undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
5
4,2 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,19 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 juin 2009
L'un des plus beaux albums que je connaisse ( mille fois écouté et ... racheté ) l'un de ceux qui vous accompagnent toute une vie , comme Blue de Joni Mitchell , Nebraska de Springsteen ou Blood On the Tracks de Dylan ... On s'y sent bien .
Après un formidable premier album tout triste ( saturate ... ) Jackson Browne enfonce le clou et se révèle sans conteste l'un des meilleurs song writers de "rock californien" intime ... Rien à jeter ici : tout bon le play boy d'Orange County !( un quartier "riant" de jeunes friqués de Los Angeles à se flinguer d'ennui paraît - il ) ... Chansons belles et inspirées , musicos d'enfer ...
For Everyman fait partie de ces ( rares ) albums où il n'y a rien à jeter , où chaque titre embellit l'autre ( bon exemple avec l'enchaînement final somptueux "Sing My Songs To Me" / " For Everyman" ) et ajoute toujours plus de charme à ce chef d'oeuvre illuminé de titres pleins de douceur ( "Our Lady Of The Well" , "Colors Of The Sun" , "The Times You've Come" , "I Thought I was A child" ... ) et d'autres plus enlevés comme l'ultra connu "Take It Easy" écrite avec Glenn Frey ( je trouve sa version bien meilleure que celle des Eagles ) le fantastique "Red Neck Friend" ( Elton John au piano , sous un faux nom à perruque et Lindley bien sûr à la slide ) ou bien encore "Ready Or Not" , avec toujours son vieux compère Lindley au fiddle électrique ( formidable cet homme ! )... Joni Mitchell est dans le coup aussi ... mais , chut , c'est une vieille histoire ...
Album rock léger pour la route , album country folk chaleureux pour la maison , album d'enfance révolue et d'amours exigeantes , For Everyman est pour tous les hommes et toutes les femmes qui ont un coeur .
55 commentaires| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ils se sont tous donné rendez-vous pour l’occasion ou plutôt, Asylum Records, la maison de disques, a mis le paquet pour les avoir. Ils, ce sont tous les potes musiciens de Jackson Browne, le gratin de la scène californienne du moment, et l’occasion, For Everyman, son deuxième LP de 1973.
Jackson Browne sort d’un premier album exceptionnel qui l’installe parmi les meilleurs auteurs-compositeurs de sa génération. Saturate Before Using, publié un an plus tôt, nous révèle, en effet, un jeune homme de 23 ans, artistiquement séduisant, à la voix douce, à la guitare et au piano délicats, bien ancré dans le ton de la west-coast ensoleillée du début ambiant, déjà très imaginatif, autobiographique et émouvant, animé par des convictions politiques bien arrêtées. Les portes d’une carrière dorée s’ouvrent devant lui.
Faire mieux que son prédécesseur, voilà l’objectif de For Everyman, d’où l’explication sur les gros moyens mis sur le tapis par David Geffen, père-fondateur d’Asylum, label folk-rock créé spécialement en 1971 pour signer Browne, alors en mal de contrat.
Mais le défi est difficile à relever, tant Saturate Before Using a placé la barre très haut. Néanmoins, l’éphémère ex-Nitty Gritty Dirt Band (1965) et ancien collaborateur de Nico sur Chelsea Girl et de Tim Buckley, co-auteur du Take It Easy popularisé par les Eagles, s’attelle avec détermination à tenter de s’en approcher le plus près possible. Ce qu’il parvient à réaliser, faisant de ce travail un très bon disque, pas aussi populaire que son devancier certes, mais de très haut niveau cependant. For Everyman confirme tout le bien que l’on accorde à cet artiste.
Militant pour de nombreuses causes au cours de son légendaire parcours (No Nukes, Muse, Farm Aid, Amnesty International, soutien au Tibet…), Jackson Browne se forge progressivement une crédibilité sur la place et cet album, comme leurs suivants, Late For The Sky (74), The Pretender (76) et surtout Running On Empty (77) font de lui un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus appréciés de la décennie en 7.
Si For Everyman (43 au Billboard) ne décroche pas le pompon, ce n’est pas faute de cartouches. Il est encore très accessible, plus raffiné au niveau des arrangements, mais on peut peut-être lui objecter un côté inégal. Browne se cherche encore sur certains points (voix et musique). Cependant, avec un million d’exemplaires écoulés en 73, l’intérêt du public est encore au rendez-vous ; en 75, il fait disque d’or et en 89 se couvre de platine. Browne confirme, aussi n’est-il pas étonnant de retrouver, depuis, For Everyman, parmi les 500 albums de rock de tous les temps dans le classement Rolling Stone de 2003 (457).
Les cartouches en question ? These Days, écrite par l’ado Browne pour Nico, Redneck Friend (avec Elton John au piano, sous le pseudo de Rockaday Johnnie), un Take It Easy en laid back enchaîné avec Our Lady Of The Well, Ready Or Not, Colours Of The Sun, For Everyman et l’énorme The Times You’ve Come, c’est du Browne au sommet de son art lyrique.
Les œuvres discographiques des années 70 de Jackson Browne ont alimenté un beau chapitre de l’histoire du rock ; il faut en être de Saturate Before Using à Running On Empty. Sans discussion (PLO54).
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2014
CHRONIQUE DE PASCAL BRAVARD MAGAZINE ROCK&FOLK MARS 1974 N°86 Page 109/111
2° Album 1973 33T Réf : Asylum AS 43003
"For Everyman" est le second album de quelqu'un dont on attendait beaucoup. Suite logique à "Saturate Before Using" (cf.n°66), il consacre définitivement ce jeune auteur-compositeur-interprète de vingt et un ans. Sur la côte Ouest on se dispute ses compositions, et n'importe quel artiste possédant un tant soit peu de goût et d'attirance pour la beauté tranquille de sa musique et l'humanisme de ses textes fera son choix dans le répertoire de Jackson. Car il semble déjà détenir une partie de cette connaissance, de cette expérience de la vie qui n'appartient qu'à ceux qu'elle a, tour à tour, frustrés et comblés. Ceux qui se devaient de passer par l'étape du doute pour enfin découvrir une pépite de vérité. On se demande d'ailleurs comment un garçon aussi jeune peut avoir accumulé une telle somme d'images dans son esprit, d'amours dans son coeur. Jackson semble être à la poursuite du rêve de vie dont parlait .... Artaud. Chacune des dix chansons contenues dans ce magnifique album témoigne d'une expérience, pas seulement la sienne, puisqu'il reprend "Take It Easy", qu'il co-signa avec Glenn Frey. "For Everyman" la chanson, résume parfaitement le climat qui se dégage de l'album dans son ensemble, une certaine désillusion, l'amorce d'un constat d'échec, que même le rêve ne peut mettre en sursis. Ce disque n'a, malgré tout, pas la forme d'un concept-album ; plutôt une suite de réflexions, certaines énoncées avec beaucoup d'humour ("Redneck Friend", "Ready Or Not"). Musicalement, les thèmes sont exécutés avec finesse ; dentelles acoustiques ou rocks énergiques trouvent une brochette de musiciens de studio au meilleur de leur forme, tous archi-connus. Joni Mitchell, Elton John (Rockaday Johnnie), invités de marque, sont venus prouver à Jackson l'estime qui lui est due, il vous suffira pour éprouver ce sentiment de vous extraire de votre propre rêverie et de sombrer dans la sérénité assurée de cette voix chaude.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Deuxième album pour Jackson Browne qui deviendra avec ce disque et les trois suivants un des auteurs compositeurs américains les plus doués de sa génération et aussi un des plus populaires.
Enfant chéri d'une Amérique qui commence à comprendre que son "americain way of life" n'est pas le paradis, Browne avait le don d'écrire des histoires simples, à la portée de tout le monde, sur des musiques sompteuses.
Il est ici accompagné de quelques amis : Joni Mitchell, Glenn Frey et Don Hendey, des tous jeunes Eagles, qui reprendront son "Take it Easy".
Tous les autres titres sont réussis, notamment "Colors Of The Sun", et "I Thought I Was A Child", Jackson Browne est déjà accompagné par son guitariste fétiche et adepte de la slide guitar David Lindley, de Craig Doerge aux claviers et de l'extraordinaire bassiste Leland Sklar.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2010
Jackson Browne, né le 9 octobre 1948 à Heidelberg (Allemagne), est un auteur-compositeur-interprète américain de rock.
Très jeune, il a commencé à jouer de la musique folk. Sa carrière a véritablement commencé lorsqu'il a rejoint le groupe Nitty Gritty Dirt Band.
Auteur-compositeur précoce, Browne a signé un contrat avec "Nina Music", ses chansons étaient interprétées, entre autres, par Tom Rush, The Eagles, Linda Ronstadt, The Byrds.
Browne s'est établi pendant une courte période à Greenwich Village (New York). Il a rejoint le groupe de Tim Buckley et a participé à l'enregistrement de l'album Chelsea Girl de Nico.
En 1971, Browne a signé avec « Asylum Records » et a réalisé son premier album Jackson Browne- Saturate before using (1972) qui comprenait le hit "Doctor My Eyes", mais aussi "Jamaica say you will", "Song for Adam" et "My Opening Farewell". A la même époque, Browne fut co-auteur avec Glenn Frey de "Take it easy" le fameux hit des Eagles.
Son album suivant For Everyman était de qualité mais fut un échec commercial.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,00 €
13,47 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)