Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
29
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:13,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 octobre 2008
Sonnez cornemuses et autres oliphants AC/DC débarquent et va tout bousculer!

Les frères Young n'ont que faire de toutes explications philosophiques, théologiques ou sociologiques, ils sont nés pour le rock et le rock est eux.
Comme le dit souvent Angus "nous ne savons faire que de la musique, qu'est ce que vous voulez qu'on fasse d'autres".

Alors après avoir raccourci leur parcours scolaire les voilà lancés avec leur maître à penser dynamiteur, Bon Scott, sur les routes de la destinée.
Et tous feux dehors, sans compromis, ils vont montrer au monde entier ce qu'est le Rock d'AC/DC. Mélange de blues et de rock'n'roll passée à la sauce piment.

Cet album est vraiment brut, frais, sans décorum, il montre leur joie de vivre et leur passion bouillonnante.

"it's a long way to the top" indique que malgré tout le rock est un art et avant d'arriver à leur niveau il faut du travail et de la compréhension. "the jack" montre l'humour et la joie de Bon scott. "live wire" nous électrise sur place. "T.N.T" est un hymne, un morceau emblématique. "can I sit next to you girl" est un hymne à l'amour. "high voltage" termine en beauté l'album en montrant une dernière fois l'énergie spectaculaire du groupe.

AC/DC était né, et jusqu'à présent comme les jardins suspendus de Babylone, le phare d'Alexandrie, les pyramides de Kéops...ils sont une des merveilles du monde humain.
11 commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Compilation des deux premiers albums australo-ecossais d'AC/DC, premier album à l'international, High Voltage non seulement pose les bases d'un style qui ne changera plus mais, surtout, propose une excellente collection de chansons.
...Et une sacrée collection de classiques en devenir parce que, de It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll) à The Jack, de Live Wire à The Jack, de Can I Sit Next to You Girl à T.N.T., c'est à un épatant déroulé des capacités hard'n'blues de la formation auquel nous avons affaire. Dans le détail, sur les riffs puissants, carrés et bluesy de grand-frère Malcolm, avec l'irremplaçable gouaille de Bon et les soli inspirés de petit-frère Angus, c'est de l'archétype de ce que le groupe n'aura de cesse de développer tout du long de sa carrière dont il s'agit soit une fusion électrique et suante de blues et de hard rock impeccablement "motorisée" par une section rythmique qui en impose et qui, c'est l'évidence, s'est rouée à l'exercice lors de nombreux concerts dans les bars et pubs de son île natale.
On pourrait en dire plus, détailler titre par titre le menu d'une première galette devenue depuis un imposant classique, de la cornemuse accrocheuse de Mister Scott sur It's a Long Way aux riffs et gimmicks de la paire de frangins sur le fun et frais Can I Sit (pour l'exemple), il suffira de louer l'énergie, la classe et le talent de ces cinq-là qui, mine de rien, créent leur propre niche, leur propre genre qui sera souvent copié mais jamais égalé.
High Voltage ? Une bonne, belle décharge d'adrénaline testostéronée qu'on ne peut que chaudement recommander !

1. It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll) 5:01
2. Rock 'n' Roll Singer 5:04
3. The Jack 5:52
4. Live Wire 5:50
5. T.N.T. 3:34
6. Can I Sit Next to You Girl 4:12
7. Little Lover 5:37
8. She's Got Balls 4:51
9. High Voltage 4:03

Bon Scott - lead vocals, bagpipes on "It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll)"
Angus Young - lead guitar
Malcolm Young - rhythm guitar, backing vocals
Mark Evans - bass guitar
Phil Rudd - drums
&
George Young - bass guitar on tracks 7-9
Tony Currenti - drums on tracks 7-9
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 9 novembre 2001
Premier album d'AC/DC paru en France(1976), "High Voltage" marque le départ de ce groupe qui s'imposera dans notre pays (et dans beaucoup d'autres) comme une (la ?) valeur sûre du hard rock. La recette est simple : pas plus de 3 ou 4 accords par chanson, un rythme typiquement rock n' roll et des solis bluesy. La musique d'AC/DC est tout ce qu'il y a de plus basique, mais c'est tellement jouissif que l'on ne peut s'empêcherde taper du pied et de remuer la tête tout au long de l'album. Certains titres de ce premier album deviendront des classiques, tels "The Jack" (très blues), "T.N.T." et "High Voltage" aujourd'hui encore joués sur scène. Les autres chansons sont tout aussi bonnes et les paroles excellentes, comme sur "Rock n' roll Singer" qui proclame la carrière future des australiens : "I'm gonna be a rock n' roll star..."
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2008
J'aurais pu choisir n'importe quel album de la période Bon Scott, ils ont chacun leur place au panthéon des disques de légende du Rock. J'ai choisi "High Voltage" parce qu'il symbolise à lui seul la naissance de ce groupe dont l'influence dépasse (je crois) le simple cadre du Rock. AC/DC, au delà d'une musique basique (simpliste diront certain), c'était dès le départ 2 entités en la personne de Bon Scott et de Angus Young, mais également un son, une attitude et un état d'esprit.
Sur ce premier album tout y est, déjà, et de "Petite" il n'y a bien que sa production. Pour autant c'est aussi ce qui fait son charme, et l'on en viendrait presque à regretter, à force d'écoutes répétées, l'absence de craquements de ce bon vieux vinyle. AC/DC begins -18/20.
77 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2013
Nous sommes en 1975,les hippies commencent à disparaitre et le rock dur commence à prendre de plus en plus d'importance dans le coeur de ceux qui en onts marre du"flower power".C'est ainsi que va naitre ac/dc.5 australo-écossais décider à en découdre,avec juste 4accords qui vonts révolutionné le rock.Le choc pour ceux qui onts connus cette époque(moi j'étais trop jeune,rhhhhhaaaa!!!),un jeune déjanté habillé en écolier qui secoue sa téte comme un possédé,un chanteur au charisme incroyable et un groove de tous les diables marque d'entré les esprits.Qui sonts ces fous?s'éxclament les "bien pensants"!!!C'est simple,un groupe qui prend tous à revers avec des textes trés "sex,drugs and rock'n'roll"et une attitude trés provocatrice pour l'époque...la machine de guerre est lancée,et rien ne l'arrétera!!!Pas de track by track,tous les morceaux sonts des classiques.Intemporel,destroy et hard'n'roll,ce premier skeud est une tuerie indispensable pour tous fans de rock hard(ou pas).En gros c'est de la"tnt"dans vos cages à miel!!!18sur20.
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2012
l 'originel d'ac dc avec l'inégalable voix de Bon Scott, les riffs envoutants d'Angus ; high voltage comme let there be rock ou highway to hell s'écoutent en boucle encore aujourd'hui et n'ont pas pris une ride !!!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2014
Dès les premières notes et le riff qui lancent « It’s A Long Way To The Top (If You Wanna Rock’n’Roll), l’effet escompté est là : on tape du pied, on secoue gentiment la tête et on se prend à imaginer la tête que pourrait faire Angus Young en jouant ce morceau. Dans ce premier titre, on a aussi droit à de la cornemuse, faisant notamment écho à la guitare d’Angus…

« Rock’n’Roll Singer » enchaîne sur son petit rythme et la guitare d’Angus qui se signale d’entrée. Disons-le tout net, le titre est assez faible malgré un refrain accrocheur qui a dû faire des ravages dans les petites salles. A noter aussi une certaine longueur (plus de 5 minutes) qui pénalise le titre et n’en fait pas mon favori.

L’album se poursuit avec « The Jack », bien connu des possesseurs des albums live d’AC/DC, avec son tempo et bluesy. C’est là qu’on peut voir tout le talent de ce groupe, à cette époque. La voix de Bon Scott se prête parfaitement à ce rythme et lui donne même un petit côté malsain bienvenu. Les voix un peu prêcheuse de la fin renforçant tout cela. La guitare d’Angus est tout simplement superbe et la rythmique emmenée par Malcolm (guitare), Phil (batterie) et Mark (Evans, le bassiste) est d’une efficacité imparable. Et avec des accélérations juste avant les refrains, la messe est dite : « The Jack » est l’un de mes titres préférés sur cet album. Et comme le titre est beaucoup plus court qu’en live, tout le monde est content !

La basse qui emmène « Live Wire », suivie des guitares et la rythmique imparable des Australiens fait de ce quatrième titre un hit en puissance. C’est, d’ailleurs, à mon avis l’un des titres les plus travaillés de l’album. Rien de très étonnant qu’il ouvre le set parisien d’AC/DC sur Let There Be Rock – The Movie. Génial, on vous dit !

L’un des titres pivots arrivent par la suite. Bien moins impressionnant qu’en live, « T.N.T » n’atteint pas de sommet de jouissance auditive en studio. Avec des secondes voix bâclées et un son proche du garage, on ne s’empêche pas de taper du pied (surtout sur celle-là) mais la comparaison avec les versions live fait mal.

« Can I Sit Next To You Girl » rappelle étrangement un passage du premier titre de l’album et illustre une volonté de ne pas se cantonner au hard rock pur et dur. J’ai toujours trouvé que les Australiens étaient plus que ça et même si ce titre ne restera pas dans les mémoires, il change un peu du reste de l’album.

« Little Lover » et son tempo bluesy déboule gentiment, autorisant une petite pause dans la set-list. Pas grand-chose à dire, le titre n’apportant pas de choses réellement intéressantes. Surtout par rapport à « The Jack » construit sur le même schéma. Les titres étant étonnamment similaire dans leur structure et leur longueur !

L’avant-dernier titre, « She’s Got Balls », très mid-tempo, est l’un des titres les efficaces de l’album, les paroles étant franchement géniales et j’ai toujours été étonné de ne pas plus le trouver en live. Surtout que les chœurs vont en montant, le public apprécierait !

Enfin, l’album se clôture sur « High Voltage » qui reprend, lui aussi (décidément) d’«It’s A Long Way To The Top » et qui m’a quand même fait dire que le thème de l’album est résumé dans ces quelques notes. Que dire de ce titre ultra-connu ? Pas forcément le meilleur dans la carrière des Australiens mais d’une efficacité à toute épreuve. La preuve ? Vous ne pourrez pas vous empêcher de taper du pied et de gigoter la tête. Et quand on sait le classique que ça a été en live… Je me dis que c’est dommage qu’il soit, sur l’album en tout cas, si court.

L’édition remasterisée permet de bénéficier d’un livret avec photos et commentaires bienvenus qui permettent d’imaginer que tout n’a pas non plus été toujours très simple pour nos Australiens. Cependant, il est toujours à regretter de ne pas disposer, de manière systématique des paroles, tout le monde ne maîtrisant pas la langue de Shakespeare…

Personnellement, j’ai toujours eu un faible pour cet album. Ce n’est sans doute pas le meilleur ni le plus travaillé. Mais il sent tellement bon l’insouciance et il me donne tellement la patate que je ne peux pas m’empêcher de l’aimer. J’espère que vous l’apprécierez aussi !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2016
Découvert dès cet album chez un ami, je n'ai jamais décroché. Très attristé de la mort de Bon (dont la réédition complète de ses cessions avec Fraternity, le ferait hurler au niveau du prix). Brian Johnson a su prendre la relève avec brio, mais l'original nous manque tellement, il aurait eu encore tellement à donner...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2012
Premier album de la discographie européenne, ACDC, les échappés d'Easybeat (première formation du groupe en 1974 avant l'arrivée d'un camionneur inconnu et "agé", Bon Scott)) vient droit d'Australie bousculer les lois du genre hard -rock à grand coup de riff blues joués à 150 à la croche. C'est carré, ça sonne démentiellement bien, et cet album, va directement influencer à peu près tout le monde du rock, y compris un certain Keith Richards qui n'en revient pas d'entendre des riffs sonner aussi efficacement!.. Quelques titres sont encore un poil en dessous des possibilités de tuerie rock'n'roll que le groupe atteindra plus tard, mais waoh, quelle claque pour le jeune qui n'a pas encore pris sa leçon de rock! 16/20.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 février 2017
J'ai découvert le groupe avec l'album Back in Black, ensuite Highway to Hell, The Razor's Edge et il me fallait donc leur premier album qui m'a plu dès les premières notes.
J'avais aussi le problème qu'un autre internaute avait signalé c'est à dire un saut au début de la chanson t.n.t. mais celui-ci a disparu après 3 ou 4 écoutes. Léger problème de pressage qui disparait une fois que le diamant est passé plusieurs fois dans le sillon apparemment.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus