undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Rentrée scolaire Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:22,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 mai 2009
Joaquín Rodrigo est né en 1901 à Sagunto (Espagne). Devenu aveugle à trois ans suite à une épidémie de diphtérie, il commença ses études musicales au Conservatoire de Valence avec Eduardo Lopez Chavarri (1881-1970), Francisco Antich et Enrique Goma. Il se rendit ensuite à Paris, où il suivit les cours de Paul Dukas (1865-1935) à la Schola Cantorum, de 1927 à 1931. Il fréquenta alors le milieu musical parisien, et rencontra Maurice Ravel (1875-1937), Manuel de Falla (1876-1946), Igor Stravinski (1882-1971), Arthur Honegger (1892-1955) et Darius Milhaud (1892-1974). Il revint définitivement en Espagne en 1939 après la guerre civile, s'installa à Madrid, et occupa dès 1939 la chaire de musique « Manuel de Falla » créée pour lui à l'Université de Madrid. Le 9 novembre 1940, à Barcelone, fut créé son fameux « Concierto de Aranjuez » pour guitare et orchestre, en hommage à la ville d'Aranjuez, qui possède un palais dans lequel ont résidé les Bourbons d'Espagne. Il est mort à Madrid en 1999. Devenu immensément célèbre après ce premier succès, il ne cessera de composer, bien qu'il s'en défendait, dans un style « néo-classique » (il disait « national »), pour livrer une oeuvre variée, qui comprend de nombreuses pièces pour guitare, en particulier une Sonate « Giocosa », une Sonate « a la española » et « Tres Piezas Españolas », mais aussi quelques oeuvres pour piano, une Sonate « pimpante » pour violon et piano, trois concertos (« Aranjuez », « Fantasía para un gentilhombre » et « para una fiesta ») pour guitare, un Concerto « Madrigal » pour deux guitares, un Concerto « Andaluz » pour quatre guitares, un Concerto « Heroico » pour piano, un Concerto « de estio » pour violon, deux Concertos (« en modo galante » et « como un divertimento ») pour violoncelle, un Concerto « pastoral » pour flûte et un Concerto « Serenata » pour harpe, « Soleriana » pour orchestre, ou bien encore les « Cantos de Amor y de Guerra » pour Choeur.

Maurice Ohana est né en 1913 à Casablanca (Maroc). Initié par sa mère au Cante Jondo espagnol, il écouta aussi, enfant, les improvisations des musiciens berbères au Maroc. Après avoir reçu un début de formation musicale à Barcelone (1927-1931), il se rendit à Paris, travailla le piano avec Lazare Lévy (1882-1964), le contrepoint et l'harmonie avec Daniel Lesur (1908-2002). Après la guerre, à laquelle il participa sous l'uniforme britannique, il se retrouva en 1944 à Rome, où il devint l'élève et l'ami du compositeur Alfredo Casella (1883-1947) et découvrit la jeune école italienne ; c'est alors qu'il composa ses premières oeuvres. De retour à Paris en 1946, il participa à la fondation du groupe « Zodiaque », qui se donnait comme manifeste la défense de la liberté de langage contre toutes les « tyrannies artistiques », en particulier le « sérialisme ». C'est dans cet esprit d'indépendance que fut créée, en 1950, l'une de ses oeuvres majeures, le « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías », influencé à la fois par Manuel de Falla (1876-1946) et le Cante Jondo. Poursuivant son exploration de l'univers sonore, il mena des recherches sur les micro-intervalles, en particulier les tiers de tons, qu'il utilisa notamment dans une autre de ses oeuvres majeures, le « Tombeau de Debussy », et s'intéressa également à la musique électroacoustique. Il est mort en 1992 à Paris. Parmi ses autres oeuvres importantes, on peut encore citer un Concerto « Tres gráficos » pour guitare, les « Cantigas », les « Études chorégraphiques pour percussion », « Si le jour paraît... » pour guitare à 10 cordes, « Cris » pour choeur a cappella, Vingt-quatre Préludes pour piano, « L'Anneau du Tamarit » pour violoncelle et orchestre, inspiré par le poète Federico Garcia Lorca, ou bien encore la Messe, créée au festival d'Avignon.
33 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

26,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici