non plus. Cet album est fun à écouter et finalement c'est tout ce qu'on demande à un groupe tel qu'AC-DC!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2016
Le seule coté positif à ce vinyle serait la rapidité de livraison !
Sinon que dire... une blague ?
Dès le premier test du vinyle la face 2 apparaît défectueuse !
En effet le vinyle "saute" à de nombreuses reprise ce qui rend l'écoute impossible !
En suit donc un retour sav et le renvoie (rapide !) d'un nouveau vinyle de remplacement...
Le nouveau vinyle est pourtant lui aussi défectueux... bien que moins important le produit reste endommagé !
Je ne recommande donc absolument pas ce vendeur qui a 2 reprises envoie des produits défectueux !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2010
Mon coeur balance depuis plus de 30 ans maintenant pour savoir lequel d'HIGHWAY TO HELL ou BACK IN BLACK est le meilleur album d'AC/DC. 30 années de changement d'avis selon mes humeurs succéssives et maintenant selon mes rhumathismes. Depuis 30 ans, je m'oppose, me divise, m'argumente, m'engueule parfois même, pour savoir quel album je dois conseiller à une nouvelle oreille qui s'ouvre à la musique des frères Young. Mais HIHGWAY TO HELL est tout aussi imparable que BACK IN BLACK... Sur les 10 chansons que proposent les deux albums, 8 titres sur chacun d'eux sont des classiques en puissance de la ROCK MUSIC, au sens large du terme. Là, je vois bien au dessus de ton oeil goguenard que ton sourcil plein de doute se soulève tant tu penses que je te bobardise. Meuh non ! J'ai seulement envie que rock'n'rolle avec les boys et que tu passes bon temps.
Pour essayer de résumer mes diverses analyses au fil des ans, HIGHWAY TO HELL semble encore conserver la fraicheur des débuts du groupe bien qu'il y ait déjà, malgré leur très jeune age, une la grande maitrise des compos et du son. On devine encore que le groupe s'éclate encore et qu'il va devenir énorme. BACK IN BLACK est lui extrêmement sérieux. Le disque de la maturité, cet album semble plus sobre et sombre (Bon Scott la première voix d'AC/DC, est mort il y a moins de 3 mois). Un album où les garçons sont devenus des hommes.
Conclusion : Achète LET THERE BE ROCK et jette toi sur HIGHWAY TO HELL et BACK IN BLACK... ils sont truffés de hits et si tu n'es pas satisfait fais moi le savoir à mon adresse : 79 autoroute pour l'enfer, 1980 Sin City, Rock Land.
BonneS écouteS.
Lorsque tu écoutes AC/DC et si tu souhaites savoir si la chanson est bonne, regarde ton pied ou celui de ton voisin... tu verras, sans nul doute, il battra la mesure sans que le cerveau ait son mot à dire. C'est ça le rock d'AC/DC.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un album anthologique du Hard-Rock ! Qui n'a pas encore son Back in Black d'AC/DC ? Personne, j'espère !

Mais mettez un casque de chantier pour écouter cet album, à cause des cloches de "Hells Bells" et du marteau piqueur de "Back in Black" !
Je plaisante bien sûr...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 22 avril 2002
AC/DC avait connu un énorme succès avec "Highway to hell" sorti en 1979, ce qui permit au groupe d'accéder au rang de "rockstars". La tournée qui suivit fut énorme, mais ce n'était sans doute rien à côté des immenses beuveries qui suivaient les concerts,ces excès multiples coûtant la vie au chanteur Bon Scott. Les cloches qui ouvrent l'album "Back in Black" semblent rappeler la mort de Bon, mais la musique reprend vite le dessus, comme pour montrer que le groupe a décidé de continuer malgré tout, car d'après Angus Young (le guitariste) : "c'est ce qu'aurait voulu Bon Scott". C'est donc avec un nouveau chanteur, Brian Johnson, évoluant dans le même registre que Bon, mais à la voix plus aigüe, qu'AC/DC va poursuivre sa route. "Back in Black" conserve les racines blues, boogie et rock n'roll du groupe, mais l'athmosphère qui s'en dégage, ne-serait-ce que pour la pochette toute noire, semble beaucoup plus pesante. AC/DC a mûri, il n'est plus l'adolescent insousciant des années 70, il est devenu adulte à l'aube des années 80, en ayant pris conscience du danger guettant les rockstars au travers des diverses tentations souvent tragiques pour de nombreux groupes (Jimi Hendrix, Led Zeppelin, The Who ou dans une moindre mesure, Black Sabbath). Il en ressort une musique plus posée, mais aussi plus aboutie ("Hells bells"," Back in black", "Let me put my love into you"), que le groupe n'aurait peut-être pas pu écrire auparavant, en tout cas un excellent album de hard-rock, un des trois meilleurs d'AC/DC.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)