undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,71 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 juillet 2004
Voici réellement un magnifique album de Stan Getz.
Tiré d'un concert de mai 1975, cet enregistrement est un témoignage fidèle de ce que l'on pouvait attendre d'une prestation du saxophoniste en quartet.
Ainsi, Getz affectionnait et abordait une variété de tempos et de rythmes ; ceux ci étaient souvent agencés de la meilleure des manières, d'où une impression fréquente de montée en intensité dans le déroulement du concert.
Voilà pourquoi cet album est de ceux que l'on aime écouter du début jusqu'à la fin.
De même,le répertoire était souvent constitué de standards très connus (Spring is here, Invitation), mais également de thèmes originaux émanant d'auteurs divers, tel ici Lucifer's fall de Ralph Towner.
L'exposé du thème dans Invitation, mérite à lui seul, l'achat du disque.
La capacité à afficher une telle personnalité dans le respect d'une trame mélodique demeure la marque des très grands ; peut on donner meilleure illustration à ce sujet?
Pour cette date, Getz était entouré de sidemen exceptionnels; ainsi Dave Holland, au son facilement reconnaissable. Les expériences 'free' de ce bassiste semblent resurgir en cours de morceau, lorsque Getz joue pour quelques mesures de manière un peu plus libérée, sans le soutien du piano (cf morceau sans titre).
Que dire d'original sur Jack de Johnette? La force et le souffle qui se dégage de son jeu font merveille, sans surprise.
Quant à Ritchie Beirach, insistons sur son style très personnel. Son évolution au sein du quartet de Getz devait du reste précéder une collaboration régulière avec cet autre grand saxophoniste qu'est Dave Liebman.
Il en résulte une rythmique grandiose sur tout les plans; écoutez donc, à la fin de la ballade 'My foolish Heart' lors du ré-exposé du thème, la manière de relancer le rythme pendant quelques mesures pour un retour au tempo 'Slow' ; appelons ça de la grande maîtrise !!!
Pour conclure, il en résulte un sentiment de limpidité et de recherche de l'essentiel.
A un journaliste qui lui demandait combien d' émules il avait pu rencontrer dans sa carrière, Getz répondit « j'ai croisé beaucoup de Stan Getz ; mais mon style est très dur à imiter car il est beaucoup trop...simple ».
Ici aussi, cette grande leçon ne demande qu'à être retenue.
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)